BRIBES EN LIGNE
 on peut passer une vie nous avancions en bas de ( ce texte a la gaucherie à vivre, premier vers aoi dernier le scribe ne retient    7 artistes et 1 merci au printemps des       pass&e beaucoup de merveilles nécrologie a toi le don des cris qui troisième essai morz est rollant, deus en ad entr’els nen at ne pui ….omme virginia par la clere est la noit e la   se       m̵ me edmond, sa grande depuis ce jour, le site onze sous les cercles poème pour exode, 16, 1-5 toute lorsque martine orsoni 1- c’est dans   que signifie des voiles de longs cheveux "pour tes pour frédéric genre des motsmauvais genre ouverture de l’espace f les marques de la mort sur     nous non, björg,     surgi       &ccedi       voyage la fonction,       vaches       montag dernier vers aoi   qu’est-ce qui est en  improbable visage pendu (en regardant un dessin de dernier vers s’il aux barrières des octrois et nous n’avons rien j’ai donné, au mois       " paien sunt morz, alquant dernier vers que mort  “comment clquez sur antoine simon 33       embarq ajout de fichiers sons dans ma mémoire ne peut me       magnol antoine simon 11 les étourneaux !       le il y a des objets qui ont la a supposer quece monde tienne dernier vers aoi introibo ad altare et  riche de mes mi viene in mentemi   pour le prochain       deux rm : d’accord sur station 3 encore il parle passent .x. portes, monde imaginal,    seule au       l̵ madame est une la vie humble chez les madame déchirée       sur encore une citation“tu   d’un coté,       bonhe comment entrer dans une       midi nous savons tous, ici, que voudrais je vous hans freibach : sequence 6   le la langue est intarissable 1257 cleimet sa culpe, si une il faut dire les lorsqu’on connaît une  martin miguel vient vous n’avez la tentation du survol, à paroles de chamantu au commencement était ainsi fut pétrarque dans nice, le 18 novembre 2004 l’erbe del camp, ki cette machine entre mes les parents, l’ultime pour julius baltazar 1 le station 4 : judas  sors de mon territoire. fais pour raphaël     pourquoi petit matin frais. je te       cerisi langues de plomba la et c’était dans   anatomie du m et       les d’abord l’échange des       pourqu  zones gardées de antoine simon 16  de la trajectoire de ce       neige le ciel de ce pays est tout       dans     de rigoles en iv.- du livre d’artiste saluer d’abord les plus et te voici humanité cyclades, iii° troisième essai et frères et l’homme est       apr&eg       va quant carles oït la deuxième apparition et que dire de la grâce le géographe sait tout     tout autour charogne sur le seuilce qui dernier vers aoi tout à fleur d’eaula danse si, il y a longtemps, les pluies et bruines, (À l’église pour alain borer le 26 vous avez le tissu d’acier si j’étais un quel ennui, mortel pour madame est la reine des marie-hélène antoine simon 27 je meurs de soif face aux bronzes de miodrag derniers il y a tant de saints sur   dits de   on n’est "si elle est       pass&e antoine simon 32   (à “le pinceau glisse sur       voyage dorothée vint au monde s’égarer on le recueil de textes 1. il se trouve que je suis très malheureux...             sur    de femme liseuse de pa(i)smeisuns en est venuz       parfoi       soleil intendo... intendo ! "moi, esclave" a à cri et à       fleure ma voix n’est plus que     oued coulant tout est prêt en moi pour bien sûrla dernier vers aoi macles et roulis photo 6 À l’occasion de lu le choeur des femmes de tu le sais bien. luc ne on dit qu’agathe les lettres ou les chiffres 1 au retour au moment dernier vers aoi l’existence n’est       deux dans l’innocence des pour robert dix l’espace ouvert au cinquième citationne la liberté de l’être f dans le sourd chatoiement  le "musée dernier vers aoi  ce mois ci : sub soudain un blanc fauche le       journ& j’ai parlé 5) triptyque marocain s’ouvre la et tout avait abstraction voir figuration       sur présentation du pas une année sans évoquer  monde rassemblé livre grand format en trois m1       quand nous rejoignons, en       dans 7) porte-fenêtre dans les carnets 10 vers la laisse ccxxxii il pleut. j’ai vu la       & onzième la vie est ce bruissement il aurait voulu être tendresse du mondesi peu de libre de lever la tête       banlie   jn 2,1-12 : ils sortent des quatre archanges que (josué avait    si tout au long  “ne pas dernier vers aoi  tu ne renonceras pas.  dernières mises il avait accepté cliquetis obscène des du bibelot au babilencore une comme ce mur blanc station 7 : as-tu vu judas se "ah ! mon doux pays, quatrième essai de     depuis toutes sortes de papiers, sur quelques textes de mes deux mains       su       fourmi       dans à sylvie le temps passe dans la la chaude caresse de  au mois de mars, 1166 certains soirs, quand je diaphane est le mot (ou je t’ai admiré, a christiane       au    tu sais de profondes glaouis j’arrivais dans les f qu’il vienne, le feu         or ils s’étaient       " a la fin il ne resta que       l̵     cet arbre que a dix sept ans, je ne savais petites proses sur terre se placer sous le signe de bruno mendonça un homme dans la rue se prend pour lee « pouvez-vous pour yves et pierre poher et folie de josuétout est là, c’est le sable et attendre. mot terrible. ] heureux l’homme       sur on peut croire que martine "ces deux là se carissimo ulisse,torna a       la pour daniel farioli poussant effleurer le ciel du bout des       "       &n madame, vous débusquez pierre ciel le proche et le lointain À max charvolen et       &agrav ...et poème pour les avenues de ce pays martin miguel art et je rêve aux gorges epuisement de la salle, dernier vers aoi depuis le 20 juillet, bribes archipel shopping, la six de l’espace urbain, antoine simon 7 sixième écrirecomme on se station 5 : comment antoine simon 23 temps où les coeurs chaises, tables, verres, pour jean gautheronle cosmos sur l’erbe verte si est       pour dernier vers aoi au programme des actions journée de pour m.b. quand je me heurte c’est la peur qui fait pour qui veut se faire une même si mille fardeaux, mille mult est vassal carles de dernier vers aoi       marche       s̵ quand vous serez tout et encore  dits les routes de ce pays sont  l’écriture dessiner les choses banales la fraîcheur et la   le 10 décembre       enfant    regardant antoine simon 19 nice, le 30 juin 2000 aux george(s) (s est la       vu       jonath nous viendrons nous masser       bonheu       la il tente de déchiffrer, merle noir  pour       qui il existe au moins deux       le au lecteur voici le premier cinquième essai tout il souffle sur les collines peinture de rimes. le texte tes chaussures au bas de       fourr& la rencontre d’une       b&acir jouer sur tous les tableaux l’éclair me dure, et…  dits de pour michèle aueret pour egidio fiorin des mots en introduction à     quand avant dernier vers aoi première tu le saiset je le vois c’est vrai  si, du nouveau « h&eacu mon travail est une on a cru à       nuage la route de la soie, à pied, nos voix « voici dernier vers aoi rm : nous sommes en buttati ! guarda&nbs il n’était qu’un pour jean-louis cantin 1.- il semble possible et il parlait ainsi dans la la deuxième édition du f tous les feux se sont       p&eacu       apparu tout en vérifiant dernier vers aoi       l̵ patrick joquel vient de la littérature de le vieux qui la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Entre ses rejets trop serrés | Un coing mûr ->
La pie sur le chêne
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : automone

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

la pie sur le chêne

m’engueule

insolente superbe

Publication en ligne : 13 novembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette