BRIBES EN LIGNE
antoine simon 31 quel ennui, mortel pour deuxième essai le       à ouverture de l’espace     l’é       pass&e bernadette griot vient de       sur   le 10 décembre carcassonne, le 06 vi.- les amicales aventures « pouvez-vous   que signifie entr’els nen at ne pui la question du récit un nouvel espace est ouvert exode, 16, 1-5 toute je t’ai admiré, dernier vers aoi les dieux s’effacent marché ou souk ou 1) la plupart de ces c’est un peu comme si,             é josué avait un rythme  monde rassemblé   un   1) cette       m̵ sur la toile de renoir, les samuelchapitre 16, versets 1 travail de tissage, dans introibo ad altare  de la trajectoire de ce   la production lorsqu’on connaît une de profondes glaouis dans un coin de nice, de soie les draps, de soie karles se dort cum hume décembre 2001.       la al matin, quant primes pert       apparu pour frédéric et te voici humanité       p&eacu je sais, un monde se pour egidio fiorin des mots ce texte se présente là, c’est le sable et antoine simon 27       cette       nuage arbre épanoui au ciel nous avons affaire à de rita est trois fois humble.       au       rampan  tu ne renonceras pas. printemps breton, printemps       et tu a grant dulur tendrai puis la langue est intarissable on préparait encore une citation“tu station 4 : judas  temps de bitume en fusion sur mesdames, messieurs, veuillez pour m.b. quand je me heurte je déambule et suis nous viendrons nous masser ...et poème pour pour gilbert antoine simon 23       jonath pas sur coussin d’air mais       les dernier vers aoi madame chrysalide fileuse (josué avait lentement diaphane est le mot (ou  pour de et je vois dans vos       il vous n’avez et si au premier jour il       au f j’ai voulu me pencher quand vous serez tout bal kanique c’est 1 la confusion des antoine simon 25 10 vers la laisse ccxxxii quatre si la mer s’est       va petites proses sur terre tendresse du mondesi peu de jouer sur tous les tableaux antoine simon 24 ( ce texte a a la fin il ne resta que       reine antoine simon 14 dernier vers aoi    au balcon       allong       l̵ pour pierre theunissen la je n’hésiterai giovanni rubino dit libre de lever la tête ici, les choses les plus archipel shopping, la       le merci au printemps des il souffle sur les collines       magnol       au 1) notre-dame au mur violet mougins. décembre antoine simon 20 "si elle est le passé n’est       aux   pour adèle et epuisement de la salle, il semble possible il faut aller voir (vois-tu, sancho, je suis ainsi va le travail de qui une il faut dire les depuis ce jour, le site seul dans la rue je ris la assise par accroc au bord de des voix percent, racontent la communication est un temps hors du saluer d’abord les plus pour marcel "pour tes même si frères et me cinquième citationne je ne saurais dire avec assez se placer sous le signe de       qui le 28 novembre, mise en ligne grant est la plaigne e large on trouvera la video       droite sainte marie, traquer (elle entretenait une autre approche de une fois entré dans la rm : d’accord sur errer est notre lot, madame, inoubliables, les pour raphaël       "       devant il en est des meurtrières. f le feu est venu,ardeur des       le deux nouveauté, faisant dialoguer iv.- du livre d’artiste autre petite voix ne faut-il pas vivre comme zacinto dove giacque il mio le recueil de textes les enseignants :       st etudiant à À max charvolen et nécrologie       soleil pour yves et pierre poher et       la un titre : il infuse sa dernier vers aoi vous deux, c’est joie et       en dernier vers aoi       & fragilité humaine. à propos “la       un quando me ne so itu pe le géographe sait tout maintenant il connaît le dire que le livre est une au seuil de l’atelier     pourquoi c’est la peur qui fait dernier vers aoi hans freibach : station 1 : judas c’est vrai       bien j’ai perdu mon (dans mon ventre pousse une le coquillage contre a la femme au non... non... je vous assure, quelques textes avant propos la peinture est vous avez chaque jour est un appel, une six de l’espace urbain, dans l’effilé de livre grand format en trois du bibelot au babilencore une ce qu’un paysage peut reprise du site avec la     dans la ruela pour alain borer le 26 et encore  dits vous dites : "un quel étonnant dans ma gorge     le il ne sait rien qui ne va madame est la reine des       arauca comme ce mur blanc ne pas négocier ne pas même dernier vers aoi franchement, pensait le chef, ainsi fut pétrarque dans diaphane est le pas facile d’ajuster le il y a dans ce pays des voies je me souviens de       l̵ l’impression la plus c’est seulement au le travail de bernard de la antoine simon 10       le très malheureux... l’illusion d’une thème principal :       &n ce qui aide à pénétrer le et nous n’avons rien ecrire les couleurs du monde pure forme, belle muette, le numéro exceptionnel de toutes ces pages de nos il aurait voulu être la danse de merle noir  pour   ciel !!!! dans ce pays ma mère       le la fonction, "ah ! mon doux pays, dans les horizons de boue, de sequence 6   le 1- c’est dans     les provisions       les pour michèle aueret au lecteur voici le premier après la lecture de il en est des noms comme du     vers le soir je découvre avant toi       coude les avenues de ce pays "l’art est-il recleimet deu mult cyclades, iii°  le "musée "mais qui lit encore le pour jacky coville guetteurs aucun hasard si se certains prétendent je t’enlace gargouille je n’ai pas dit que le l’ami michel attelage ii est une œuvre rm : nous sommes en alocco en patchworck ©     tout autour spectacle de josué dit et tout avait antoine simon 15     le cygne sur f qu’il vienne, le feu   se montagnesde       assis de mes deux mains la réserve des bribes       su       grimpa lorsque martine orsoni si elle est belle ? je   six formes de la 13) polynésie monde imaginal,     sur la pente       dans fontelucco, 6 juillet 2000 comme un préliminaire la ce qui fait tableau : ce pour jacqueline moretti,       tourne À perte de vue, la houle des f le feu m’a  zones gardées de       je pour qui veut se faire une  au mois de mars, 1166  les trois ensembles f le feu s’est et si tu dois apprendre à in the country soudain un blanc fauche le seins isabelle boizard 2005       jardin l’éclair me dure, rimbaud a donc       vu       bonheu dessiner les choses banales madame porte à la cité de la musique À peine jetés dans le deuxième essai       cerisi 1.- les rêves de   ces notes       deux       que de prime abord, il  dernières mises       &ccedi temps de cendre de deuil de       la     double il tente de déchiffrer,       &agrav où l’on revient depuis le 20 juillet, bribes dernier vers aoi il existe deux saints portant ce pays que je dis est   ces sec erv vre ile quelque chose   le texte suivant a     depuis macles et roulis photo 6  l’écriture il ne s’agit pas de je suis je suis occupé ces le nécessaire non v.- les amicales aventures du trois tentatives desesperees mille fardeaux, mille ce monde est semé les plus terribles générations carmelo arden quin est une la gaucherie à vivre, il y a tant de saints sur normal 0 21 false fal la liberté s’imprime à c’est la distance entre       la l’art n’existe ce 28 février 2002. des voiles de longs cheveux quand sur vos visages les polenta deuxième apparition de iloec endreit remeint li os la fraîcheur et la certains soirs, quand je       l̵ pour martine, coline et laure préparation des la parol

Accueil > Carnets intermittents

RAPHAËL MONTICELLI

<- Une lecture | Il Verri, un numéro sur la poésie contemporaine ->
Edmond Vernassa... un ami s’en va
Artiste(s) : Vernassa Ecrivain(s) : Monticelli R.

Edmond,


sa grande silhouette, son profil d’aigle au regard tendre et attentif et curieux et bienveillant, sa voix qui charrie un peu de cet air qui passe entre des pierres d’eau, comme un fond de murmure ou l’écho affaibli d’une plainte très ancienne ; ses gestes, ses mouvements, saisis comme par une retenue, une inquiétude...
Edmond toujours parmi ses oeuvres -son travail- aussi étonnant qu’étonné, aussi qu’éblouissant qu’ébloui, s’excusant presque quand on lui témoigne quelque admiration, gêné, toujours, un peu, d’être, de n’être pas, d’avoir fait, de n’avoir pu faire, gauche parfois, comme un dieu timide égaré parmi nous.
Edmond est bien cet homme d’innovation, d’invention, de recherche, de découverte : il est allé voler des formes nouvelles de l’art dans cet au-delà silencieux et terrible que l’on trouve à la pointe extrême des possibles, quand on a su épuiser la technique, essouffler les savoirs, trouver le point le plus ardent de la rencontre des autres, lancer non seulement son intelligence -son intellect- mais tout son corps, sa tête, ses bras, ses mains, son coeur -son coeur- et son âme -son âme- à l’assaut des questions que se posent les hommes.
Edmond est cet homme, cet artiste.
Disons génial en rappelant que ce mot est parent de gens, et d’ingénieux et d’ingénieur.
C’est la passion discrète -la passion- des gens, des simples gens ; c’est l’affection retenue qu’il leur porte et que tous lui portent (et cette tendresse -infinie- réservée, doucement lumineuse qui lie Edmond et Monique).
C’est l’admiration qu’il éprouve pour les aventuriers de la justice et du savoir et que tous ceux-là éprouvent pour lui. Quand surgit l’image d’Edmond, et c’est souvent, il est accompagné de tous ceux qui, connus et inconnus, ont lié une part de leur aventure à la sienne, les rêveurs de mondes apaisés, les constructeurs du virtuel, les passeurs de l’art, les fouilleurs d’étoiles et remueurs de ciels, et ceux qui construisent des ponts pour les hommes et les femmes et leurs enfants, entre la vie, les arts et les sciences, et ceux qui s’éblouissent de voir Edmond donner forme tangible à leurs recherches sur ce que l’on dit chaotique...

Edmond Vernassa, génie ouvrier, en rappelant que ce mot est parent d’opera et d’oeuvre, et tous trois proches d’ouvrir. "

Publication en ligne : 9 mars 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette