BRIBES EN LIGNE
je n’aime pas les gens sommaire ► page suivante sommaire ► page suivante derniers textes mis en page suivante ► page des voix percent, racontent carles respunt : tout en travaillant sur les et si tu dois apprendre à préparer le ciel i     sur la antoine simon 25       un ce 28 février 2002. pour gilbert l’attente, le fruit décembre 2001. etudiant à où l’on revient dernier vers aoi       l’ dernier vers aoi dans le vacarme des couleurs, page suivante ► page li emperere par sa grant sous l’occupation       araucari autre citation « e ! malvais j’ai ajouté il existe au moins deux i en voyant la masse aux page suivante ► page       ".. immense est le théâtre et voir aussi boltanski galerie aller à la bribe suivante quelques textes guetter cette chose s’ouvre la la prédication faite le plus insupportable chez (À l’église (dans mon ventre pousse une epuisement de la salle, paroles de chaman tu n’ayant pas les plus terribles   iv    vers antoine simon 29 seul dans la rue je ris la       sur le d’abord l’échange des ce n’est pas aux choses granz fut li colps, li dux en dernier vers doel i avrat, langues de plomb a la le galop du poème me dans le respect du cahier des textes mis en ligne en avril paru en ce mois de juin 2021, clere est la noit e la il n’y a pas de plus outre la poursuite de la mise travail de tissage, dans   la production on trouvera la video antoine simon 19 recleimet deu mult sommaire ► page suivante       rampant       é 0- souviens-toi. sa   je ne comprends plus (elle entretenait page suivante ► page     faisant la noble folie de josué,     de rigoles en elle ose à peine a propos d’une page suivante ► je suis né antoine simon 33  jésus rafale n° 7 un dernier vers que mort les petites fleurs des   est-ce que retour à la recherche  l’exposition  cette machine entre mes avec marc, nous avons    7 artistes et 1 les amants se on croit souvent que le but présentation du projet le slam ? une ruse de qui d’entre nous       je marie-hélène d’abord trouver un titre. derniers vers sun destre       ce j’ai relu daniel biga,       dans la la mastication des et si au premier jour il page suivante ► page    seule au est-ce parce que, petit, on       reine pénétrer dans ce jour,       ton ma mémoire ne peut me c’était une j’aime chez pierre générations ce jour là, je pouvais exode, 16, 1-5 toute ses mains aussi étaient et combien aux george(s) (s est la page suivante ► page il souffle sur les collines     quand basile page suivante ► page eloge de la boite aux textes mis en ligne en mai suite du blasphème de antoine simon 20 page suivante ► page introibo ad altare l’instant criblé je ne sais pas si       une présentation du projet dans les rêves de la je rêve aux gorges "le renard connaît       l’ page suivante ► page       pass&eac station 7 : as-tu vu judas se pour jean marie antoine simon 24 a la fin   il ne resta glaciation entre       l’     un mois sans un texte que j’ai a quelques exceptions près 1 2  en une, une œuvre de le lent tricotage du paysage 1- ai-je reçu une   adagio   je toute une faune timide veille 1 2  sixième i.- avaler l’art par catalogue.03pdf.pdf sommaire ► page suivante       la cet article est paru dans le nécrologie même si chère florence un soir à paris au préparer le ciel i ce jour-là il lui il est le jongleur de lui   on n’est pas même       st la galerie chave qui 1- c’est dans marché ou souk ou  marcel migozzi vient de et il fallait aller debout       pass&eac giovanni rubino dit non... non... je vous il y a deux villes à     [1] l page suivante ► page page suivante ► page quelque temps plus tard, de     du faucon   encore une       le ciel 1 2   je ne voulais pas 1 2        m’ autres litanies du saint nom descendre à pigalle, se     vers le soir page suivante ► page préparer le ciel i       dé page précédente retour rêve, cauchemar, tromper le néant vous, dont l’âme, le le pendu mise en ligne le nécessaire non je ne saurais dire avec assez difficile alliage de       dans le sa langue se cabre devant le       la a claude b.   comme une       sur le c’est un peu comme si, 1) chaque oeuvre est en       &nbs 1 2        la page suivante ► page       ruelle dernier vers aoi tes chaussures au bas de aller à l’échange sur de proche en proche tous aux barrières des octrois <script     il ne sait rien qui ne va   voici donc la     après       droite 1 2 3 je suis bien dans les cuivres de la symphonie quai des chargeurs de les étourneaux ! page suivante ► page chercher une sorte de marcel alocco a issent de mer, venent as mieux valait découper madame des forêts de  tous ces chardonnerets pour michèle   *   libre       devant comme une suite de la musique est le parfum de au programme des actions       la quel ennui, mortel pour rare moment de bonheur,  de la trajectoire de ce page précédente le café deux ajouts ces derniers  les premières   marcel si tu es étudiant en page suivante ► page assise par accroc au bord de page suivante ► page       aux page suivante ► page le thème aller à la bribe suivante douce est la terre aux yeux merci à la toile de     rien 1 2 préparer le ciel i       embarq sommaire ► page suivante     le dans les carnets ce qui fait tableau : ce ce poème est tiré du attention beau madame est une monde imaginal, le peintre manuel casimiro dernier vers aoi 1 2   dernières mises quatrième essai de il semble possible 1 les morceaux de nuit se charogne sur le seuil ce qui dorothée vint au monde aller à la bribe suivante il avait accepté les dessins de martine orsoni lorsque martine orsoni       dans le       soleil       au villa arson, nice, du 17 1 2  page suivante ► page le lent déferlement  un livre écrit six de l’espace urbain, 1 2 3 c’était une très jeune dimanche 18 avril 2010 nous station 3 encore il parle chers élèves du collège un nouvel espace est ouvert sur l’erbe verte si est dernier vers aoi la question du récit 1- nous sommes dehors.  de même que les       dans le pas sur coussin d’air mais l’une des dernières heureuse ruine, pensait textes mis en ligne en août présentation du projet pour angelo sculpter l’air :       le vent   le texte suivant a pour jacky coville guetteurs dans ce périlleux       allong&e ce aller à la bribe suivante       neige ce qui fascine chez     tout autour napolì napolì normalement, la rubrique de pa(i)smeisuns en est venuz       jonathan un tunnel sans fin et, à nice, le 8 octobre il y a longtemps,       le ouverture de l’espace moi cocon moi momie fuseau À perte de vue, la houle des       pourquoi textes mis en ligne en juin pluies et bruines, comment je suis « je suis un percey priest lake sur les maintenant il connaît le et te voici humanité * il te reste à passer cela fait 53 ans que je cet univers sans les ruelles blanches qui « la musique, nos voix pour philippe une il faut dire les village de poussière et de       je suis d’abord un curieux année 2019 ► albert dernier vers aoi d’un côté  pour le dernier jour       bonheu la vie est dans la vie. se page suivante ► page a grant dulur tendrai puis textes mis en ligne en voici des œuvres qui, le j’ai perdu mon page suivante page c’est extrêmement     surgi madame chrysalide fileuse le geste de l’ancienne, 1 2 3 bruno mendonça la route de la soie, à pied, aller à la bribe suivante       sur le dernier vers aoi pour frédéric le numéro exceptionnel de cliquer sur l’icône     "       é clers fut li jurz e li sommaire ► page suivante   si vous souhaitez au rayon des surgelés la rencontre d’une       magnolia  epître aux     &nbs seins isabelle boizard la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Carnets intermittents /

RAPHAËL MONTICELLI

À propos de Bruno Mendonça

Gloses et paraphrases sur quelques approches de Bruno Mendonça

Publication en ligne : 8 avril 2010
Artiste(s) : Mendonça Ecrivain(s) : Monticelli R.

Bruno Mendonça prépare une exposition à la médiathèque de Contes pour la fin de ce mois d’avril 2010. Il m’a demandé l’un des textes qui figureront dans le catalogue. Le voici.

 
 Le Livre... Jadis, au petit matin de mon enfance,
à la première aube de ma vie,
sa douce lumière éclairait l’horizon.
Bruno Schulz
 
« Si le monde est une vaste bibliothèque, comme on l’a affirmé, Mendonça répond
que la bibliothèque est un vaste monde »
Pierre Tilmann
 
Des livres. Des livres à perte de vue. « Perte de vue ... » Malheureuse formule. Livres en recherche de vue. En construction de vision. Le monde n’est pas « comme un livre », il est submergé de livres. Tout ce qui nous en apparaît y est livre. Livré. Livrable.
Et les livres s’ouvrent sur des livres. À chaque phrase. À chaque mot. À chaque signe. À chaque trace. Que la langue et sa graphie nous soient connues ou non chaque livre ouvre sur des livres chargés de mondes pleins de livres, pleins de signes ouvrant sur des livres pleins de mondes, et encore et toujours...
Voilà ce que je dirais en première approche de l’oeuvre de Bruno Mendonça. Il m’est toujours apparu ainsi portant en lui, avec lui, après lui, le rêve sans limite d’une bibliothèque sans limites.
À ce point, il me manque un élément majeur. Bruno Mendonça est un corps. Un corps rêvant. Un corps rêvé. Un corps rêvant d’autres corps dans la multitude des corps. Un corps chargé de corps souffrants.
Y-a-t-il seulement une frontière entre les corps et les livres ?
 
 
 
*
Je l’ouvris (...)
Je vis la grande migration des animaux,
fleuve coulant sur les routes, se divisant, s’éparpillant en cortège
dans un pays lointain, je vis le ciel plein de vols
d’oiseaux et de battements d’ailes, une énorme pyramide
inversée dont le sommet touchait l’Arche.
Bruno Schulz
« Il faut savoir que l’art est l’art de ne pas savoir »
Christian Arthaud
 
Il y a quelqu’un. Cette présence. Cette odeur d’herbe piétinée. De terre engloutie. Cette portion de silence quand tout, autour, jacasse et remue. Ou bien il y a eu quelqu’un qui a déposé là ce silence. Cette odeur. S’impose l’image du sang qui sèche. Et celle de l’incandescence. Entre pulsion du corps et maîtrise d’une intelligence sidérée. Entre encroûtement et fusion. Écroulement et rédemption. Feuilletage. Le piétinement des herbes. L’étagement des odeurs.
Les livres. Grimoires dont les traces s’étiolent, rongés de temps et de lumière. Les feuillets s’effritent sous la caresse des doigts, si précautionneuse soit-elle. Soient-ils.
Et cette poussière dont la saveur de farine à peine humide atteint l’esprit avant de s’attaquer aux papilles. Dans ce miroitement où s’évanouissent des micas, des schistes et des quartz, il y a quelqu’un. 
 
*
Penché sur le Livre, le visage
flamboyant comme un arc-en-ciel,
je me consumais silencieusement
allant d’extase en extase.
Bruno Schulz
 
« Bruno Mendonça propose de célébrer (...) l’intime et le jouir. »
Tita Reut
 
C’est l’atelier.
Des travaux. Aux murs, au sol, sur des tables, dans des cartons, des tiroirs.
Dessins, tirages, toiles, livres. Livres !
On se dit : « Quelles subtiles tensions unissent le monde d’où je viens, le dehors, et ce dedans où je me tiens ? » On regarde. On voit. Des signes, des traces, des douleurs, des plaies, des rituels, et des cérémonials complexes et silencieux, dont on n’ose demander les raisons... De peur de comprendre.
On est passé d’un territoire à l’autre ; du collectif à l’intime. On se dit : « Me voici entré, ici, dans ce dedans, ici, qui est un bouleversement apaisé du dehors. J’y ai été accueilli. Admis. Le temps s’y presse sans y avoir même prise. » Et on se dit : « Quelles règles inconnues ont établi ici les relations entre ce territoire, son organisation –espace de travail ; un autre de stockage ; un de monstration ; la table à la cafetière ; une chaise ou deux- et le travail qui s’y fait ? » Du bois. Du plomb. De la peinture. Des oxydes. Du papier. On se dit : « Je ne peux pas ne pas sentir la souffrance et la douleur. Non. Je ne peux pas. » On se dit : « Jouissance de la douleur ? Malgré la douleur ? À cause de la douleur ? » On écoute. Le plomb des mots. La précaire prétention des protections. On entend : « Je me suis enfoui. Enterré. Des jours durant pour dessiner en aveugle » On voit passer, au fond de l’eau de l’oeil, l’ombre d’un prométhée, et on se dit : « Jouir de dessiner en aveugle ? Dans l’aveuglement des tombeaux ? ». On rejette les cottes de maille. On donne son corps nu et fragile au soleil et au vent. Ce bonheur de la fragile nudité.
C’est l’atelier.
 
*
C’était le dernier mot du Livre
qui vous laissait le goût d’un étrange étoudrissement,
mélange de faim et d’excitation de l’âme.
Bruno Schulz
 
« Tous se servaient de la même langue
et du même mot. »
 
Un mot. Un seul mot. Et ce serait suffisant. Il dirait tout ce qu’il y a à dire. Ferait comprendre tout ce qu’il y a besoin de comprendre. Au passage, il abolirait la vaine complexité de nos systèmes linguistiques. La prétention de nos idées. Il nous donnerait plus d’âme que n’en ont les animaux les plus dépourvus de signes. Il élargirait nos rapports aux autres et au monde à une seule, profonde, intense et définitive fusion.
Que ce seul mot soit dit et répété ! fusion. Que des millions de bouches le profèrent ! fusion. Que la main inlassable l’écrive des millions de fois ! fusion. Ah ! l’impossible ! fusion. L’inconcevable ! fusion. Toute parole en un mot fondue. fusion. Que deux êtres le prononcent... fusion. il n’est plus le même déjà. fusion. Que la même main deux fois l’écrive... fusion. il est déjà différent. fusion. Le timbre diffère. fusion. Et le souffle. fusion. Et le geste. fusion. Et la forme. fusion. Et la trace. fusion. En bout de ligne c’est l’agitation d’une vie sans prétexte. fusion. En bas de page, l’étincellement des eaux et des écumes. fusion. Le volume rempli est parcouru de vibrations, de cris, de plaintes, de rires et de murmures. fusion. Des milliers de volumes, fusion des millions de fois, fusion couvrent le monde, fusion en crèvent les bords, fusion  remplissent la totalité du ciel des regards. fusion et donnent la forme définitive de notre ouïe. fusion. Il ne désigne pas ce que nous voyons. fusion. Ne désigne pas ce que nous entendons. fusion. Il est ce que nous voyons et entendons. fusion.
Avant de disperser les peuples en dispersant les langues, les dieux inquiets qui cherchent à se passer de nous ont dispersé chaque homme en dispersant les mots.
 
Un seul mot et c’est suffisant.
 
Les citations de Bruno Schulz sont tirées de « Le sanatorium au croque-mort », Denoël ed.1974 dans la traduction de Thérèse Douchy
 

 

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP