BRIBES EN LIGNE
inoubliables, les le tissu d’acier en cet anniversaire, ce qui envoi du bulletin de bribes tendresse du mondesi peu de (dans mon ventre pousse une a la femme au dernier vers aoi si elle est belle ? je ki mult est las, il se dort je déambule et suis branches lianes ronces les enseignants :       alla Éléments -     quand rêve, cauchemar,  ce mois ci : sub attention beau       au ecrire les couleurs du monde       jardin ce dernier vers aoi  le grand brassage des merci à la toile de vous avez     tout autour antoine simon 7 i en voyant la masse aux chaque jour est un appel, une     faisant la que reste-t-il de la       grappe       &agrav …presque vingt ans plus villa arson, nice, du 17  zones gardées de halt sunt li pui e mult halt quatrième essai de dans les carnets     son sur l’erbe verte si est       vu il n’est pire enfer que je suis je serai toujours attentif à antoine simon 11 je me souviens de       l̵    de femme liseuse si, il y a longtemps, les quelques autres des quatre archanges que quai des chargeurs de le galop du poème me c’est un peu comme si, la musique est le parfum de bien sûr, il y eut de profondes glaouis       bien vedo la luna vedo le       sur l’impossible pour yves et pierre poher et de l’autre de mes deux mains       st       dans   ciel !!!! quand nous rejoignons, en tous feux éteints. des pour michèle aueret et te voici humanité paroles de chamantu à la mémoire de autre essai d’un 1. il se trouve que je suis saluer d’abord les plus on préparait in the country nos voix   je ne comprends plus       pav&ea jamais je n’aurais la bouche pure souffrance       parfoi raphaël les dernières abu zayd me déplait. pas se reprendre. creuser son pour robert juste un       les   que signifie       je il faut laisser venir madame carissimo ulisse,torna a epuisement de la salle,       rampan dans l’effilé de dans le respect du cahier des la cité de la musique 1- c’est dans "pour tes       la trois tentatives desesperees   jn 2,1-12 : dernier vers aoi rm : nous sommes en en 1958 ben ouvre à ] heureux l’homme       l̵ quelque temps plus tard, de       au le glacis de la mort 10 vers la laisse ccxxxii       pass&e f le feu s’est antoine simon 26       la pas de pluie pour venir macles et roulis photo 3 premier vers aoi dernier  martin miguel vient nous lirons deux extraits de f tous les feux se sont le coeur du li quens oger cuardise je t’ai admiré, dernier vers aoi et je vois dans vos dans les carnets nous serons toujours ces   se       m̵ antoine simon 6 au commencement était pour mise en ligne o tendresses ô mes  le "musée etait-ce le souvenir       embarq la liberté de l’être "je me tais. pour taire.       juin passet li jurz, si turnet a tromper le néant       pav&ea     au couchant       en karles se dort cum hume iloec endreit remeint li os       ( pour gilbert sous l’occupation poème pour introibo ad altare madame est une torche. elle       au   j’ai souvent  dans le livre, le il aurait voulu être       nuage       je     double       la et ces violette cachéeton si j’avais de son mi viene in mentemi le bulletin de "bribes mes pensées restent   ces notes c’est le grand pour angelo raphaËl tu le saiset je le vois       dans       pass&e il est le jongleur de lui       " ce qui fascine chez antoine simon 12   six formes de la c’est seulement au écoute, josué, (ô fleur de courge... dernier vers aoi  “s’ouvre   voici donc la cinquième essai tout « 8° de ce jour là, je pouvais a la fin il ne resta que les plus terribles       o mais jamais on ne ce qui importe pour       sous       &agrav       &agrav arbre épanoui au ciel deuxième approche de "ces deux là se       sur le pour martine, coline et laure dans un coin de nice, seins isabelle boizard 2005 cet article est paru dans le je rêve aux gorges       baie dimanche 18 avril 2010 nous pour jean marie       et eurydice toujours nue à       la  dans toutes les rues la liberté s’imprime à tout le problème et que vous dire des constellations et en ceste tere ad estet ja       dans ce qui aide à pénétrer le       avant pour philippe histoire de signes .     pourquoi       dans       la la route de la soie, à pied, accorde ton désir à ta monde imaginal, pour jean-marie simon et sa toulon, samedi 9 la réserve des bribes pour ma petit matin frais. je te       l̵ sainte marie, antoine simon 28 antoine simon 23 j’ai parlé temps où le sang se chaises, tables, verres, f dans le sourd chatoiement des conserves !  de même que les zacinto dove giacque il mio       je me       dernier vers s’il       &n certains prétendent  pour de       le madame, c’est notre bel équilibre et sa il existe deux saints portant       fourr& à propos “la coupé le sonà « pouvez-vous maintenant il connaît le ouverture d’une les parents, l’ultime       un lancinant ô lancinant ….omme virginia par la d’un bout à cette machine entre mes  epître aux des voiles de longs cheveux       la l’ami michel     le cygne sur premier essai c’est vi.- les amicales aventures       m&eacu "la musique, c’est le franchement, pensait le chef, le 26 août 1887, depuis il était question non avant propos la peinture est et encore  dits jamais si entêtanteeurydice nous avons affaire à de deuxième suite et  riche de mes    en clers fut li jurz e li madame déchirée un titre : il infuse sa en introduction à il pleut. j’ai vu la   pour le prochain j’ai donné, au mois dernier vers aoi   un vendredi   marcel le temps passe dans la un trait gris sur la pour jean gautheronle cosmos ...et poème pour       allong au lecteur voici le premier pour martin     hélas,       que la question du récit non, björg, une il faut dire les       montag       l̵  on peut passer une vie      & de pa(i)smeisuns en est venuz pluies et bruines, f qu’il vienne, le feu pure forme, belle muette, la fonction,       les nice, le 8 octobre antoine simon 9 sept (forces cachées qui journée de rita est trois fois humble. buttati ! guarda&nbs grande lune pourpre dont les l’erbe del camp, ki  hier, 17 l’impression la plus   l’oeuvre vit son madame des forêts de       un       apr&eg le coquillage contre       bruyan mult est vassal carles de portrait. 1255 : régine robin, six de l’espace urbain, on peut croire que martine "tu sais ce que c’est titrer "claude viallat,       ce montagnesde     les fleurs du c’est pour moi le premier temps de cendre de deuil de  “la signification marcel alocco a dentelle : il avait "nice, nouvel éloge de la j’ai ajouté c’est vrai errer est notre lot, madame,  tous ces chardonnerets       " issent de mer, venent as nous savons tous, ici, que aucun hasard si se on cheval et si tu dois apprendre à 1257 cleimet sa culpe, si     m2 &nbs les installations souvent, a propos d’une fin première madame aux rumeurs le recueil de textes il faut aller voir antoine simon 10 ecrire sur     pluie du je n’hésiterai janvier 2002 .traverse    il ce n’est pas aux choses douce est la terre aux yeux       é je ne saurais dire avec assez accoucher baragouiner quand sur vos visages les nice, le 18 novembre 2004 sur la toile de renoir, les dans ma gorge seul dans la rue je ris la "si elle est siglent a fort e nagent e la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > INTRUSIONS

(Josué avait lentement enclenché les mécanismes, réparti une à une les torches

........................................................................................................... ............................................................................................................

Et, nos pieds jusqu’au centre de la terre, nous marchons à travers des stratifications notre tête si haut, si haut dans les constellations

Voici donc ce qui reste après des années d’une destructrice reconstruction : le sang même des mots, les autres, ou l’autre.

J’ai marché longtemps avant d’arriver ici, et j’ai connu des terres diverses et stériles, attrayantes pourtant et séduisantes et invitant toutes à y demeurer, cajoleuses, enjôleuses avec des chants assurés, des heures tranquilles aux allures tourmentées, sans aucun frémissement.

J’ai connu des contrées glauques, écrasées de lumières, vibrant de la vapeur que la chaleur sait élever des pierres et du sable. Patries triomphantes

............................................................................................................

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette