BRIBES EN LIGNE
  voici donc la il n’y a pas de plus vertige. une distance premier essai c’est  “la signification générations de l’autre     chant de tout mon petit univers en il en est des meurtrières.       dans etait-ce le souvenir antoine simon 18 rm : d’accord sur "mais qui lit encore le       &agrav abstraction voir figuration       bien rêves de josué, toujours les lettres :       tourne   pour théa et ses j’ai travaillé j’aime chez pierre dernier vers aoi envoi du bulletin de bribes frères et       la terre nous À perte de vue, la houle des pour lee a ma mère, femme parmi a grant dulur tendrai puis voile de nuità la même si le tissu d’acier montagnesde ils avaient si longtemps, si quand vous serez tout le ciel est clair au travers ainsi alfred… le temps passe si vite, diaphane est le mot (ou giovanni rubino dit   d’un coté, descendre à pigalle, se antoine simon 14 f le feu s’est imagine que, dans la au commencement était ce monde est semé       parfoi nous lirons deux extraits de (elle entretenait poussées par les vagues ki mult est las, il se dort madame chrysalide fileuse histoire de signes . chaque automne les 1-nous sommes dehors. la communication est antoine simon 30 béatrice machet vient de me     dans la ruela tout en travaillant sur les ainsi va le travail de qui (ô fleur de courge... la liberté s’imprime à les plus terribles À max charvolen et deux mille ans nous sixième l’impression la plus 13) polynésie n’ayant pas       sur le a claude b.   comme (ma gorge est une les premières À max charvolen et martin deuxième apparition de toutes les dernier vers aoi bien sûrla dernier vers aoi       cette cliquetis obscène des bribes en ligne a pluies et bruines,       force pour martin la gaucherie à vivre, ce 28 février 2002. et c’était dans avant dernier vers aoi glaciation entre au matin du exode, 16, 1-5 toute je t’ai admiré,       la dernier vers aoi la réserve des bribes       o l’illusion d’une la musique est le parfum de moi cocon moi momie fuseau       sur antoine simon 11 paroles de chamantu ma voix n’est plus que pour michèle aueret outre la poursuite de la mise       dans vous êtes les plus vieilles petites proses sur terre lorsque martine orsoni       le     l’é   3   

les Éléments -       &agrav temps où le sang se ne faut-il pas vivre comme petit matin frais. je te    si tout au long pour mes enfants laure et antoine simon 7       en deux ce travail vous est des quatre archanges que ensevelie de silence, antoine simon 24       deux antoine simon 31 percey priest lakesur les la pureté de la survie. nul granz est li calz, si se où l’on revient       je ici, les choses les plus toi, mésange à   tout est toujours en depuis le 20 juillet, bribes quand les mots s’ouvre la dessiner les choses banales je reviens sur des antoine simon 16 viallat © le château de « amis rollant, de les étourneaux !      & attention beau un homme dans la rue se prend       l̵ de sorte que bientôt effleurer le ciel du bout des avant propos la peinture est   le 10 décembre le grand combat : une fois entré dans la autre citation pour jacqueline moretti, merci au printemps des quel ennui, mortel pour je rêve aux gorges dans le train premier macao grise       &n deuxième essai       &agrav       la l’appel tonitruant du lancinant ô lancinant ….omme virginia par la quando me ne so itu pe 0 false 21 18 une autre approche de la deuxième édition du il s’appelait on dit qu’agathe       l̵ ce qu’un paysage peut maintenant il connaît le l’impossible       gentil et  riche de mes   l’oeuvre vit son   nous sommes merci à la toile de       la pie à cri et à sixième     " le travail de bernard       chaque trois (mon souffle au matin r.m.a toi le don des cris qui quel étonnant station 3 encore il parle       jonath le corps encaisse comme il a la libération, les j’ai en réserve les textes mis en ligne     du faucon  tu ne renonceras pas. pure forme, belle muette,  “comment seul dans la rue je ris la un tunnel sans fin et, à suite du blasphème de ] heureux l’homme       vu dieu faisait silence, mais       devant deux nouveauté, bernard dejonghe... depuis autres litanies du saint nom de la antoine simon 23 légendes de michel       enfant antoine simon 26 f le feu s’est si tu es étudiant en antoine simon 20 nous avons affaire à de    7 artistes et 1 le geste de l’ancienne, (en regardant un dessin de le pendu  la lancinante la vie humble chez les entr’els nen at ne pui d’abord l’échange des       dans quand les eaux et les terres mes pensées restent la tentation du survol, à à la bonne Être tout entier la flamme au lecteur voici le premier que reste-t-il de la le texte qui suit est, bien de soie les draps, de soie le lent tricotage du paysage nice, le 8 octobre un verre de vin pour tacher       le c’est le grand sa langue se cabre devant le ce texte m’a été       je me quai des chargeurs de dernier vers aoi    pour de la mort, l’ultime port, il ne s’agit pas de beaucoup de merveilles  tu vois im font chier       retour  la toile couvre les mult ben i fierent franceis e trois tentatives desesperees clers fut li jurz e li marché ou souk ou la mort d’un oiseau. il existe deux saints portant et il parlait ainsi dans la de pareïs li seit la la fraîcheur et la   la baie des anges       &agrav accoucher baragouiner    seule au quelques textes f j’ai voulu me pencher       pass&e ce jour-là il lui pour michèle gazier 1 dernier vers aoi reflets et echosla salle la bouche pleine de bulles   marcel pour martine, coline et laure       apr&eg       le     [1]  exacerbé d’air le vieux qui j’ai donc l’art c’est la recleimet deu mult il faut laisser venir madame       au l’art n’existe vedo la luna vedo le sur la toile de renoir, les m1       soudain un blanc fauche le       descen "l’art est-il       et tu a l’aube des apaches, jamais je n’aurais il pleut. j’ai vu la la fraîcheur et la       la       va       longte f les marques de la mort sur le samedi 26 mars, à 15 j’ai donné, au mois station 4 : judas  il n’est pire enfer que attelage ii est une œuvre la légende fleurie est     son dans l’effilé de un soir à paris au attendre. mot terrible.       montag       sur mise en ligne     le l’évidence hans freibach : leonardo rosa références : xavier   j’ai souvent macles et roulis photo bien sûr, il y eut dernier vers aoi antoine simon 33 l’attente, le fruit ecrire sur la poésie, à la ils sortent pour jean-marie simon et sa il était question non au programme des actions   un vendredi dans le pain brisé son tendresses ô mes envols heureuse ruine, pensait  improbable visage pendu je me souviens de       marche il faut aller voir vue à la villa tamaris 10 vers la laisse ccxxxii " je suis un écorché vif. dans le monde de cette       cerisi "si elle est il avait accepté un besoin de couper comme de mais non, mais non, tu antoine simon 13       les  l’écriture pour helmut la fonction,   pour adèle et  ce qui importe pour j’ai perdu mon 7) porte-fenêtre vous dites : "un je suis occupé ces autre citation"voui       au   (dans le ce qui fascine chez comme c’est c’est un peu comme si, sainte marie, nécrologie deuxième apparition de accorde ton désir à ta le 19 novembre 2013, à la       entre souvent je ne sais rien de carles li reis en ad prise sa     ton tu le saiset je le vois buttati ! guarda&nbs au rayon des surgelés spectacle de josué dit le lent déferlement       la vous deux, c’est joie et vi.- les amicales aventures     un mois sans (À l’église la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Un coing mûr | Je me promets ->
Les puissantes vagues du vent d’Est
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : automone

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

les puissantes vagues du vent d’est

se brisent sur les rochers

de l’Estérel
 

 

 

 

 

Publication en ligne : 15 novembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette