BRIBES EN LIGNE
religion de josué il l’heure de la si elle est belle ? je rossignolet tu la dernier vers aoi non... non... je vous assure, un soir à paris au     une abeille de Être tout entier la flamme lorsque martine orsoni j’ai perdu mon   en grec, morías « h&eacu station 5 : comment       deux edmond, sa grande la rencontre d’une ce monde est semé à la bonne       pass&e    il les plus terribles  la toile couvre les antoine simon 10     &nbs il avait accepté dernier vers aoi  ce mois ci : sub les amants se autre essai d’un se reprendre. creuser son je suis bien dans madame dans l’ombre des pour yves et pierre poher et       ...mai       que  pour de f le feu m’a recleimet deu mult on dit qu’agathe grande lune pourpre dont les soudain un blanc fauche le  “ce travail qui ainsi fut pétrarque dans mise en ligne d’un       é       pass&e à propos “la ( ce texte a samuelchapitre 16, versets 1 ce qui aide à pénétrer le suite de de toutes les et…  dits de voile de nuità la dans les rêves de la nice, le 18 novembre 2004 j’écoute vos une autre approche de quand c’est le vent qui     longtemps sur mes pensées restent là, c’est le sable et tous ces charlatans qui dans les hautes herbes    si tout au long histoire de signes . nous serons toujours ces inoubliables, les       bruyan       descen chaque jour est un appel, une    regardant dans l’effilé de pour lee petit matin frais. je te 0 false 21 18       object     sur la …presque vingt ans plus cinq madame aux yeux pour alain borer le 26 station 1 : judas "ces deux là se d’ eurydice ou bien de       voyage je ne peins pas avec quoi,   ces notes de l’autre à cri et à     cet arbre que le ciel de ce pays est tout a toi le don des cris qui c’est un peu comme si, langues de plomba la et que vous dire des       dans       le raphaël       au r.m.a toi le don des cris qui raphaËl  “ne pas je désire un elle disposait d’une  hier, 17       le    hors du corps pas dernier vers aoi nous dirons donc 1257 cleimet sa culpe, si       en les petites fleurs des pour julius baltazar 1 le c’est vrai    seule au       merle noir  pour encore la couleur, mais cette     rien raphaël   six formes de la dernier vers aoi       " de pareïs li seit la le plus insupportable chez jamais je n’aurais aucun hasard si se pour gilbert pour maguy giraud et       la au rayon des surgelés pour jacqueline moretti, toutes ces pages de nos démodocos... Ça a bien un ce 28 février 2002. f qu’il vienne, le feu ce pays que je dis est dieu faisait silence, mais       sur et je vois dans vos   se pour egidio fiorin des mots       sous depuis le 20 juillet, bribes écrirecomme on se j’ai relu daniel biga, seins isabelle boizard 2005 voudrais je vous nu(e), comme son nom pour robert       un     sur la pente       au le tissu d’acier       mouett ce qui importe pour       m̵     double eurydice toujours nue à on cheval a la femme au       une dernier vers aoi s’égarer on et ma foi,  zones gardées de clere est la noit e la bien sûrla   l’oeuvre vit son i mes doigts se sont ouverts pour michèle gazier 1       un un jour, vous m’avez       apr&eg c’est le grand   nous sommes je n’ai pas dit que le titrer "claude viallat,   d’un coté, antoine simon 11 dorothée vint au monde c’est la chair pourtant de mes deux mains il ne reste plus que le       au pour qui veut se faire une " je suis un écorché vif. la liberté s’imprime à comme c’est     [1]  dernier vers aoi vous avez  c’était     de rigoles en i.- avaler l’art par elle réalise des quand les mots       montag de sorte que bientôt merci à marc alpozzo tous feux éteints. des l’instant criblé quand les eaux et les terres       sur  “... parler une     extraire dernier vers aoi       chaque     pourquoi g. duchêne, écriture le préparation des comme un préliminaire la introibo ad altare nous avancions en bas de   pour adèle et je t’ai admiré,     le cygne sur tout mon petit univers en       dans       s̵ à la mémoire de l’art n’existe preambule – ut pictura vos estes proz e vostre c’est pour moi le premier vous deux, c’est joie et  au travers de toi je une errance de des voix percent, racontent       longte       neige   adagio   je « 8° de le 19 novembre 2013, à la 1- c’est dans pour martine       &agrav charogne sur le seuilce qui un trait gris sur la tromper le néant trois tentatives desesperees dernier vers aoi       o références : xavier deuxième essai le       les les dessins de martine orsoni       journ& arbre épanoui au ciel        monde rassemblé       dans seul dans la rue je ris la f les marques de la mort sur sur l’erbe verte si est  si, du nouveau douce est la terre aux yeux il ne sait rien qui ne va le 2 juillet l’attente, le fruit béatrice machet vient de       ton j’ai travaillé     du faucon de pa(i)smeisuns en est venuz       reine couleur qui ne masque pas pas facile d’ajuster le si j’étais un     faisant la antoine simon 18       les je m’étonne toujours de la À peine jetés dans le carles li reis en ad prise sa le lent tricotage du paysage si grant dol ai que ne       "       fourr& dernier vers aoi       jardin (josué avait lentement   saint paul trois     au couchant dernier vers aoi violette cachéeton deuxième   un vendredi antoine simon 25 abstraction voir figuration       tourne dans l’innocence des fragilité humaine. madame est la reine des attendre. mot terrible. nécrologie la terre nous nice, le 8 octobre tendresse du mondesi peu de fontelucco, 6 juillet 2000 générations me présentation du  au mois de mars, 1166 et nous n’avons rien genre des motsmauvais genre dernier vers aoi mougins. décembre dimanche 18 avril 2010 nous pour jean-marie simon et sa antoine simon 33 je serai toujours attentif à très malheureux...   pour le prochain printemps breton, printemps f le feu s’est je crie la rue mue douleur     dans la ruela  née à sors de mon territoire. fais gardien de phare à vie, au       dans       marche dernier vers aoi       soleil   je ne comprends plus la force du corps,       &n       " accoucher baragouiner j’ai parlé en cet anniversaire, ce qui antoine simon 5  “comment et il fallait aller debout carles respunt : cinquième citationne   entrons       au portrait. 1255 :   3   

les       sur le a ma mère, femme parmi ici. les oiseaux y ont fait  jésus le proche et le lointain antoine simon 6 quai des chargeurs de pas une année sans évoquer coupé le sonà dans ce périlleux « voici pour frédéric josué avait un rythme des conserves ! « amis rollant, de   jn 2,1-12 : "moi, esclave" a deuxième suite où l’on revient       la f le feu s’est       au je rêve aux gorges du bibelot au babilencore une  epître aux monde imaginal, sculpter l’air : réponse de michel "l’art est-il pour ma pour andré je reviens sur des       au la terre a souvent tremblé ne pas négocier ne d’un bout à chaque automne les constellations et accorde ton désir à ta max charvolen, martin miguel quand il voit s’ouvrir, ce n’est pas aux choses quatrième essai de a dix sept ans, je ne savais deux nouveauté, il souffle sur les collines j’arrivais dans les       en ce jour là, je pouvais a grant dulur tendrai puis d’un côté j’aime chez pierre la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Entre ses rejets trop serrés | Un coing mûr ->
La pie sur le chêne
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : automone

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

la pie sur le chêne

m’engueule

insolente superbe

Publication en ligne : 13 novembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette