BRIBES EN LIGNE
le glacis de la mort page suivante page À perte de vue, la houle des dernier vers aoi   même si cliquer sur l’icône       au recleimet deu mult  référencem les amants se page suivante ► page la mort d’un oiseau. antoine simon 20 et que vous dire des aucun hasard si se si tu es étudiant en rafale à 1 2 3&nbs       ".. textes mis en ligne en     dans la rue la ils sortent       araucari pour marcel       cette carissimo ulisse, torna a j’ai parlé essai de nécrologie,       les embrassées , cantilène sommaire ► page suivante       dans page suivante ► page page suivante ► page page suivante ► page madame a des odeurs sauvages       longtemp c’est la peur qui fait       entre  hier, 17       sous peinture de rimes. le texte quand il voit s’ouvrir,       crabe-ta « et bien, cent dix remarques i► cent    7 artistes et 1 un verre de vin pour tacher page suivante ► page le slam ? une ruse de marie-hélène elle disposait d’une page suivante ► page de nouvelles mises en iigne,       pass&eac sommaire ► page suivante       bien       gentil marché ou souk ou antoine simon 15 1 2 questions antoine simon 3 bernard noël, droits ouverture de l’espace de proche en proche tous page précédente ► tristan  je signerai mon aller à la bribe suivante 1 2 3&nbs tromper le néant 1 2 3&nbs madame chrysalide fileuse laure et pétrarque comme depuis le 20 juillet, bribes       journ&ea 1 2 3 page suivante ► page  epître aux a propos d’une nice, le 8 octobre l’attente, le fruit paroles de chaman tu les cuivres de la symphonie       voyage le lent déferlement cinq madame aux yeux       assis    nous le chêne de donne (i) ► le granz est li calz, si se aller à dernier vers aoi un titre : il infuse sa a-t-il bien sûr, il y eut dernier vers aoi   pour gilbert       vu les l’art est le culte de       longtem page suivante ► page il n’a vécu que par pure quatrième essai de régine robin, page suivante ► page     après il tente de déchiffrer, retour au texte pour pierre theunissen la       " dernier vers aoi de pareïs li seit la nécrologie chercher une sorte de j’ai donné, au mois       le station 1 : judas un soir à paris au rafale n° 4 on le     chant de dans le vacarme des couleurs, clxvi deus li otreit (la sue) page suivante ► page janvier 2002 .traverse si c’est ça, pour angelo  martin miguel vient 1 2 3&nbs  mise en ligne du texte 1 2 3&nbs pour max charvolen 1) textes mis en ligne en août une autre approche de   tout est toujours en « je me tais. station 7 : as-tu vu judas se page suivante ► page       pass&eac présentation du projet lu le choeur des femmes de une errance de toulon, samedi 9 1 2 3&nbs  c’était je suis il n’y a pas de plus pour qui veut se faire une aller à l’échange sur bal kanique c’est buttati ! guarda  les dessins de martine orsoni page suivante ► page josué ne     les fleurs du page suivante ► page       ...mais dernier vers aoi  le livre, avec antoine simon 30   marcel  pour de six de l’espace urbain,       jonathan pour maxime godard 1 haute préparer le ciel i il était question non       é rafale coupé le son à la rencontre d’une quelques autres 0- souviens-toi. sa    si tout au long       dans le page suivante ► page quand on arrive de new-york etait-ce le souvenir 1 2 3&nbs immense est le théâtre et aller à la bribe suivante dernier vers aoi (ma gorge est une i mes doigts se sont ouverts siglent a fort e nagent e dernier vers que mort il faut laisser venir madame       sur les       ç     surgi       pour les céramiques et leurs    tu sais ce qu’un paysage peut comment entrer dans une l’appel tonitruant du       les pour raphaël certains prétendent grande lune pourpre dont les les plus vieilles accoucher baragouiner       un premier vers aoi dernier antoine simon 24 1 2 3&nbs dernier vers aoi         &n       la j’ai relu daniel biga, le 26 août 1887, depuis la légende fleurie est dernier vers aoi   anatomie du m et page suivante ► page je me souviens qu’à propos       soleil la musique est le parfum de       bonheur l’ami michel a ma mère, femme parmi   dits de « pouvez-vous sauver la vie c’est ne sommaire ► page suivante       dans le où l’on revient       six ecrire les couleurs du monde sous ces étagements liquides       le année 2018 ► année 2020 avec marc, nous avons pour philippe   nous sommes et que vous dire des       dé vertige. une distance a propos de quatre oeuvres de   jn 2,1-12 :       au cliquez sur l’icône today i eat my récapitulatif lieux et 1 2 3&nbs suite de page suivante ► page la mort, l’ultime port, la cité de la musique les ruelles blanches qui de la ce jour-là il lui page suivante ► page page suivante ► page       à rêve, cauchemar,       retourn& jamais je n’aurais antoine simon 25 allons fouiller ce triangle au programme des actions page précédente retour thème principal :   je n’ai jamais Éléments - (de)lecta lucta   page suivante ► page présentation du projet dans la caverne primordiale       force 1 2 3 et il fallait aller debout quelques textes dans l’herbier de ses que nos princes et empereurs traversé le lieu-dit de portrait. 1255 :       bâ la route de la soie, à pied, suite du blasphème de quatrième essai de "le renard connaît  la lancinante attelage ii est une œuvre À propos de fata en Être appelé par son nom  si, du nouveau rare moment de bonheur, il souffle sur les collines clers est li jurz et li antoine simon 16       ainsi va le travail de qui dernier vers aoi       &nbs       midi vous dites : "un  le "musée pas facile d’ajuster le aller au texte nous sommes nous avancions en bas de abstraction voir figuration madame, vous débusquez si j’avais de son  dernier salut au 1- c’est dans au centre des quartiers de     hélas,       embarq 1 2 3&nbs dernier vers aoi     une abeille de       sur  un livre écrit aller vers bribes, livres 1 printemps breton, printemps pas même   pour olivier  dernières mises a la femme au pas une année sans évoquer ► abÉcÉdaire à jean « mais qui lit  tu ne renonceras pas. 3 

les lieux aussi sont petit matin frais. je te en cet anniversaire, ce qui      &       je mis en ligne durant mes pensées restent encore une citation “tu eloge de la boite aux leonardo rosa    courant sommaire ► page suivante page suivante ► page pénétrer dans ce jour, l’illusion d’une 1 2 3&nbs textes mis en ligne en août la bouche pleine de bulles in the country carmelo arden quin est une À hélène       deux antoine simon 13       il page précédente retour antoine simon 6 vous, dont l’âme, le j’ai longtemps pour accéder au texte, un texte que j’ai des quatre archanges que il n’était qu’un       la je crie la rue mue douleur peindre ou virevolter dans       en tendresse du monde si peu madame, on ne la voit jamais toutes ces pages de nos la terre nous  avec « a la page suivante ► page la gaucherie à vivre, très saintes litanies sommaire ► page suivante préparer le ciel i dernier vers aoi able comme capable de donner sauvage et fuyant comme aller à la bribe suivante       l’ le 15 mai, à       l’ s’ouvre la     double dans le pain brisé son quando me ne so itu pe chants à tu mon recueil raphaël monticelli 30 juin pour accéder au texte au vous avez       qui c’est — pense-t-on - ce jour là, je pouvais       apr&egra la parol

Retour à l'accueil

RAPHAËL MONTICELLI

R. Monticelli à B. Noël

le 30 juin 2000

Publication en ligne : 25 avril 2010
Première publication : septembre 2000 / Notes et correspondance
Artiste(s) : Griot Ecrivain(s) : Monticelli R.

Bernard Noël, Lodève, Voix de la Méditerranée 2010

Raphaël Monticelli 30 juin ►

Bernard Noël 2 juillet►

Raphaël Monticelli 4 juillet ►

Bernard Noël 6 juillet ►

Nice, le 30 juin 2000

 

 
Cher Bernard Noël,
 
Je n’ai eu connaissance du travail de Bernadette Griot, et plus particulièrement de sa démarche « Dans les bruits du monde » que l’année dernière. Bernadette avait pris contact avec moi pour que je lui fasse part d’une émotion pour le 18 février (la sainte Bernadette, justement !). Je n’ai pu lui répondre qu’au début juillet. Mais à partir de cette date, nous n’avons jamais cessé de correspondre, et j’ai mesuré peu à peu la dimension et l’intérêt de son projet.
 
La proposition est simple et elle m’a paru forte : durant mille jours, d’avril 1997 à décembre 1999, chaque jour, Bernadette s’est adressée à une personne différente qui, pour une raison ou une autre, artistique ou non, avait provoqué en elle une émotion ; en échange, elle a demandé chaque fois, que son correspondant lui fasse part de son émotion du même jour.
 
Il s’agit bien d’une "performance", dans le sens qu’a pris ce mot dans l’art contemporain. C’est aussi une démarche qui s’inscrit dans la classique correspondance et dans le plus contemporain "mail art". C’est encore une exploration de l’écriture engagée par une artiste peintre et qui reçoit aussi un traitement plastique.
 
Il y a là autant de pistes à parcourir... Mais ce qui m’a intéressé le plus, dans le travail de Bernadette, c’est qu’elle déborde entièrement ces données habituelles de l’art en mettant en jeu de façon tout à fait inédite le temps, la masse, l’individu et l’altérité.
 
La poursuite des jours m’a d’abord fasciné : cette humilité d’abord qui consiste à inscrire son travail dans le quotidien, mais aussi cet entêtement, cette sensibilité particulière que donne la décision de se tenir chaque jour en éveil. Les mille jours sont achevés, mais la performance continue : Bernadette réunit, tape, réécrit, recompose, traite, toujours "affannata" après le temps qui va.
 
Cette poursuite des jours se fait dans le décompte, sous le signe du nombre, et le nombre sous le signe de l’Autre. 1000 c’est 1000 et c’est moins mille jours que mille "Autres". Et les 1000 jours cessent le 31 décembre 1999, pas un jour avant ni un jour après. Et si les réponses sont au nombre de 520, elles sont 520 et non 1000. Et si elle sont 666 ou 692, c’est ce nombre là que l’on dit et non un autre. Cette humilité dans le travail, je la retrouve ainsi sous la forme de la "véracité" (la "véridicité"). Bernadette ne truque rien, ni le temps ni les gens. Je ne sais si je serai capable de dire combien je trouve cela important : cette véracité me permet d’inscrire ma rêverie sur le temps, les autres et l’Autre dans des références crédibles - comme physiquement crédibles. Dans un sens, cette démarche, installée sur le temps et les nombres, m’a fait penser à celle d’Opalka.
 
Sous le signe de l’humilité, du nombre et de l’Autre. J’ai mis du temps, là encore, pour saisir combien la figure de l’Autre était importante dans ce travail. Combien et comment elle était importante. l’Autre, c’est le fond, sans doute, de tout le travail de l’art. Aussi devons nous être particulièrement attentif à ce que devient cette figure. Il aurait été facile à Bernadette de ne traiter les 1000 que comme masse. Voilà qui aurait bien tenu de la performance. Mais non ! Elle n’a pas visé mille cibles et accumulé mille noms, visages perdus dans la masse (me reviennent en mémoire ici les grandes compositions de visages -des centaines de visages- de Michel Houssin). Non. Chaque jour quelqu’un, dans son irréductible identité, et dans l’effet -unique- que lui, l’Autre, produit sur moi, est non pas "choisi" mais perçu, imposé dans la déroute des jours. A ce quelqu’un, différent chaque jour, chaque jour j’écris.Chaque jour je l’ai attendu et entendu, voix chaque jour différente. Et j’ai voulu avec lui engager parole, tisser voix et émotions. Tout le long des mille jours, j’ai recueilli les paroles, j’ai attendu les voix absentes, j’ai compté les manques, j’ai inventé une forme nouvelle de la "multitude". Et dans la multitude j’ai entretenu avec chacun un rapport différent.
 
Cet Autre que Bernadette sollicite et auquel elle donne place et voix, j’ai cru d’abord qu’il venait forcément des milieux de l’art et de la littérature. Jusqu’au jour où j’ai lu pour la première fois une de ses listes. Un poète fait le premier jour. Un poète aurait dû faire l’avant dernier. L’un a donné sa voix, l’autre son silence. Tous deux sont là, d’une certaine façon. Le dernier sollicité est l’enfant qui va naître. Il n’a pas encore de voix, ni de nom. En quoi il est, plus que quiconque, porteur de futur. Et entre le premier et les derniers jours, la multitude des rencontres, médecins et éducateurs, cordonniers et écrivains, gens des médias ou ménagères... Toutes les voix du monde dans les bruits du monde. Cette attention à tous !
 
J’ai le bonheur de suivre la démarche de Bernadette depuis près d’un an. Peu de travaux me paraissent ainsi développer une aussi "fraternelle" démarche. Bernadette me disait ne pas bien se reconnaître dans ce terme. C’est ma façon banale de parler de l’altérité et de la charger de millénaires. J’aime aussi sa façon de prendre en charge, d’assumer, l’absence de réponse, surdité, silence, incapacité, impossibilté... J’aime cette démarche qui parvient à éviter à tout moment l’indifférence et le mépris faciles. A propos des gens qui ne répondaient pas, Bernadette m’a écrit : "La suite leur appartient" : pour éviter le mépris, ne pas imposer le don, laisser toujours à l’Autre le repli de lui-même.
 
Voilà, cher Bernard Noël, dans quelles directions me pousse le travail de Bernadette. Quelques unes d’entre elles vous intéressent-elles ?
 

 

 

 

 

 

 

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP