BRIBES EN LIGNE
issent de mer, venent as si j’étais un sept (forces cachées qui nice, le 30 juin 2000 aux george(s) (s est la       en le glacis de la mort et je vois dans vos madame est une le coquillage contre moisissures mousses lichens madame est une torche. elle rm : nous sommes en       deux les grands       le     extraire dernier vers aoi à propos “la le pendu “dans le dessin les plus terribles ce qui importe pour       jonath     depuis quatrième essai de deuxième suite antoine simon 20 une il faut dire les siglent a fort e nagent e coupé en deux quand 1254 : naissance de comme ce mur blanc    si tout au long       les madame, vous débusquez   nous sommes (la numérotation des  un livre écrit imagine que, dans la f toutes mes je m’étonne toujours de la leonardo rosa vous avez       au 5) triptyque marocain    regardant       avant deuxième approche de « e ! malvais il tente de déchiffrer,       va       entre a la fin il ne resta que tes chaussures au bas de comme un préliminaire la face aux bronzes de miodrag   je ne comprends plus se placer sous le signe de antoine simon 23 iloec endreit remeint li os       longte printemps breton, printemps pour egidio fiorin des mots titrer "claude viallat, générations       sur rita est trois fois humble. reflets et echosla salle antoine simon 2 mais jamais on ne       le le corps encaisse comme il si grant dol ai que ne macles et roulis photo apaches : à bernadette légendes de michel diaphane est le mot (ou pour frédéric       au n’ayant pas pas facile d’ajuster le       dans       dans 1) notre-dame au mur violet je ne sais pas si Être tout entier la flamme livre grand format en trois ….omme virginia par la madame porte à       dans dernier vers aoi napolì napolì dernier vers aoi ce paysage que tu contemplais temps de pierres dans la 1.- les rêves de   se     longtemps sur la question du récit c’est parfois un pays     au couchant depuis ce jour, le site dans le pain brisé son f le feu est venu,ardeur des i.- avaler l’art par ce monde est semé je t’ai admiré, langues de plomba la le lent tricotage du paysage     un mois sans r.m.a toi le don des cris qui introibo ad altare À max charvolen et martin pour andrée et combien je désire un pour m.b. quand je me heurte il ne sait rien qui ne va preambule – ut pictura dix l’espace ouvert au les plus vieilles mougins. décembre la légende fleurie est     après paien sunt morz, alquant (de)lecta lucta   dernier vers aoi pour julius baltazar 1 le arbre épanoui au ciel béatrice machet vient de très malheureux... je suis bien dans la force du corps, « amis rollant, de je déambule et suis       la pie nécrologie j’ai travaillé       droite moi cocon moi momie fuseau       &ccedi       je me  les premières pour michèle       la merci à marc alpozzo j’ai relu daniel biga,       crabe- aucun hasard si se les dernières À max charvolen et cet univers sans la pureté de la survie. nul temps de cendre de deuil de j’ai ajouté       entre    en 0 false 21 18   pour adèle et pour c’est une sorte de sables mes parolesvous de soie les draps, de soie que reste-t-il de la sa langue se cabre devant le dans ce pays ma mère       m̵ dans les écroulements       object nous savons tous, ici, que     faisant la  tu vois im font chier pas sur coussin d’air mais dernier vers aoi juste un mot pour annoncer       le       b&acir  hors du corps pas en ceste tere ad estet ja j’entends sonner les les avenues de ce pays       dans       il pour michèle aueret il en est des meurtrières. la mort d’un oiseau. quand sur vos visages les très saintes litanies al matin, quant primes pert temps où le sang se lorsque martine orsoni macles et roulis photo 3 station 3 encore il parle le galop du poème me lancinant ô lancinant madame a des odeurs sauvages       vaches je reviens sur des madame, c’est notre       jardin quant carles oït la les enseignants : à la mémoire de     [1]  temps de pierres l’impression la plus traquer raphaël "pour tes bribes en ligne a ecrire sur les cuivres de la symphonie j’ai donc toulon, samedi 9 le proche et le lointain je t’enfourche ma l’heure de la lu le choeur des femmes de polenta dernier vers aoi pure forme, belle muette, a christiane me onzième souvent je ne sais rien de       ce nous avons affaire à de 10 vers la laisse ccxxxii préparation des je rêve aux gorges j’ai donné, au mois dans les carnets madame déchirée a ma mère, femme parmi de pa(i)smeisuns en est venuz un nouvel espace est ouvert dernier vers aoi régine robin,       le en cet anniversaire, ce qui       juin grande lune pourpre dont les jusqu’à il y a ce texte se présente       sur le couleur qui ne masque pas qu’est-ce qui est en on trouvera la video  c’était       le   six formes de la dernier vers aoi le 26 août 1887, depuis   est-ce que nous avancions en bas de aux barrières des octrois       cerisi  monde rassemblé quel étonnant       mouett "le renard connaît ce avant dernier vers aoi mi viene in mentemi vous deux, c’est joie et six de l’espace urbain, ce jour-là il lui il ne reste plus que le       dans pour robert le 28 novembre, mise en ligne       fleur cette machine entre mes       bonheu tout en travaillant sur les pas même   marcel juste un la tentation du survol, à se reprendre. creuser son deuxième apparition  je signerai mon présentation du pluies et bruines, je me souviens de       fourr& quel ennui, mortel pour essai de nécrologie,       dans les oiseaux s’ouvrent « h&eacu tout est possible pour qui       au granz fut li colps, li dux en       gentil mes pensées restent laure et pétrarque comme religion de josué il quand les eaux et les terres je t’enlace gargouille marché ou souk ou a grant dulur tendrai puis pour jean-louis cantin 1.-       ruelle station 7 : as-tu vu judas se le lourd travail des meules       descen recleimet deu mult       macles et roulis photo 1 nice, le 8 octobre       bruyan       dans quelque chose pour angelo À l’occasion de non... non... je vous assure,       pav&ea deuxième apparition de vous avez et que vous dire des cet article est paru dans le l’attente, le fruit     pluie du tous feux éteints. des quatrième essai de       il dire que le livre est une  martin miguel vient       pourqu dans la caverne primordiale pour anne slacik ecrire est c’est vrai quand il voit s’ouvrir,       nuage     du faucon f les marques de la mort sur       je     sur la pente       &agrav eurydice toujours nue à   anatomie du m et rare moment de bonheur, "l’art est-il dentelle : il avait les lettres ou les chiffres de proche en proche tous f le feu s’est       au tout mon petit univers en (vois-tu, sancho, je suis voici des œuvres qui, le l’art n’existe jamais je n’aurais antoine simon 27 à la bonne “le pinceau glisse sur la route de la soie, à pied,   ces notes "si elle est réponse de michel ils s’étaient « 8° de ce qui fascine chez samuelchapitre 16, versets 1 f les feux m’ont antoine simon 16 (elle entretenait « pouvez-vous       object je dors d’un sommeil de comme c’est       & la terre nous deux ce travail vous est       m&eacu À la loupe, il observa  “ne pas et encore  dits folie de josuétout est j’arrivais dans les trois (mon souffle au matin un besoin de couper comme de pour andré villers 1) madame, on ne la voit jamais tous ces charlatans qui  dernières mises les doigts d’ombre de neige   on n’est     oued coulant dernier vers aoi la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > Pagès
| Survol d’une oeuvre ->
Pagès, l’instant du dessin
Artiste(s) : Pagès (site)

Publication en ligne : 16 mars 2008

titre documents joints

  • Queques vues de la projection présentée au musée Matisse dans le cadre de la conférence sur l’instant du dessin dans l’oeuvre de Bernard Pagès. Dessins prépartoires à la sculpture mise en place à Ivry.

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette