BRIBES EN LIGNE
À perte de vue, la houle des comment entrer dans une il en est des noms comme du pour    seule au “le pinceau glisse sur pour jean marie     un mois sans dernier vers aoi       bonheu un temps hors du comme un préliminaire la dernier vers aoi  référencem f qu’il vienne, le feu       je me rimbaud a donc nous dirons donc pour robert chairs à vif paumes voile de nuità la onze sous les cercles et te voici humanité tu le sais bien. luc ne j’oublie souvent et madame est la reine des tendresses ô mes envols       &ccedi montagnesde tous ces charlatans qui       pass&e on a cru à       fourr& bientôt, aucune amarre mieux valait découper autres litanies du saint nom et il parlait ainsi dans la       en (josué avait lentement temps où le sang se les dieux s’effacent tandis que dans la grande aucun hasard si se antoine simon 33       " le ciel de ce pays est tout il n’était qu’un pour gilbert       sur le  epître aux elle réalise des seins isabelle boizard 2005 i mes doigts se sont ouverts       &agrav       je me       le en cet anniversaire, ce qui de pareïs li seit la ecrire sur nice, le 8 octobre       sur       bien rm : d’accord sur       un  “la signification juste un outre la poursuite de la mise mougins. décembre dernier vers aoi       ki mult est las, il se dort la lecture de sainte ma mémoire ne peut me     hélas, 1 au retour au moment "la musique, c’est le pour michèle gazier 1 petites proses sur terre ce qui aide à pénétrer le À l’occasion de tous feux éteints. des         &n pour pierre theunissen la pur ceste espee ai dulor e       & il est le jongleur de lui pluies et bruines,       ( le corps encaisse comme il       la l’instant criblé nécrologie       le histoire de signes . f le feu est venu,ardeur des autre essai d’un six de l’espace urbain, diaphane est le sixième       il 7) porte-fenêtre au rayon des surgelés il pleut. j’ai vu la toutes sortes de papiers, sur au seuil de l’atelier nous serons toujours ces       je l’existence n’est ecrire les couleurs du monde nous viendrons nous masser       dans max charvolen, martin miguel branches lianes ronces   pour le prochain soudain un blanc fauche le       la toujours les lettres : dernier vers aoi j’ai travaillé       ce j’ai parlé toulon, samedi 9 madame est une rêves de josué, le 23 février 1988, il       "  le livre, avec la fraîcheur et la       vu patrick joquel vient de       vaches quelque temps plus tard, de nous avancions en bas de   j’ai souvent À max charvolen et nice, le 30 juin 2000       avant de pa(i)smeisuns en est venuz       entre dernier vers doel i avrat, dans le pays dont je vous     quand   le 10 décembre quand c’est le vent qui derniers en 1958 ben ouvre à je m’étonne toujours de la     double troisième essai et écrirecomme on se  hors du corps pas       le l’appel tonitruant du temps de pierres c’est le grand  improbable visage pendu antoine simon 5     faisant la       la  avec « a la des quatre archanges que       dans dans les carnets mult est vassal carles de a la fin il ne resta que   marcel       " cliquetis obscène des la légende fleurie est       qui très saintes litanies le vieux qui marché ou souk ou pourquoi yves klein a-t-il cinquième essai tout bernadette griot vient de   anatomie du m et station 5 : comment mon cher pétrarque, "nice, nouvel éloge de la dernier vers s’il le tissu d’acier viallat © le château de 1 la confusion des le glacis de la mort qu’est-ce qui est en exacerbé d’air leonardo rosa       le pour mireille et philippe buttati ! guarda&nbs     de rigoles en       m&eacu  zones gardées de je suis bien dans il en est des meurtrières. fontelucco, 6 juillet 2000 dernier vers aoi quand les eaux et les terres dans l’innocence des villa arson, nice, du 17       neige se reprendre. creuser son       coude  la toile couvre les pierre ciel nouvelles mises en abstraction voir figuration dernier vers aoi la tentation du survol, à       &agrav les enseignants : in the country la route de la soie, à pied, de sorte que bientôt errer est notre lot, madame, je désire un j’ai donc et nous n’avons rien r.m.a toi le don des cris qui le recueil de textes dans les carnets décembre 2001. dimanche 18 avril 2010 nous antoine simon 7       sur       reine       " « h&eacu       m̵       deux voici des œuvres qui, le       et antoine simon 21 f les marques de la mort sur à torna a sorrento ulisse torna alocco en patchworck © vos estes proz e vostre macles et roulis photo 6 et encore  dits antoine simon 14       six clers fut li jurz e li et que dire de la grâce antoine simon 30       en un à la mémoire de il aurait voulu être attelage ii est une œuvre       &agrav peinture de rimes. le texte       grappe antoine simon 9 descendre à pigalle, se il tente de déchiffrer, carmelo arden quin est une dans le train premier la poésie, à la c’est la distance entre     le cygne sur quatrième essai de a l’aube des apaches, seul dans la rue je ris la       quand  hier, 17     depuis pour martine, coline et laure antoine simon 20 dire que le livre est une ce pays que je dis est nice, le 18 novembre 2004       la la force du corps, a ma mère, femme parmi 1- c’est dans ajout de fichiers sons dans ce n’est pas aux choses générations on cheval le soleil n’est pas marie-hélène  si, du nouveau dieu faisait silence, mais lancinant ô lancinant carles li reis en ad prise sa "ah ! mon doux pays,  l’exposition  quelques textes antoine simon 19 "moi, esclave" a   six formes de la       dans a christiane le temps passe si vite, le ciel est clair au travers sous la pression des onzième le 2 juillet     ton   un d’abord l’échange des il ne reste plus que le béatrice machet vient de le galop du poème me préparation des 1257 cleimet sa culpe, si s’ouvre la la mort, l’ultime port, antoine simon 28 jamais je n’aurais inoubliables, les le lent tricotage du paysage pour marcel je t’ai admiré, vous êtes  les éditions de « voici le coeur du       j̵ pour le prochain basilic, (la encore une citation“tu de prime abord, il l’attente, le fruit beaucoup de merveilles reprise du site avec la a grant dulur tendrai puis et voici maintenant quelques       soleil recleimet deu mult   jn 2,1-12 : la fonction, douze (se fait terre se       sur et tout avait dernier vers aoi  martin miguel vient marcel alocco a able comme capable de donner la liberté de l’être    courant pas sur coussin d’air mais  les trois ensembles le grand combat :     longtemps sur "si elle est a dix sept ans, je ne savais     les fleurs du   ciel !!!! le 26 août 1887, depuis       l̵ o tendresses ô mes de toutes les trois tentatives desesperees macles et roulis photo 4       dans dans le monde de cette j’ai relu daniel biga, antoine simon 24 nous lirons deux extraits de mise en ligne d’un normalement, la rubrique la bouche pure souffrance me  monde rassemblé se placer sous le signe de dernier vers aoi     son f dans le sourd chatoiement   pour adèle et   1) cette j’écoute vos encore la couleur, mais cette   un vendredi antoine simon 23       sur merci au printemps des raphaËl       dans       l̵       sur af : j’entends très malheureux...  marcel migozzi vient de       &n l’ami michel dernier vers que mort ouverture d’une pour martin la galerie chave qui langues de plomba la       sur madame a des odeurs sauvages       arauca       longte quatrième essai rares la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Boulanger, Pascal > Un ciel ouvert en toute saison

PASCAL BOULANGER

<- Qui frappe à tes paupières bleues | Je sais, un monde se défait ->
Suspendue au-dessus de l’abîme
© Pascal Boulanger

Une écharde dans la voix

Ecrivain(s) : Boulanger
Clefs : poésie

...et poème pour toi

 

Suspendue au-dessus de l’abîme
tu échappes aux sabres et aux périls.
Les mouettes s’élancent elles aussi
dans la chaleur brune de tes yeux.
Entends-tu la terre gorgée de lumière
qui murmure ton prénom ?
Et tandis que je trace silencieux
des figures sur le sol
ton cœur se déploie
dans l’espace soudain libre.

 

Publication en ligne : 24 octobre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette