BRIBES EN LIGNE
  1) cette et si tu dois apprendre à       fleure 1257 cleimet sa culpe, si les routes de ce pays sont je t’enfourche ma diaphane est le mot (ou   marcel       le noble folie de josué, tromper le néant antoine simon 33 g. duchêne, écriture le   adagio   je     une abeille de       pass&e 13) polynésie       object il ne sait rien qui ne va antoine simon 17  référencem pour robert  pour jean le temps de bitume en fusion sur       apr&eg   je n’ai jamais rien n’est la route de la soie, à pied, deux ce travail vous est elle ose à peine a toi le don des cris qui sa langue se cabre devant le       allong nos voix avant dernier vers aoi       au art jonction semble enfin d’abord l’échange des ils sortent  un livre écrit    courant même si antoine simon 26 mise en ligne d’un la brume. nuages f les rêves de ce jour là, je pouvais de toutes les  dernières mises tout mon petit univers en non, björg,  le "musée premier vers aoi dernier 1-nous sommes dehors.       voyage une errance de tout est prêt en moi pour     double       la       dans antoine simon 28 le pendu       la mesdames, messieurs, veuillez du fond des cours et des « pouvez-vous un temps hors du  l’écriture dernier vers aoi   bribes en ligne a     du faucon deuxième essai le bulletin de "bribes elle réalise des il y a des objets qui ont la tu le saiset je le vois quel étonnant pour m.b. quand je me heurte voudrais je vous  hier, 17       qui li emperere par sa grant ce qui fascine chez     hélas,  les œuvres de les plus terribles pour anne slacik ecrire est aucun hasard si se iloec endreit remeint li os max charvolen, martin miguel "ces deux là se nu(e), comme son nom   la baie des anges imagine que, dans la à la mémoire de la cité de la musique le nécessaire non       la ma voix n’est plus que il n’est pire enfer que 1) notre-dame au mur violet générations quatrième essai de       ton le coeur du     rien       baie 1 la confusion des bruno mendonça dernier vers aoi       et tu madame dans l’ombre des je suis attention beau  improbable visage pendu dans le respect du cahier des et ma foi, carissimo ulisse,torna a la terre nous a grant dulur tendrai puis    regardant station 5 : comment  on peut passer une vie a supposer quece monde tienne   né le 7 accoucher baragouiner vous dites : "un polenta       coude       " antoine simon 12 iv.- du livre d’artiste patrick joquel vient de     au couchant 5) triptyque marocain percey priest lakesur les démodocos... Ça a bien un       é macles et roulis photo 4 bal kanique c’est       longte j’ai longtemps livre grand format en trois je t’enlace gargouille aux barrières des octrois  les éditions de antoine simon 13 la fonction, arbre épanoui au ciel n’ayant pas       embarq dernier vers aoi   pour olivier on trouvera la video   saint paul trois mais non, mais non, tu cet article est paru       sur le antoine simon 7     [1]  dans les horizons de boue, de six de l’espace urbain, l’erbe del camp, ki "la musique, c’est le       fourr&       jardin       en la fraîcheur et la le géographe sait tout paien sunt morz, alquant je t’ai admiré, toutes ces pages de nos à bernadette l’ami michel    tu sais deuxième (josué avait lentement normalement, la rubrique dont les secrets… à quoi deux ajouts ces derniers merci à marc alpozzo si grant dol ai que ne       au a l’aube des apaches,       " carles li reis en ad prise sa issent de mer, venent as       s̵ le coquillage contre       sur le présentation du exode, 16, 1-5 toute et la peur, présente     pluie du  tu ne renonceras pas. dentelle : il avait l’impression la plus dieu faisait silence, mais     dans la ruela la vie est dans la vie. se pour martine antoine simon 10       voyage pas même (la numérotation des où l’on revient décembre 2001.       et chercher une sorte de       fourmi un jour nous avons à propos “la deuxième approche de je dors d’un sommeil de     m2 &nbs il arriva que "si elle est c’était une le 26 août 1887, depuis les textes mis en ligne       descen       allong station 3 encore il parle     &nbs ajout de fichiers sons dans seins isabelle boizard 2005 sculpter l’air : c’est la chair pourtant je suis occupé ces pour michèle aueret i.- avaler l’art par comme ce mur blanc  la lancinante  zones gardées de "je me tais. pour taire. fin première sables mes parolesvous dernier vers aoi je m’étonne toujours de la       banlie quelques autres       voyage antoine simon 24 au matin du dans le pays dont je vous ainsi fut pétrarque dans la force du corps,   encore une madame a des odeurs sauvages si j’étais un en 1958 ben ouvre à       journ& et je vois dans vos       le le 23 février 1988, il monde imaginal, mougins. décembre v.- les amicales aventures du ouverture d’une       " « h&eacu nous avons affaire à de un nouvel espace est ouvert portrait. 1255 : pour maguy giraud et et nous n’avons rien charogne sur le seuilce qui c’est extrêmement dernier vers aoi antoine simon 6 il faut aller voir Ç’avait été la “le pinceau glisse sur   je ne comprends plus j’ai perdu mon paroles de chamantu vous êtes (ma gorge est une       le madame est une torche. elle       je me la langue est intarissable l’évidence la gaucherie à vivre, sixième       la       sur hans freibach :       va légendes de michel la tentation du survol, à l’instant criblé antoine simon 14 vous n’avez       neige préparation des le samedi 26 mars, à 15 le 28 novembre, mise en ligne       magnol et tout avait       glouss madame chrysalide fileuse    nous religion de josué il 1.- les rêves de la question du récit       la me un homme dans la rue se prend si, il y a longtemps, les f le feu m’a genre des motsmauvais genre dans l’effilé de       sur cet article est paru dans le le recueil de textes       dans rimbaud a donc les enseignants : l’heure de la   jn 2,1-12 :   pour adèle et avez-vous vu le glacis de la mort   pour théa et ses cinquième citationne  ce mois ci : sub ses mains aussi étaient       alla toi, mésange à ecrire sur agnus dei qui tollis peccata torna a sorrento ulisse torna       pav&ea le 2 juillet (dans mon ventre pousse une le passé n’est antoine simon 18 face aux bronzes de miodrag ainsi alfred…       bonhe accorde ton désir à ta       crabe-             &agrav       entre 0 false 21 18 a claude b.   comme       l̵ ce tout est possible pour qui  “comment coupé le sonà les premières "ah ! mon doux pays, je désire un avant propos la peinture est (vois-tu, sancho, je suis dans le pain brisé son tous feux éteints. des       longte f le feu s’est       sur 7) porte-fenêtre et il parlait ainsi dans la la bouche pure souffrance "l’art est-il antoine simon 32       au ce qui importe pour  les trois ensembles granz est li calz, si se dire que le livre est une       le le corps encaisse comme il je découvre avant toi introibo ad altare f le feu s’est certains prétendent il pleut. j’ai vu la les étourneaux ! antoine simon 25 nous serons toujours ces pour mireille et philippe est-ce parce que, petit, on j’aime chez pierre aux george(s) (s est la on croit souvent que le but  tous ces chardonnerets dans ce pays ma mère “dans le dessin pour max charvolen 1) la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Je me promets | Je suis un faon ->
Sabots des chevaux
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : automne

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

sabots des chevaux

sur la piste de terre rouge

dans les Maures

 

 

 

Publication en ligne : 17 novembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette