BRIBES EN LIGNE
dans ce pays ma mère « 8° de       jonath     double depuis ce jour, le site il y a tant de saints sur li emperere s’est bel équilibre et sa pour gilbert antoine simon 26 coupé le sonà pas même j’ai ajouté antoine simon 17       dans 10 vers la laisse ccxxxii béatrice machet vient de j’ai changé le       la ensevelie de silence, s’ouvre la   jn 2,1-12 : station 5 : comment première depuis le 20 juillet, bribes       fourr& la langue est intarissable   est-ce que       sur la fraîcheur et la 1.- les rêves de  on peut passer une vie  tous ces chardonnerets  la lancinante guetter cette chose d’un côté le nécessaire non deuxième dernier vers aoi un verre de vin pour tacher je me souviens de dernier vers aoi mougins. décembre morz est rollant, deus en ad au lecteur voici le premier la question du récit violette cachéeton       &agrav un trait gris sur la À max charvolen et “le pinceau glisse sur a grant dulur tendrai puis       va   3   

les régine robin, seul dans la rue je ris la le 26 août 1887, depuis comme une suite de d’abord l’échange des suite du blasphème de la bouche pure souffrance       une     le cygne sur juste un       au   nous sommes l’impression la plus glaciation entre tendresse du mondesi peu de imagine que, dans la mon travail est une exode, 16, 1-5 toute f les marques de la mort sur sur la toile de renoir, les dix l’espace ouvert au       sur nous savons tous, ici, que il en est des noms comme du en cet anniversaire, ce qui lu le choeur des femmes de mon cher pétrarque, a propos de quatre oeuvres de heureuse ruine, pensait       " l’existence n’est tandis que dans la grande       la troisième essai       sur voudrais je vous s’égarer on       journ& dernier vers aoi folie de josuétout est nous avons affaire à de il en est des meurtrières. il faut aller voir antoine simon 5 normal 0 21 false fal ce jour-là il lui un besoin de couper comme de dernier vers aoi quatrième essai de  dernières mises       pourqu ce 28 février 2002. in the country  “... parler une dans les carnets dernier vers aoi tout mon petit univers en pour jacky coville guetteurs   un vendredi « voici       magnol fragilité humaine. pour martine, coline et laure je ne sais pas si à la bonne archipel shopping, la   adagio   je la communication est     après dernier vers aoi       sur il est le jongleur de lui antoine simon 22       en raphaël  avec « a la le 15 mai, à dernier vers s’il il pleut. j’ai vu la       dans a claude b.   comme       dans quatre si la mer s’est attendre. mot terrible.     pluie du bien sûrla le temps passe si vite,       et tu       mouett macles et roulis photo pour jacqueline moretti, passet li jurz, si turnet a pierre ciel  le "musée   pour le prochain mult ben i fierent franceis e seins isabelle boizard 2005 quant carles oït la l’illusion d’une …presque vingt ans plus la prédication faite le soleil n’est pas fin première madame est la reine des       ce poussées par les vagues carles li reis en ad prise sa station 7 : as-tu vu judas se avec marc, nous avons       quinze     " pour alain borer le 26 pour mon épouse nicole   (à maintenant il connaît le le 28 novembre, mise en ligne nécrologie       au les oiseaux s’ouvrent quand vous serez tout    il       l̵ napolì napolì "ah ! mon doux pays, la mastication des       ma la fonction, avez-vous vu       &agrav rita est trois fois humble.       au voici des œuvres qui, le       st pour andré (josué avait lentement un temps hors du j’arrivais dans les vous n’avez       le le ciel de ce pays est tout on préparait jouer sur tous les tableaux dernier vers aoi au programme des actions n’ayant pas   ces sec erv vre ile  ce qui importe pour légendes de michel pour philippe f le feu est venu,ardeur des ce qui fait tableau : ce le texte qui suit est, bien non, björg,       s̵   si vous souhaitez deuxième apparition de c’est la distance entre       alla madame, c’est notre  les trois ensembles je rêve aux gorges     &nbs 0 false 21 18 o tendresses ô mes sept (forces cachées qui juste un mot pour annoncer       sur vi.- les amicales aventures deuxième essai je ne saurais dire avec assez a toi le don des cris qui on peut croire que martine       pass&e temps de pierres dans la j’écoute vos générations   ma voix n’est plus que nous lirons deux extraits de gardien de phare à vie, au une il faut dire les le 19 novembre 2013, à la À la loupe, il observa et ces vous avez       apparu     pourquoi « h&eacu de toutes les d’un bout à art jonction semble enfin mult est vassal carles de quel ennui, mortel pour       un  les œuvres de je dors d’un sommeil de moi cocon moi momie fuseau       sous       sur le antoine simon 20 les amants se pour egidio fiorin des mots       banlie     dans la ruela me elle réalise des rien n’est temps de bitume en fusion sur   anatomie du m et  improbable visage pendu issent de mer, venent as les plus terribles la mort, l’ultime port,       ( "nice, nouvel éloge de la       deux   se torna a sorrento ulisse torna pour max charvolen 1)       b&acir     à difficile alliage de nouvelles mises en pour frédéric un homme dans la rue se prend j’entends sonner les   le 10 décembre outre la poursuite de la mise       sur pour andrée temps où le sang se toujours les lettres :   que signifie démodocos... Ça a bien un la gaucherie à vivre, les premières iv.- du livre d’artiste       la madame dans l’ombre des la tentation du survol, à       soleil attendre. mot terrible. du fond des cours et des       voyage       force dans un coin de nice,       p&eacu       apr&eg pour yves et pierre poher et sainte marie, tant pis pour eux.       l̵ la pureté de la survie. nul  “ne pas       dans       pav&ea (josué avait on trouvera la video station 1 : judas sixième tout est prêt en moi pour le pendu fontelucco, 6 juillet 2000   six formes de la les dernières de profondes glaouis       le       la dernier vers aoi la brume. nuages descendre à pigalle, se de soie les draps, de soie la chaude caresse de rossignolet tu la leonardo rosa       fleure  pour jean le et…  dits de vertige. une distance       parfoi   pour théa et ses       object antoine simon 21 deuxième essai le    de femme liseuse antoine simon 25 cinquième essai tout       tourne raphaËl 7) porte-fenêtre   pour adèle et     sur la références : xavier la galerie chave qui un soir à paris au toute une faune timide veille       glouss c’est seulement au les lettres ou les chiffres le travail de bernard ils s’étaient bernadette griot vient de et que vous dire des       longte macles et roulis photo 6 la liberté s’imprime à  “comment peinture de rimes. le texte à antoine simon 19 dernier vers aoi pour jean marie les cuivres de la symphonie j’oublie souvent et       vaches dernier vers aoi         décembre 2001. il n’était qu’un le tissu d’acier la deuxième édition du les textes mis en ligne       je station 4 : judas   née à dire que le livre est une       il (la numérotation des dernier vers aoi (ô fleur de courge... on cheval pour mireille et philippe madame a des odeurs sauvages       la deuxième suite face aux bronzes de miodrag       maquis patrick joquel vient de a ma mère, femme parmi "je me tais. pour taire. la parol

Accueil > Carnets intermittents

RAPHAËL MONTICELLI

<- Il Verri, un numéro sur la poésie contemporaine | Lire... ->
Leonardo Rosa, en prévision de l’expo de Gênes
Artiste(s) : Rosa L.

Leonardo Rosa présentera ses travaux à Gênes, le 16 avril 2010. Il m’a demandé un texte de présentation synthétique des séries qu’il compte exposer. Le voici.

 

Cendres récupérées des incendies ou des foyers passées avec des brosses précaires sur des supports de récupération -bois de cagette, bois flotté, papier d’emballage, vieilles pelures- avec un liant banal : depuis les années 80, le travail de Leonardo Rosa s’est développé en utilisant les matériaux, les outils et les supports du dénuement et de la pauvreté, et en usant de formes simples, qu’on pourrait dire archétypales, et organisé en séries. Ainsi la pauvreté des moyens s’associe à la simplicité des formes pour donner des oeuvres d’une forte charge émotive et symbolique.

Dans le travail de Rosa, la série ignore le programme, la combinatoire et le systéme. Je désigne sous le terme de « série » un ensemble d’oeuvres qui se donnent le même référent, et travaillent sur la même forme pour en explorer les effets de sensibilité.
Parmi les nombreuses séries, j’en retiendrai trois majeures, de trois périodes différentes : les premiers papiers couverts de cendres, la série des kouroï, et les récents alphabets.
 
C’est à la suite des incendies qu’il a connus en Corse que Leonardo Rosa commence ses travaux de cendres. Par petites touches, la pâte de cendre est déposée sur des papiers d’emballage gris récupérés, caresses timides de la surface dont on explore les accidents et la vie antérieure, comme d’une peau aimée ou que l’on apprend à aimer. La forme naît d’abord de ces accidents de surface ou de bords : marques, salissures, déchirures. Souvent, elle surgit du rapprochement entre deux bouts de papier et le lieu de leur union, leur cicatrice, est parfois notée par l’apport d’un papier d’emballage violet... Le lecteur français que je suis, voyant pour la première fois l’une de ces oeuvres au format ouvert, déchirée sur ses bords, retenue en son coeur par le froissement léger du papier d’emballage violet, a immédiatement entendu monter en lui le vers de Rimbaud :
« O, l’omega, rayon violet de ses yeux... »
La série des papiers s’est chargées de formes diverses, archétypales disais-je, au triangle, induit par la superposition des papiers récupérées, s’ajoutent le menhir, la hache, la spirale... Le tjuringa enfin. Je tiens le travail des tjuringas, format et forme à la fois, comme la plus haute expression de cette série des papiers...
Leonardo Rosa tient de sa lecture assidue de Chatwin la référence au tjuringa australien, objet rituel, partition et guide, corps et âme de l’ancêtre, l’autre, dans son antiquité et sa permanence, fait objet ; et moi, le portant, me faisant lui... L’interprétation de Rosa, résolument occidentale et artistique, reprend l’héritage aborigène. Recueillant des bois flottés, il les entoure de papier d’emballage et les recouvre de cendre... objet artistique, partition et guide, corps et âme de l’artiste, cet autre fait objet : celui qui le voit se fait un peu l’autre...
 
Avec la série des Kouroï, ce sont les formes de sculptures découvertes dans les Cyclades qui sont traitées. Colossales, inachevées, abandonnées avant même que le scupteur ait eu le temps de leur imprimer l’énigmatique sourire des statues pré-classiques, elles font l’objet d’un travail de cendre, de papier d’emballage et de papier cristal. Sortes de menhirs couchés, ces kouroï nous donnent la forme d’une double origine, artistique et historique, toujours en suspens, toujours naissante dans son millénaire abandon, forme d’aube deux fois.
 
Les alphabets, signes et poèmes d’herbe, sont la dernière série de cette rapide chronologie de Leonardo Rosa. Cette série naît d’une double découverte. La première, liée au travail des cendres, tient à la forme particulière que prennent les brins d’herbe fraîche quand ils sont soumis au feu : traces infimes où l’artiste a su voir le surgissement d’un alphabet premier, écriture d’avant l’écriture, nature devenant culture. La deuxième s’est faite dans les brocantes où Leonardo Rosa a trouvé des cahiers comptables du XIXème siècle avec leurs feuilles carbone à la calligraphie surannée et aux écritures passées, encre qui redevient trace d’eau, culture qui retrouve la nature... Dans la rencontre entre les pages découpées des livres comptables et les signes d’herbe, une dialectique subtile entre en jeu où l’on ne sait plus si ce sont les brins d’herbe brulée qui font vibrer comme tels les fragments de graphèmes ou si c’est à eux qu’ils doivent leurs allures de signes d’écriture, et, à l’inverse, on se trouble de voir dans une miette de calligraphie, la brûlure du temps et de l’eau, si proche de celle du feu sur l’herbe, et de se demander si c’est l’humble brin d’herbe qui a faît croître en nous le désir et la capacité d’écrire...
 
Dans tous les cas, le travail de Leonardo Rosa s’organise en faisant de la peinture l’espace où se joue, en même temps, la relation à l’origine –une archéologie- à la trace, entre disparition et permanence, à la renaissance, et où vont de pair économie des moyens et écologie du projet.

 

Publication en ligne : 24 mars 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette