BRIBES EN LIGNE
      dans la force du corps, "mais qui lit encore le …presque vingt ans plus qu’est-ce qui est en le coeur du préparation des   pour théa et ses  “... parler une       ma       la dernier vers aoi     vers le soir       sur accoucher baragouiner antoine simon 19  l’exposition  de la agnus dei qui tollis peccata torna a sorrento ulisse torna       object dix l’espace ouvert au       sur    courant       dans       avant art jonction semble enfin       midi j’ai donc       é  la toile couvre les outre la poursuite de la mise douze (se fait terre se cet article est paru dans le clers fut li jurz e li "ces deux là se   le texte suivant a  il est des objets sur je meurs de soif huit c’est encore à         or de l’autre archipel shopping, la À peine jetés dans le l’impossible  tu ne renonceras pas.     hélas, antoine simon 29 madame est une station 3 encore il parle       apparu       nuage mon cher pétrarque, au labyrinthe des pleursils la brume. nuages       un       allong       sur  epître aux diaphane est le mot (ou le lourd travail des meules la bouche pure souffrance g. duchêne, écriture le petites proses sur terre quatre si la mer s’est l’heure de la       baie       pass&e titrer "claude viallat,       ton  de même que les       la le ciel de ce pays est tout     tout autour du bibelot au babilencore une les routes de ce pays sont avant propos la peinture est on trouvera la video ils avaient si longtemps, si quel ennui, mortel pour vous n’avez       le j’oublie souvent et       quinze juste un       dans mise en ligne d’un (elle entretenait antoine simon 5 pour andré jouer sur tous les tableaux pour michèle aueret pour alain borer le 26       apr&eg À perte de vue, la houle des pour andré       ce immense est le théâtre et   le 10 décembre  le grand brassage des   (dans le antoine simon 6  improbable visage pendu dernier vers aoi de tantes herbes el pre       et tu       le     &nbs une il faut dire les       la voici des œuvres qui, le temps de cendre de deuil de pour martine pluies et bruines, s’égarer on  de la trajectoire de ce non... non... je vous assure, la chaude caresse de l’homme est dans les rêves de la vous avez il n’y a pas de plus     pluie du pour le prochain basilic, (la trois (mon souffle au matin À l’occasion de les premières madame dans l’ombre des       la juste un mot pour annoncer pour mes enfants laure et bel équilibre et sa je rêve aux gorges vous dites : "un difficile alliage de       la pie la fraîcheur et la       " dieu faisait silence, mais         &n   3   

les       chaque       dans  mise en ligne du texte à propos “la onzième dorothée vint au monde dans ce pays ma mère beaucoup de merveilles antoine simon 21 temps où le sang se je ne peins pas avec quoi, ajout de fichiers sons dans à la bonne le texte qui suit est, bien quelque temps plus tard, de     sur la ouverture d’une sur la toile de renoir, les autres litanies du saint nom il en est des noms comme du   la production écrirecomme on se encore une citation“tu j’ai ajouté les textes mis en ligne       il dernier vers aoi que reste-t-il de la       dans que d’heures       soleil 13) polynésie       les     son       descen       je le franchissement des       la  jésus     quand  pour le dernier jour mon travail est une       à carissimo ulisse,torna a elle réalise des montagnesde pour raphaël rien n’est plus ardu i mes doigts se sont ouverts Être tout entier la flamme       longte     surgi premier essai c’est il avait accepté   pour olivier ne pas négocier ne     le cygne sur d’un côté "et bien, voilà..." dit    si tout au long il y a dans ce pays des voies       sur le equitable un besoin sonnerait c’est une sorte de si, il y a longtemps, les « amis rollant, de       gentil pour yves et pierre poher et       &n un trait gris sur la       le f toutes mes etait-ce le souvenir    tu sais       fleure se reprendre. creuser son ce qui aide à pénétrer le fontelucco, 6 juillet 2000       b&acir approche d’une f j’ai voulu me pencher lentement, josué pour m.b. quand je me heurte dernier vers aoi    “comment sept (forces cachées qui 1) notre-dame au mur violet noble folie de josué, je sais, un monde se je t’ai admiré,  les œuvres de ma voix n’est plus que essai de nécrologie, temps de pierres où l’on revient       le la rencontre d’une  au travers de toi je lancinant ô lancinant  je signerai mon carles li reis en ad prise sa et que dire de la grâce edmond, sa grande dernier vers s’il       dans ensevelie de silence, tu le saiset je le vois       magnol granz fut li colps, li dux en       la la route de la soie, à pied,       retour       il ce qui importe pour on croit souvent que le but station 5 : comment raphaël tout en vérifiant aux barrières des octrois de toutes les l’existence n’est vous deux, c’est joie et très malheureux... chaises, tables, verres,  les éditions de  les premières f le feu est venu,ardeur des       nuage bien sûrla j’aime chez pierre       &n en 1958 ben ouvre à nous lirons deux extraits de poussées par les vagues       crabe-   pour adèle et nous avons affaire à de j’arrivais dans les       la cette machine entre mes vous êtes   jn 2,1-12 : la question du récit onze sous les cercles   dits de    il la cité de la musique petit matin frais. je te les lettres ou les chiffres martin miguel art et ils sortent toute une faune timide veille li emperere par sa grant   anatomie du m et dans l’innocence des f les marques de la mort sur  le "musée antoine simon 30       cerisi f dans le sourd chatoiement nous dirons donc à sylvie tout est prêt en moi pour iloec endreit remeint li os toujours les lettres :       le comme un préliminaire la carles respunt :       m̵     longtemps sur       dans       devant douce est la terre aux yeux entr’els nen at ne pui là, c’est le sable et     chambre le lent tricotage du paysage   l’oeuvre vit son c’est seulement au deux mille ans nous nous viendrons nous masser s’ouvre la (vois-tu, sancho, je suis    seule au       six le numéro exceptionnel de tendresses ô mes envols     pourquoi       reine  “ce travail qui tout en travaillant sur les rm : nous sommes en 0 false 21 18 bribes en ligne a lu le choeur des femmes de autre citation"voui       embarq pour daniel farioli poussant etudiant à deuxième    7 artistes et 1   je ne comprends plus c’est la peur qui fait un temps hors du marcel alocco a il aurait voulu être       droite pour marcel       parfoi rêve, cauchemar,       dans toulon, samedi 9 rimbaud a donc       (       sur a grant dulur tendrai puis genre des motsmauvais genre     [1]      au couchant ce pays que je dis est   au milieu de       les dernières apaches :       "       force  dans toutes les rues 1-nous sommes dehors. aux george(s) (s est la     le 1254 : naissance de  on peut passer une vie prenez vos casseroles et inoubliables, les depuis ce jour, le site le 15 mai, à       un au commencement était à cri et à antoine simon 13       l̵ "pour tes  au mois de mars, 1166 dessiner les choses banales je dors d’un sommeil de comme c’est quando me ne so itu pe nouvelles mises en       " premier vers aoi dernier histoire de signes . dernier vers aoi je n’ai pas dit que le dentelle : il avait la parol

Accueil > Carnets intermittents


J’ai donné, au mois de septembre 2011, ce texte à la revue Performarts. Il s’agit d’une approche de la manifestation "l’art contemporain et la Côte d’Azur", qui s’est déroulée durant tout l’été.


 


Trop... Il y a trop ! Dans l’exposition "L’art Contemporain et la Côte d’Azur"’ il y a surabondance de biens : trop de lieux, trop d’expositions, trop de peintres. N’allez pas croire que je proteste et que je boude mon plaisir... Non... Il y a tant, qu’il est impossible de parler de tout...


Essayons d’aller au coeur.


Au coeur du projet ACCA, il y a l’action et les expositions des musées nationaux et de leurs conservateurs.


Voici plus de 10 ans, sous l’impulsion de quelques conservateurs, dont Xavier Girard àMatisse et Maurice Fréchuret au musée Picasso d’Antibes, était organisée, dans une dizaine de lieux, une exposition qui donnait àvoir la présence de l’art moderne sur la Côte d’azur.


Après avoir occupédivers postes, Maurice Fréchuret revient àNice pour prendre la direction des 3 musées nationaux du département. Un grand projet en tête : donner un suite àl’exposition "la Côte d’Azur et l’art moderne" : ce sera "L’Art Contemporain et la Côte d’Azur", cette exposition évènement qui investit une cinquantaine de lieux de Carcès à Perinaldo.


 


Au coeur du projet, il y a donc les Musées nationaux. Et Maurice Fréchuret. Son propos est de dépasser le constat et de mettre en avant les problématiques qui caractérisent l’art contemporain, de montrer en quoi l’art de notre temps est "autre", comment s’y concrétisent quelques ruptures et quels en sont les enjeux. Il résume le tout sous un titre simple et clair : "La peinture autrement" qui se décline en trois propositions dans trois lieux différents.


De l’ensemble du projet, et des 3 expositions "La peinture autrement", la plus significative, ou la plus démonstrative, est celle qui se tient au musée Léger. Maurice Fréchuret en a confiél’organisation àla conservatrice, Ariane Coulondre. Sans minimiser l’intérêt et la qualitédes autres expositions, il faut dire que celle-ci est remarquable àplus d’un titre.


La commissaire a réuni au musée Léger la plupart des artistes de ce territoire qui, depuis les années cinquante, ont engagéla peinture dans des procédures "autres". On ne retrouve pourtant pas la distinction habituelle entre Nouveau Réalisme, Fluxus, Peinture analytique et critique (Supports-Surfaces et Groupe 70), tout comme on ne s’interroge pas sur une hypothétique "École de Nice". La ligne d’exposition choisie explore la façondont ces artistes ont engagéde façon manièrenovatrice des procédures plastiques simples, qu’elles soient artistiques ou non. Les termes en sont simples : déployer, peindre, teindre, couvrir, coudre, assembler... Ils sont élémentaires : ils mettent en vue le fait que ces peintres s’attaquent aux fondements, àla spécificitéde l’art. Ils sont efficaces : d’une part, ils inscrivent chacune des démarches dans une perspective historique et anthropologique, d’autre part, ils permettent des rapprochements que la répartition en groupes, tendances et mouvements tendaient àmasquer. Si certains rapprochements se sont faits de longue date, comme ceux qui font se côtoyer Miguel, Charvolen, Alocco, Maccaferri, Valensi et Dezeuze, d’autres sont plus inattendus. Et on se surprend àtrouver évident, par exemple, qu’Hartung se retrouve près d’Arman ou de Cane ou que les brûlages de Burri voisinent avec ceux de Dolla, Klein et Saytour. En bref, Ils sont pertinents : ils permettent de rendre lisibles par tous la dynamique des recherches, la cohérence, individuelle et collective, des démarches.


En outre, les choix de la commissaire et la mise en espace des oeuvres permettent un étonnant dialogue entre les démarches contemporaines, les oeuvres de Fernand Léger et la configuration du bâtiment. Si les artistes présentés ne reconnaissent pas tous l’héritage de Léger, la communautéde recherche ou d’inquiétude apparaît par exemple dans le couple déconstruction/reconstruction des éléments de la peinture ou dans l’interrogation sur la place de l’art dans la vie sociale ou le statut des objets usuels dans l’art. Quant au dialogue avec la configuration du bâtiment, normalement traitédans l’accrochage, il est spectaculairement subtil, àl’intérieur, avec la proposition de Charvolen dont l’oeuvre, in situ, est en cours de réalisation, àl’extérieur avec les propositions de Venet (la reprise de l’historique tas de charbon !), Pagès et Dolla.


Naturellement, aucune approche de l’art n’est jamais vraiment juste et exhaustive... Et la simplicitése paie... On sait bien, par exemple, que telle toile de Dolla n’est pas brûlée, mais marquée àla fumée. Mais la commissaire ne donne pas ses propositions pour vraies. Elles les propose comme hypothèses de travail, ou pistes de lecture, et force est de reconnaître que ces hypothèses fonctionnent bien, donnent à comprendre et à penser.


Trop... Comment pourtant ne pas mentionner l’exposition présentée au musée Chagall : elle complète, plastiquement, et prolonge, historiquement, celle du musée Léger. On y lit d’abord la continuitédes problématiques de l’art contemporain ou, si l’on préfère, la continuité, le creusement, des ruptures initiées dans les années 50-70. Les nouvelles générations ont intégréles leçons des artistes qui les ont précédées : libertédes supports, des matériaux, des outils. On peint au chewing gum, comme Figarella, ou àla crème chocolat, comme Blazy, qui laisse au temps et aux souris le loisir de compléter son travail. On construit, comme Pinaud, un cylindre de bobines de fils de toutes les couleurs. On récupère, comme Chevalier, les résidus de peinture dans l’atelier, on les superpose et on les cloue au mur. On explore les rapports entre photo, video et peinture. On fait chatoyer la couleur sur des supports nouveaux, ou on la piège, àla colle thermofusible, sur des câbles d’acier, comme Wilson Trouvé. Et l’écho entre les deux expositions se retrouve encore dans l’oeuvre in situ proposée par Jérôme Robbe sur la terrasse du musée, impressionnant paysage dans le paysage, oùse fiancent un béton incertain et une couleur diffuse...


 


Trop... Et pourtant... Le nombre des artistes présents dans la manifestation est si important qu’on a du mal à comprendre certaines absences. Sur le site de la revue, j’ai déjà évoqué quelques noms : ceux de Serée, Maccheroni ou Thupinier, par exemple... J’aurais pu en donner quelques autres, comme Scholtès, Lanneau, Farhi ou Sosno... Ce genre d’oubli est toujours gênant, troublant et douloureux... Souhaitons qu’on saura quelque jour le réparer.


 

Publication en ligne : 25 décembre 2011

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette