BRIBES EN LIGNE
  la baie des anges dans les horizons de boue, de station 5 : comment pour andré       longte et…  dits de À perte de vue, la houle des macles et roulis photo 4  tous ces chardonnerets temps de pierres dans la passet li jurz, la noit est couleur qui ne masque pas a la libération, les dernier vers aoi dernier vers aoi mes pensées restent 1.- les rêves de       m̵ raphaël (de)lecta lucta   dans l’effilé de       devant       la (josué avait lentement antoine simon 12 j’ai donné, au mois l’homme est       reine   la production que d’heures     de rigoles en   (à l’impression la plus dernier vers s’il f les rêves de huit c’est encore à   saint paul trois   3   

les dernier vers aoi   je rêve aux gorges       sur À max charvolen et       entre poème pour le temps passe dans la je suis pour mon épouse nicole li emperere s’est très malheureux... passent .x. portes, aux george(s) (s est la s’ouvre la derniers  “ce travail qui iloec endreit remeint li os  “comment  hier, 17 jamais je n’aurais tout est possible pour qui un tunnel sans fin et, à suite du blasphème de il y a tant de saints sur halt sunt li pui e mult halt pour jean-louis cantin 1.- l’attente, le fruit attendre. mot terrible. tout en vérifiant       &agrav le coeur du la bouche pleine de bulles bal kanique c’est (la numérotation des comment entrer dans une chaque automne les     du faucon paien sunt morz, alquant morz est rollant, deus en ad       &n       allong       l̵ le 23 février 1988, il dernier vers aoi  les éditions de nos voix je serai toujours attentif à       sur le ] heureux l’homme     l’é  tu ne renonceras pas.     une abeille de et si tu dois apprendre à toutefois je m’estimais et la peur, présente normalement, la rubrique un titre : il infuse sa       dans le train premier sept (forces cachées qui  “la signification vue à la villa tamaris je crie la rue mue douleur l’illusion d’une tous feux éteints. des madame déchirée je ne peins pas avec quoi, dans le pain brisé son j’ai longtemps « e ! malvais antoine simon 30 sors de mon territoire. fais       bruyan ( ce texte a dernier vers aoi antoine simon 27 deuxième dans le pays dont je vous c’est la peur qui fait f j’ai voulu me pencher josué avait un rythme c’est la distance entre pour qui veut se faire une abstraction voir figuration (ô fleur de courge... générations       et ne pas négocier ne la pureté de la survie. nul       l̵ viallat © le château de     sur la pour martin   si vous souhaitez quand il voit s’ouvrir, premier vers aoi dernier errer est notre lot, madame,  les premières mais jamais on ne temps de cendre de deuil de je désire un la poésie, à la de l’autre préparation des   iv    vers la danse de des voix percent, racontent nice, le 8 octobre     pluie du si elle est belle ? je carissimo ulisse,torna a d’un côté macles et roulis photo 6 encore une citation“tu dans le monde de cette outre la poursuite de la mise       crabe-         &n reprise du site avec la tromper le néant six de l’espace urbain, je suis celle qui trompe  dans le livre, le ce n’est pas aux choses dans les carnets       "       avant antoine simon 22 je n’hésiterai la communication est comme une suite de iv.- du livre d’artiste dernier vers que mort vertige. une distance       quinze un trait gris sur la ouverture d’une quando me ne so itu pe grande lune pourpre dont les on peut croire que martine       " art jonction semble enfin antoine simon 21 si j’avais de son le 26 août 1887, depuis le passé n’est       au pourquoi yves klein a-t-il autre petite voix   je n’ai jamais saluer d’abord les plus  marcel migozzi vient de (À l’église merci à marc alpozzo       &eacut bruno mendonça       &agrav attendre. mot terrible.  improbable visage pendu       six se placer sous le signe de j’ai relu daniel biga, rita est trois fois humble.  dernier salut au antoine simon 28 pour julius baltazar 1 le i en voyant la masse aux pour max charvolen 1)     dans la ruela   pour olivier       je macles et roulis photo 7       j̵ al matin, quant primes pert guetter cette chose ce texte m’a été tout en travaillant sur les le bulletin de "bribes       su le temps passe si vite, « voici       au dernier vers doel i avrat, et te voici humanité dernier vers aoi quatrième essai de pour anne slacik ecrire est   l’oeuvre vit son avez-vous vu je dors d’un sommeil de     &nbs       voyage ouverture de l’espace (elle entretenait       cette écrirecomme on se attelage ii est une œuvre antoine simon 19 entr’els nen at ne pui du fond des cours et des nice, le 18 novembre 2004       soleil f tous les feux se sont si tu es étudiant en       pourqu antoine simon 6 dans ma gorge cinq madame aux yeux seul dans la rue je ris la     les provisions normal 0 21 false fal       ( livre grand format en trois la galerie chave qui "l’art est-il ce texte se présente (ma gorge est une antoine simon 2  référencem tout à fleur d’eaula danse       l̵ bien sûr, il y eut       la percey priest lakesur les autre citation moisissures mousses lichens       jonath il existe deux saints portant agnus dei qui tollis peccata       les temps où les coeurs  l’écriture 5) triptyque marocain je me souviens de       sur le  on peut passer une vie dernier vers aoi   le 10 décembre certains prétendent villa arson, nice, du 17   pour théa et ses cet article est paru       ce       neige pour marcel il n’y a pas de plus deuxième approche de a la femme au       les pour philippe buttati ! guarda&nbs tu le sais bien. luc ne dorothée vint au monde nu(e), comme son nom il en est des noms comme du antoine simon 11 la prédication faite un besoin de couper comme de bribes en ligne a       sur a l’aube des apaches, dans les carnets max charvolen, martin miguel       qui …presque vingt ans plus voudrais je vous quand vous serez tout ki mult est las, il se dort gardien de phare à vie, au       chaque le lourd travail des meules deuxième essai religion de josué il o tendresses ô mes       vu il ne s’agit pas de en ceste tere ad estet ja j’ai donc trois tentatives desesperees "je me tais. pour taire. polenta un homme dans la rue se prend soudain un blanc fauche le montagnesde       sur     m2 &nbs    de femme liseuse tendresses ô mes envols       je me nous viendrons nous masser il en est des meurtrières.       & démodocos... Ça a bien un après la lecture de écoute, josué, bien sûrla  zones gardées de la fraîcheur et la antoine simon 24 pour pierre theunissen la     un mois sans deux ajouts ces derniers c’est la chair pourtant juste un       le a claude b.   comme     nous pour andré madame est la reine des mi viene in mentemi merci au printemps des dernier vers aoi etudiant à   j’ai souvent ma voix n’est plus que il n’est pire enfer que   maille 1 :que     oued coulant 1254 : naissance de   entrons ce monde est semé in the country ce paysage que tu contemplais l’existence n’est envoi du bulletin de bribes       d&eacu dernier vers aoi et que vous dire des quatre si la mer s’est les doigts d’ombre de neige  de même que les voile de nuità la on trouvera la video pas même et si au premier jour il j’aime chez pierre références : xavier heureuse ruine, pensait reflets et echosla salle mise en ligne d’un face aux bronzes de miodrag “le pinceau glisse sur 1257 cleimet sa culpe, si portrait. 1255 : de toutes les   je ne comprends plus       marche 0 false 21 18       deux dans les rêves de la je n’ai pas dit que le     surgi  l’exposition  dernier vers aoi la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Chartron, Philippe > Améthode

PHILIPPE CHARTRON

<- Il semble possible... | C’est une sorte de patience... ->
Je déambule...
© Philippe Chartron
Ecrivain(s) : Chartron
Clefs : poésie

Je déambule et suis confirmé d’être au monde et de le ressentir, et de dialoguer avec lui.

 
Dans un coin de campagne reclus, c’est l’écorce des chênes-liège, le parfum du laurier rose, et la couleur d’un ciel d’été après une journée de canicule ; et ce que j’ignore encore, c’est-à-dire tout. Cette soirée, avec cet arrangement du monde qui ne m’attend pas, cet inconnu si familier, et la joie d’être revenu si loin, remonté dans le cours du temps, vers la jeunesse qui disparaissait au moment même de son émergence, engloutie dans son propre cours, disparue dans son présent intense, cette jeunesse de solitude, quand je naissais à chaque pas.
 
L’intuition me maintient dans un état anxieux, elle construit sa maison en moi. Ce qui lui est favorable émerge dans le plus commun, le plus quotidien.

 

Publication en ligne : 11 avril 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette