BRIBES EN LIGNE
et si au premier jour il toutes sortes de papiers, sur je suis un tunnel sans fin et, à mult est vassal carles de mais jamais on ne       qui temps de pierres dans la       sur comment entrer dans une       l̵ max charvolen, martin miguel   je ne comprends plus       le raphaël dentelle : il avait paien sunt morz, alquant f toutes mes en cet anniversaire, ce qui mi viene in mentemi "si elle est  “comment les parents, l’ultime accorde ton désir à ta le géographe sait tout maintenant il connaît le 13) polynésie       tourne « 8° de antoine simon 21 (en regardant un dessin de gardien de phare à vie, au       pourqu       dans il avait accepté   jn 2,1-12 : la langue est intarissable percey priest lakesur les guetter cette chose trois tentatives desesperees bernard dejonghe... depuis tout le problème cher bernard on a cru à (la numérotation des       &n       vaches       sur grande lune pourpre dont les ce n’est pas aux choses  un livre écrit f tous les feux se sont       le il souffle sur les collines    de femme liseuse des voix percent, racontent       magnol madame est toute li quens oger cuardise mougins. décembre certains prétendent     vers le soir   anatomie du m et paysage de ta tombe  et histoire de signes .   adagio   je le travail de bernard le corps encaisse comme il agnus dei qui tollis peccata dorothée vint au monde les cuivres de la symphonie une errance de madame aux rumeurs merci à marc alpozzo "et bien, voilà..." dit       journ&       crabe- 5) triptyque marocain “le pinceau glisse sur madame, on ne la voit jamais       allong travail de tissage, dans macles et roulis photo 4    en pour robert d’abord l’échange des dernier vers doel i avrat,       la carissimo ulisse,torna a    au balcon tandis que dans la grande  au travers de toi je antoine simon 23       l̵ dans les carnets c’est pour moi le premier dernier vers aoi un verre de vin pour tacher "je me tais. pour taire. 1. il se trouve que je suis la fraîcheur et la nous serons toujours ces       " ma chair n’est ço dist li reis : de la cet article est paru dans le tout à fleur d’eaula danse dernier vers aoi       au  avec « a la quatrième essai de il n’y a pas de plus    regardant pour max charvolen 1) je t’ai admiré, livre grand format en trois al matin, quant primes pert voici des œuvres qui, le les grands c’est parfois un pays       fourmi quand sur vos visages les la poésie, à la j’ai perdu mon       la un temps hors du dimanche 18 avril 2010 nous l’illusion d’une       et la chaude caresse de temps de bitume en fusion sur       cerisi pour michèle aueret le lent tricotage du paysage face aux bronzes de miodrag sous l’occupation  tous ces chardonnerets macles et roulis photo 1 la mort, l’ultime port, antoine simon 19 de toutes les douce est la terre aux yeux diaphane est le mot (ou l’évidence à la mémoire de elle disposait d’une et que dire de la grâce antoine simon 24 s’ouvre la       je souvent je ne sais rien de et ces dernier vers aoi il existe au moins deux nous savons tous, ici, que     un mois sans l’attente, le fruit       reine antoine simon 12       pass&e vue à la villa tamaris pour marcel constellations et 0 false 21 18 suite de des voiles de longs cheveux quelques autres encore la couleur, mais cette dernier vers aoi bal kanique c’est se placer sous le signe de       fourr& antoine simon 31 nous dirons donc nice, le 30 juin 2000 lancinant ô lancinant pierre ciel     tout autour       un le nécessaire non pour julius baltazar 1 le marché ou souk ou le pendu macles et roulis photo 7 pour daniel farioli poussant s’égarer on dans les écroulements pour mireille et philippe madame chrysalide fileuse la rencontre d’une mon cher pétrarque, antoine simon 11  l’écriture antoine simon 20 errer est notre lot, madame, sables mes parolesvous ouverture d’une   (à       ma intendo... intendo ! pour andrée folie de josuétout est       m̵ les doigts d’ombre de neige allons fouiller ce triangle   la production "ces deux là se pour frédéric       voyage etait-ce le souvenir       &agrav       sur antoine simon 27 Éléments -       parfoi et il parlait ainsi dans la a ma mère, femme parmi equitable un besoin sonnerait       que pas sur coussin d’air mais monde imaginal, en 1958 ben ouvre à tout mon petit univers en       assis premier vers aoi dernier       de rigoles en station 3 encore il parle titrer "claude viallat,      &     double giovanni rubino dit       le le ciel est clair au travers c’est extrêmement je dors d’un sommeil de       l̵ dernier vers aoi autre petite voix six de l’espace urbain,    nous in the country l’art c’est la pour helmut vous deux, c’est joie et madame, c’est notre toi, mésange à   l’oeuvre vit son ils avaient si longtemps, si deuxième essai le       jardin même si au labyrinthe des pleursils 1257 cleimet sa culpe, si ici, les choses les plus       entre       il       soleil la communication est sept (forces cachées qui       gentil effleurer le ciel du bout des carmelo arden quin est une       embarq       ...mai deuxième approche de deuxième apparition le vieux qui la terre a souvent tremblé juste un mot pour annoncer able comme capable de donner       l̵ décembre 2001.   (dans le quelque temps plus tard, de       juin       &agrav le scribe ne retient les premières seul dans la rue je ris la       à dernier vers aoi je déambule et suis vous n’avez entr’els nen at ne pui "mais qui lit encore le (vois-tu, sancho, je suis rare moment de bonheur, f les rêves de temps où les coeurs en introduction à pure forme, belle muette, dernier vers aoi   né le 7 « h&eacu paroles de chamantu station 1 : judas régine robin, à cri et à macles et roulis photo 6  improbable visage pendu quand les eaux et les terres pour jean marie (À l’église dans les horizons de boue, de franchement, pensait le chef, 1) notre-dame au mur violet villa arson, nice, du 17 edmond, sa grande tant pis pour eux.       sur 0 false 21 18       ( pour michèle gazier 1) au programme des actions 1- c’est dans cinq madame aux yeux cette machine entre mes etudiant à  martin miguel vient pour le prochain basilic, (la       dans le grand combat : il y a tant de saints sur f j’ai voulu me pencher       droite la vie est ce bruissement quand nous rejoignons, en       la comme un préliminaire la à bernadette antoine simon 15       les dans ce pays ma mère       su le "patriote", le 26 août 1887, depuis granz fut li colps, li dux en écrirecomme on se dernier vers aoi       midi siglent a fort e nagent e deux ce travail vous est bien sûrla abu zayd me déplait. pas ce monde est semé  pour de vos estes proz e vostre  dernier salut au       grappe pour gilbert quand c’est le vent qui cet article est paru l’éclair me dure, dernier vers aoi imagine que, dans la le lourd travail des meules nous lirons deux extraits de derniers vers sun destre     hélas,     ton mes pensées restent  zones gardées de j’ai relu daniel biga, mesdames, messieurs, veuillez ma voix n’est plus que       "       ce je sais, un monde se  les œuvres de les étourneaux ! ici. les oiseaux y ont fait des quatre archanges que approche d’une       le d’un bout à on préparait dans l’effilé de lorsqu’on connaît une j’ai travaillé dernier vers aoi journée de poussées par les vagues dernier vers aoi         enfant nos voix des conserves ! ce paysage que tu contemplais hans freibach : la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Griot, Bernadette > Il y a le feu !

BERNADETTE GRIOT

<- Désordre global |
Le soleil n’est pas pour tout le monde
© Bernadette Griot
Ecrivain(s) : Griot
Clefs : poésie

Le soleil n’est pas pour tout le monde.
Je vis de peu, le pain, l’amour et le logis, j’ai. J’ai aussi ma colère, contre ma banque, contre les banques, contre un envers qui mène le monde.
 

Le soleil n’est pas pour tout le monde.
Hakim aussi était en colère contre sa banque ce jour-là. Seul et désarmé, il a simplement jeté les mots de son épuisement à la face du Goliath absent, il en est mort. Il ne savait pas que des petits soldats veillaient sur le mensonge des banques.
 

Le soleil n’est pas pour tout le monde.
Je vis de peu parce que la nature me l’offre. Je gratte la terre et remue les pierres, je monte un muret. Je prends le temps de regarder le ciel. Ma colère ainsi s’apaise en même temps qu’elle insuffle un élan de résistance.
 

Le soleil n’est pas pour tout le monde.
Ventre à terre, le visage tétanisé par la peur, Hakim hurlait. Il savait qu’une clé d’étranglement n’est pas qu’une méthode d’immobilisation mais une mort annoncée, presque certaine. Seul avec ses bourreaux aura-t-il entendu le cri des témoins ?
 

Le soleil n’est pas pour tout le monde. La prison non plus puisque cela n’aura jamais eu lieu.

Publication en ligne : 10 mai 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette