BRIBES EN LIGNE
antoine simon 17       la franchement, pensait le chef,       entre  avec « a la       l̵ dernier vers aoi   adagio   je ne pas négocier ne encore la couleur, mais cette tous ces charlatans qui karles se dort cum hume al matin, quant primes pert il aurait voulu être mille fardeaux, mille (vois-tu, sancho, je suis       neige autre essai d’un       p&eacu alocco en patchworck © je meurs de soif siglent a fort e nagent e dernier vers aoi    en tous feux éteints. des ma voix n’est plus que voile de nuità la       sur carissimo ulisse,torna a une autre approche de la question du récit       et et il parlait ainsi dans la le ciel de ce pays est tout       il comme une suite de où l’on revient       l̵ nous avancions en bas de antoine simon 9 je n’hésiterai cinq madame aux yeux les avenues de ce pays « voici le grand combat : et si au premier jour il       au       dans quand les eaux et les terres   que signifie antoine simon 23   au milieu de       pass&e derniers de proche en proche tous       sur     " je suis "moi, esclave" a « e ! malvais toute trace fait sens. que ecrire sur À la loupe, il observa       dans paien sunt morz, alquant pour anne slacik ecrire est de prime abord, il       " dernier vers aoi   pour jacky coville guetteurs sous la pression des dernier vers aoi       les la fonction, fin première inoubliables, les ce va et vient entre très saintes litanies       rampan nu(e), comme son nom je suis occupé ces ajout de fichiers sons dans 1) notre-dame au mur violet antoine simon 21 tandis que dans la grande       dans s’ouvre la dans l’innocence des présentation du       en la pureté de la survie. nul etudiant à       ruelle       chaque antoine simon 20       l̵ et  riche de mes   1) cette marie-hélène guetter cette chose  les éditions de  ce qui importe pour lentement, josué au labyrinthe des pleursils il existe deux saints portant le bulletin de "bribes le geste de l’ancienne,  improbable visage pendu max charvolen, martin miguel la poésie, à la avant propos la peinture est  je signerai mon pure forme, belle muette, a propos d’une fontelucco, 6 juillet 2000 vous deux, c’est joie et passet li jurz, si turnet a la deuxième édition du       d&eacu   la liberté de l’être toutefois je m’estimais la mort d’un oiseau.  les premières       le (de)lecta lucta   c’est un peu comme si,   3   

les de mes deux mains macles et roulis photo 4 si j’avais de son libre de lever la tête le passé n’est       fourmi huit c’est encore à pour qui veut se faire une au rayon des surgelés       &ccedi madame, c’est notre ils avaient si longtemps, si tu le sais bien. luc ne il en est des noms comme du pour pierre theunissen la       je les oiseaux s’ouvrent       dans jouer sur tous les tableaux il y a dans ce pays des voies dernier vers aoi   je sais, un monde se dernier vers s’il aux barrières des octrois    nous       la on croit souvent que le but se reprendre. creuser son soudain un blanc fauche le       les on trouvera la video       le quand sur vos visages les antoine simon 12       object des quatre archanges que dans le train premier     m2 &nbs la légende fleurie est pur ceste espee ai dulor e douze (se fait terre se       vu c’est la distance entre iv.- du livre d’artiste a toi le don des cris qui je reviens sur des et que vous dire des la lecture de sainte dernier vers aoi aux george(s) (s est la pierre ciel granz fut li colps, li dux en rien n’est plus ardu   si vous souhaitez f les marques de la mort sur       glouss clere est la noit e la morz est rollant, deus en ad dernier vers aoi la vie est ce bruissement seins isabelle boizard 2005 noble folie de josué, carcassonne, le 06 quelque chose       &eacut antoine simon 30 a la libération, les portrait. 1255 : en introduction à le coquillage contre       arauca epuisement de la salle, il faut laisser venir madame  de la trajectoire de ce  ce mois ci : sub une errance de ce n’est pas aux choses       allong pour egidio fiorin des mots       fleure sables mes parolesvous pour maguy giraud et   marcel mise en ligne chercher une sorte de       " cette machine entre mes les amants se       vaches vedo la luna vedo le un jour nous avons mon travail est une saluer d’abord les plus       dans pour mireille et philippe       une li quens oger cuardise la galerie chave qui pour maxime godard 1 haute       &n merci à la toile de toulon, samedi 9 tout est possible pour qui       je me pour jean marie antoine simon 7 merci au printemps des intendo... intendo ! coupé en deux quand a claude b.   comme troisième essai et deuxième apparition de je ne sais pas si frères et     [1]  f les feux m’ont la littérature de folie de josuétout est       marche antoine simon 28 mais non, mais non, tu exode, 16, 1-5 toute archipel shopping, la       droite mes pensées restent       la normal 0 21 false fal petites proses sur terre dans le pain brisé son       gentil les grands aucun hasard si se     sur la f le feu s’est station 4 : judas  il en est des meurtrières. gardien de phare à vie, au temps où le sang se de soie les draps, de soie rita est trois fois humble.  dernières mises ce pour c’est pour moi le premier  le grand brassage des pour mon épouse nicole elle ose à peine avant dernier vers aoi nous viendrons nous masser   ces notes mesdames, messieurs, veuillez       sur un trait gris sur la générations l’heure de la lancinant ô lancinant       aujour             ce       sous 1 au retour au moment mon cher pétrarque, heureuse ruine, pensait     double comme ce mur blanc nos voix   ces sec erv vre ile antoine simon 14 samuelchapitre 16, versets 1 trois tentatives desesperees   d’un coté, pour jean-louis cantin 1.- 1-nous sommes dehors.       le trois (mon souffle au matin dernier vers aoi       pass&e dernier vers aoi ce pays que je dis est que reste-t-il de la carles respunt : elle réalise des un besoin de couper comme de cet article est paru dans le quand c’est le vent qui exacerbé d’air le lourd travail des meules carles li reis en ad prise sa pour philippe     quand       ( ce qui aide à pénétrer le diaphane est le ce qui fascine chez nouvelles mises en c’est ici, me   la baie des anges   un vendredi bien sûr, il y eut     le cygne sur       dans       s̵ je ne peins pas avec quoi, il tente de déchiffrer, dans ce pays ma mère j’ai en réserve    courant       au f le feu est venu,ardeur des       au bruno mendonça  dans le livre, le si, il y a longtemps, les approche d’une j’ai parlé    7 artistes et 1 et…  dits de pour michèle madame a des odeurs sauvages carmelo arden quin est une in the country le plus insupportable chez sculpter l’air : cet univers sans     chant de dans ce périlleux béatrice machet vient de paroles de chamantu les durand : une       assis preambule – ut pictura le géographe sait tout apaches : iloec endreit remeint li os au programme des actions agnus dei qui tollis peccata       longte  un livre écrit bernard dejonghe... depuis l’éclair me dure, très malheureux... hans freibach :       voyage ses mains aussi étaient   pour olivier granz est li calz, si se le nécessaire non ils sortent       je dernier vers aoi je t’ai admiré,       soleil       sabots a la femme au a grant dulur tendrai puis À max charvolen et martin     pluie du douce est la terre aux yeux a la fin il ne resta que de tantes herbes el pre depuis ce jour, le site jamais si entêtanteeurydice       mouett pour lee     une abeille de       la pie nous savons tous, ici, que   anatomie du m et la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Chartron, Philippe > Améthode

PHILIPPE CHARTRON

<- Mes pensées restent orientées... | Je désire un état du monde... ->
Guetter cette chose
© Philippe Chartron
Ecrivain(s) : Chartron
Clefs : poésie

Guetter cette chose « qu’on ne veut ou ne peut nommer », cette frontière du vécu et du pensé, cette frontière de la transmutation de notre être de chair, en énergie à la recherche d’une forme à venir : nuit, silence, hébétude du mental qui ne peut plus formuler ce qui non pas l’obsède, mais se refuse et se manifeste dans cette évite permanente,

 
Est-ce bien raisonnable de s’enfoncer dans la recherche de ces faits sans suite, quelquefois c’est un non-sens, de s’acharner sur ces restes. Mais ils sont le futur d’une plénitude encore à naître, un monde qui n’a pas trouvé comment aboutir.
 
Le monde n’est que l’ébauche humble et persévérante de ce qui va naître, un monde autre en naissance dans la mort et la mise en pièces de celui-ci.
Publication en ligne : 9 mai 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette