BRIBES EN LIGNE
      b&acir c’est un peu comme si,       qui pour maguy giraud et f dans le sourd chatoiement reprise du site avec la       ruelle les plus terribles chaque jour est un appel, une mais non, mais non, tu et si au premier jour il f les marques de la mort sur neuf j’implore en vain dernier vers aoi "moi, esclave" a là, c’est le sable et    7 artistes et 1 la mort, l’ultime port, du bibelot au babilencore une nous lirons deux extraits de cinquième citationne   iv    vers le vieux qui j’ai parlé marcel alocco a cher bernard l’impression la plus       sur dernier vers aoi   rossignolet tu la       ton vi.- les amicales aventures     double antoine simon 25 j’ai donné, au mois nous dirons donc depuis le 20 juillet, bribes dernier vers aoi pour marcel  hier, 17 de l’autre il n’était qu’un  “comment noble folie de josué, je ne peins pas avec quoi,       parfoi    regardant       sur j’ai travaillé accoucher baragouiner des conserves ! je crie la rue mue douleur etait-ce le souvenir derniers       un granz fut li colps, li dux en tout mon petit univers en       vaches j’aime chez pierre     les provisions passent .x. portes, antoine simon 22       allong je désire un des voix percent, racontent temps de pierres iv.- du livre d’artiste       en un je me souviens de comme une suite de c’est extrêmement l’attente, le fruit d’un bout à paien sunt morz, alquant je suis bien dans   se les installations souvent, deuxième tendresse du mondesi peu de       jardin pas de pluie pour venir     tout autour toute une faune timide veille dernier vers aoi     pourquoi   j’ai souvent ce qui fait tableau : ce diaphane est le mot (ou pourquoi yves klein a-t-il       aujour mise en ligne ce poème est tiré du tous feux éteints. des       pass&e       le   la production avant propos la peinture est dernier vers aoi antoine simon 33   pour théa et ses il existe deux saints portant temps de bitume en fusion sur (À l’église       vu de profondes glaouis 1- c’est dans antoine simon 20 les dernières       magnol tout est prêt en moi pour macles et roulis photo 4 deuxième essai le le franchissement des langues de plomba la À perte de vue, la houle des guetter cette chose  le livre, avec   tout est toujours en   saint paul trois et c’était dans   maille 1 :que (dans mon ventre pousse une nous savons tous, ici, que f les rêves de la tentation du survol, à charogne sur le seuilce qui il souffle sur les collines "si elle est a grant dulur tendrai puis  les trois ensembles troisième essai et antoine simon 19 pour mon épouse nicole vedo la luna vedo le dernier vers aoi pluies et bruines,       bruyan patrick joquel vient de       retour   au milieu de vous dites : "un i.- avaler l’art par « amis rollant, de  la lancinante 1 au retour au moment très saintes litanies       marche dernier vers aoi les textes mis en ligne seul dans la rue je ris la tout le problème vous deux, c’est joie et       m&eacu dernier vers aoi je sais, un monde se     surgi       dans  il y a le  au mois de mars, 1166       sur le le samedi 26 mars, à 15  martin miguel vient petit matin frais. je te       nuage     son « e ! malvais       devant zacinto dove giacque il mio mon cher pétrarque, tendresses ô mes envols  monde rassemblé c’est le grand antoine simon 11 je rêve aux gorges exode, 16, 1-5 toute normal 0 21 false fal si elle est belle ? je tromper le néant heureuse ruine, pensait  l’exposition  quelque temps plus tard, de carissimo ulisse,torna a nice, le 30 juin 2000       sur le le ciel est clair au travers de prime abord, il coupé en deux quand le scribe ne retient dernier vers aoi reflets et echosla salle légendes de michel       dans branches lianes ronces       sur pour jean-louis cantin 1.- la musique est le parfum de l’impossible le proche et le lointain         &n macles et roulis photo 3 la prédication faite       p&eacu   encore une aux barrières des octrois   le texte suivant a attelage ii est une œuvre ki mult est las, il se dort aucun hasard si se "tu sais ce que c’est il semble possible bruno mendonça autres litanies du saint nom f les feux m’ont l’appel tonitruant du bal kanique c’est pour andré elle disposait d’une ici, les choses les plus le nécessaire non       1.- les rêves de en 1958 ben ouvre à l’illusion d’une le travail de bernard et la peur, présente f toutes mes pour andré merci au printemps des hans freibach : attendre. mot terrible. petites proses sur terre 1-nous sommes dehors. libre de lever la tête à cri et à deux mille ans nous pas facile d’ajuster le glaciation entre ( ce texte a la fonction, pour max charvolen 1) les cuivres de la symphonie au seuil de l’atelier merci à la toile de la galerie chave qui le 19 novembre 2013, à la ouverture de l’espace la vie est dans la vie. se dans les carnets villa arson, nice, du 17 tout en vérifiant nous avancions en bas de   je n’ai jamais     après « pouvez-vous       dans voici des œuvres qui, le 1. il se trouve que je suis les durand : une pour andrée torna a sorrento ulisse torna essai de nécrologie,    au balcon il y a tant de saints sur à la mémoire de ajout de fichiers sons dans vous avez       &agrav tu le sais bien. luc ne pour raphaël tous ces charlatans qui carmelo arden quin est une     du faucon "mais qui lit encore le f le feu s’est (la numérotation des troisième essai thème principal :     l’é rimbaud a donc granz est li calz, si se autre essai d’un buttati ! guarda&nbs antoine simon 30 il arriva que pur ceste espee ai dulor e   d’un coté,      &       au à bernadette       ( la littérature de  dans le livre, le quatrième essai rares       au le 23 février 1988, il     &nbs je t’enlace gargouille c’est la chair pourtant ses mains aussi étaient ce monde est semé pour michèle gazier 1 1254 : naissance de 0 false 21 18 madame, c’est notre i mes doigts se sont ouverts et combien       le quatrième essai de portrait. 1255 : jouer sur tous les tableaux comme c’est dimanche 18 avril 2010 nous mille fardeaux, mille le ciel de ce pays est tout en ceste tere ad estet ja       bonheu toujours les lettres :     les fleurs du       sur       en c’est ici, me quelques autres madame est une le coeur du       fourmi dire que le livre est une les oiseaux s’ouvrent j’écoute vos nice, le 18 novembre 2004 pour jean-marie simon et sa       &agrav ce qui fascine chez     sur la pour qui veut se faire une au matin du epuisement de la salle, au labyrinthe des pleursils un homme dans la rue se prend franchement, pensait le chef, les étourneaux ! 1 la confusion des ma voix n’est plus que       la       &n "la musique, c’est le temps où le sang se et ces       dans f j’ai voulu me pencher l’heure de la station 1 : judas       st   marcel à du fond des cours et des travail de tissage, dans       allong pour yves et pierre poher et les enseignants : et encore  dits       longte À max charvolen et printemps breton, printemps encore une citation“tu la gaucherie à vivre, pas même la communication est mesdames, messieurs, veuillez paroles de chamantu viallat © le château de voile de nuità la il ne sait rien qui ne va folie de josuétout est   six formes de la       descen il avait accepté morz est rollant, deus en ad  c’était ….omme virginia par la       et tu la bouche pleine de bulles lu le choeur des femmes de tant pis pour eux.  pour de mieux valait découper l’homme est "le renard connaît la force du corps, poème pour       apr&eg antoine simon 23 a l’aube des apaches,       pourqu la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Je suis un faon | Le grand bouc blanc ->
Mais ce chasseur
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : automne

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

...mais ce chasseur

prit mon coeur

qui sauva Blanche Neige
 

Publication en ligne : 19 novembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette