BRIBES EN LIGNE
très saintes litanies la fraîcheur et la       il       marche le plus insupportable chez page suivante ► page dans le pain brisé son écoute, josué, si tu es étudiant en li emperere par sa grant       " madame, on ne la voit jamais en cet anniversaire, ce qui ce dernier vers aoi nous avons affaire à de antoine simon 29       journ&ea ce jour là, je pouvais nouvelles mises en page suivante ► page page suivante page 1- nous sommes dehors. chère florence année 2019 ► albert la mastication des aller à l’échange sur carles li reis en ad prise sa       un       grappes faisant dialoguer   adagio   je on croit souvent que le but josué ne       descenda abu zayd me déplait. pas il ne s’agit pas de page suivante ► page  dans le livre, le li quens oger cuardise     son suite du blasphème de l’homme est toute une faune timide veille sommaire ► page suivante dans les rêves de la genre des mots mauvais genre présentation du projet hans freibach : le lent tricotage du paysage qu’est-ce qui est en       l’ pas une année sans évoquer       alla page suivante ► page       araucari « et bien,  tu vois im font chier toulon, samedi 9 lorsque martine orsoni pour accéder au pdf, attendre. mot terrible. qui d’entre nous inoubliables, les le grand combat : je ne sais pas si antoine simon 30       & histoire de signes . et te voici humanité       pé dernier vers aoi  au mois de mars, 1166 dentelle : il avait des voiles de longs cheveux dernier vers aoi       gentil bien sûr, il y eut       au le soleil n’est pas edmond, sa grande     le       maquis posté sur facebook sorti de ce 28 février 2002. sites de mes la liberté de l’être et combien   je n’ai jamais bel équilibre et sa morz est rollant, deus en ad dans le train premier dernier vers aoi pour daniel farioli poussant retour vers le musicien       dans la       dans la       le long nice, le 18 novembre 2004 prenez vos casseroles et la question du récit 1 2  page suivante ► page ( ce texte a 1 2  1 2        au  au travers de toi je predication_du_15_ao je crie la rue mue douleur voudrais je vous biboon. plus qu’une saison.   le texte suivant a dernier vers doel i avrat, noble folie de josué, madame, c’est notre   la production le ciel est clair au travers charogne sur le seuil ce qui madame, vous débusquez aller à la bribe suivante je suis celle qui trompe     nous avions page suivante ► page que nos princes et empereurs intendo... intendo ! les premières de pareïs li seit la dire que le livre est une     surgi derniers vers sun destre madame porte à       st    en sommaire ► page suivante clere est la noit e la page suivante ► page       l’ À l’occasion de carmelo arden quin est une le numéro exceptionnel de       il   et voici maintenant quelques       dans le le proche et le lointain sommaire ► page suivante       sur le l’entreprise dont je me       je me       reine tout mon petit univers en       bonheu le 23 février 1988, il aller à la bribe suivante dernier vers aoi tous ces charlatans qui un survol de l’annÉe 1- c’est dans entr’els nen at ne pui 1 2  À peine jetés dans le 1 2  le lourd travail des meules       qui 1 2  dorothée vint au monde le "patriote",       (       deux dans ma gorge rafale n° 5 un violette cachée ton       pass&eac       est-ce je t’enlace gargouille       je  tous ces chardonnerets les plus terribles 10 vers la laisse ccxxxii page suivante ► page    tu sais ecrire les couleurs du monde le dernier recueil de le 26 août 1887, depuis vertige. une distance a claude b.   comme une non... non... je vous tous feux éteints. des pour alain borer le 26 rafale n° 12 où je suis l’erbe del camp, ki je me souviens qu’à propos il y a des mots, mais comme rimbaud a donc       ( textes mis en ligne en mai madame des forêts de page suivante ► page est-ce parce que, petit, on les amants se clers est li jurz et li page suivante  marcel migozzi vient de vedo la luna vedo le   voici donc la on cheval à bernadette on a cru à page suivante ► page et ces (de)lecta lucta   les plus vieilles d’abord l’échange des textes mis en ligne en antoine simon 2 pas même préparation des corps  tu ne renonceras pas.       sur le dans un coin de nice, il y a bien là, dans page suivante ► page la brume. nuages  dernières mises dernier vers aoi juste un       au sables mes paroles vous 1.- les rêves de       vaches     de rigoles en dernier vers aoi mes pensées restent mon cher pétrarque, pour nicolas lavarenne ma zacinto dove giacque il mio sommaire ► page suivante il tente de déchiffrer,  il y a le châssis, pour michèle frères et 1 2 en sa langue se cabre devant le ouverture de l’espace je t’enfourche ma page suivante ► page nous dirons donc sommaire ► page c’est extrêmement quai des chargeurs de       ç les ruelles blanches qui antoine simon 25 merci à marc alpozzo       soleil constellations et régine robin, aux george(s) (s est la d’ eurydice ou bien de station 1 : judas la force du corps,       la démodocos... Ça a bien un         ainsi fut pétrarque dans toutefois je m’estimais baous et rious je suis dernier vers aoi       dans       une ce qui aide à pénétrer le madame 1 madame est la       le a l’extrémité du l’éclair me dure, avant même de commencer,       grimpant giovanni rubino dit il pleut. j’ai vu la quelque temps plus tard, de rita est trois fois humble.   (dans le je n’aime pas les gens approche d’une antoine simon 13 je meurs de soif ….omme virginia par la je désire un       le un texte que j’ai       un siglent a fort e nagent e dernier vers aoi ils sortent janvier 2002 .traverse       fourr&ea     une abeille de 1 2  page suivante ► page       ma ensevelie de silence,  c’était six de l’espace urbain, c’est vrai rafale coupé le son à traquer deuxième essai   anatomie du m et la mort, l’ultime port, page suivante ► macles et       apr&egra   nous sommes pour jacky coville guetteurs       apparu       " rafale n° 4 on le page suivante ► page       sous la danse de     après clquez sur antoine simon 10       m’ <script     la prédication faite       l’ pierre ciel page suivante ► page         sequence samuel chapitre 16, versets 1 Éléments - napolì napolì dans le vacarme des couleurs,       va ton   est-ce que       longtem je découvre avant toi pour andré rêve, cauchemar, l’eau froide de l’anse       j’ page suivante ► page préparer le ciel i sauvage et fuyant comme il y a deux villes à pour helmut sommaire ► page suivante   pour théa et ses aller vers le musicien nègre antoine simon 3 cette machine entre mes de prime abord, il       le difficile alliage de page suivante page       la       dans le les parents, l’ultime accorde ton désir à ta le lent déferlement  les trois ensembles assise par accroc au bord de lorsqu’on connaît une derniers textes mis en  les premières       l’ fragilité humaine. l’appel tonitruant du       m’ arbre épanoui au ciel quelque chose pour accéder au pdf,     tout autour sommaire ► page suivante journée de       pourquoi cet article est paru dans le pour pierre theunissen la chercher une sorte de page suivante ► page dernier vers aoi antoine simon 17 (ma gorge est une aller à la bribe suivante dernier vers aoi dans les hautes herbes la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Alocco, Marcel > Des écritures en Patchwork, tome 2

MARCEL ALOCCO

Des goûts et d’égouts
© Marcel Alocco
Publication en ligne : 12 février 2010
Ecrivain(s) : Alocco

Même si j’ignorais certaines pages antérieures, et parfois magnifiques hélas aurait pu dire Monsieur Gide, je prédirais que, Thomas Pynchon soulevant la plaque, il y aurait quelques uns inévitablement pour descendre patauger dans les égouts. Mais comme l’écrivait, d’une qui n’est pas pourtant la plus sotte, un distingué collègue (du Figaro et de l’Académie, lui, si je « n’errone ») : « Ce n’est pas parce qu’on raconte une histoire de truie qu’il faut écrire comme un cochon ». Certainement, et il n’est pas suffisant de dire que le saucisson est pur porc, encore faut-il être bon charcutier.
Nul ne conteste sur le principe qu’à partir des égouts, si incommode que soit la position, il soit possible de bien voir le monde, et de le dire donc : suffit, si j’ose dire, d’avoir une écriture. Plus facile d’être célinien idéologique et de tenir des propos qui pour moi, vieil humaniste ringard, ne peuvent s’expliquer que par une mauvaise traduction du saxon archaïque, que d’être novateur d’écriture. Hors quoi, je ne vois pas au nom de quel principe il me serait autorisé d’interdire aux égoutiers de se complaire en leur milieu. Reste à savoir si l’éthique de ces égoutiers particuliers est propre à faire penser, de faire que nous, lecteurs, ayons de ce milieu mental matière à enrichir ici ou là notre tout aussi propre éthique.
 Il est des retours d’actualité : Rabelais, Miller (Henry) et quelques autres ont bien remarqué naguère la vocation des toilettes privées à tenir lieu de bibliothèques. Il existe des idées qui sont dans l’air, et bien sûr, mon cher Cyrano, on en prend plein le nez. Mesdames et Messieurs les écrivains, « comment allez-vous » ainsi qu’on disait du temps du regretté Poquelin, puisque nous ne sommes jamais qu’un alambic qui distille et selon le regard : de la pensée, de l’amour, des projets… et rejette au bout quelques déchets plus matériels. Que certains se plaisent à mélanger les productions de la tuyauterie, qu’en dire, sinon que c’est beaucoup de siècles de distillations (parfois clandestines), d’efforts et de travaux pour rien, avec au terme retour à la matière brute de l’origine – poussières.
Merci, j’étais au courant !
L’ordre des autres nous est toujours désordre. Ces écriveurs qui prétendent, non par la forme mais par le ton profératoire, briser par leurs textes la pensée institutionnelle (bravo !), viennent souvent de nos Grandes Ecoles, dans lesquelles on a la discipline d’apprendre à être discipliné. La question : que seront-ils lorsque comme le roi, nus, ils auront quitté l’uniforme du révolté ou la tenue branchée de l’instant ? Quelques uns disent « Victor Hugo ou rien ». Prétentieux ? Sans nul doute. Mais estimables. Plus nombreux envient d’être pour leur temps, et s’y efforcent, des Paul Bourget (1852-1935, Acad. Fr. 1894), Henry Bordeaux (1870-1063, Acad. Fr 1919), ou au mieux des Victor Margueritte (1966-1942, sans Acad. Fr)… mais « crades » comme on disait jadis (traduire aujourd’hui « trash »), parce que tout le monde suit la mode, et que le grand nombre décide. Quel qualificatif attribuer ? Ils sont « trash », mais recyclables. Aussi bien tous les chemins mènent à Rome, à l’Académie (Française), voire au Nobel : confère Ionesco (Eugène) ; ou à l’opposé Beckett (Samuel). Il advient aussi, oui, que ces chemins fassent « œuvre ». C’est que le plus important à dire est peut-être les banalités de notre temps : elles seront tellement « Kitsch » dans quelques dizaines d’années !
Jeunes gens qui ignorez ces noms (ceux que je ne cite pas), ne vous « prenez pas la tête ». Consacrez votre temps à de meilleures (est-ce possible ? qui sait ?) ou pour le moins de plus vivantes lectures que celles qui ne sont que d’actualité. La Strada est bornée de caniveaux… sur les bas côtés.
 
La Strada n° 00, décembre 98

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP