BRIBES EN LIGNE
      deux mise en ligne ce 28 février 2002. (À l’église sous l’occupation  tous ces chardonnerets merci au printemps des     quand de mes deux mains sauvage et fuyant comme saluer d’abord les plus des conserves !       dans       les r.m.a toi le don des cris qui dernier vers aoi grant est la plaigne e large ce jour là, je pouvais       sur       bien antoine simon 22 violette cachéeton (ma gorge est une       "       il       sur le nice, le 18 novembre 2004 imagine que, dans la af : j’entends c’est parfois un pays ma voix n’est plus que       je       neige si tu es étudiant en nous viendrons nous masser       coude       allong         or antoine simon 27 souvent je ne sais rien de et voici maintenant quelques halt sunt li pui e mult halt le franchissement des la pureté de la survie. nul je déambule et suis là, c’est le sable et 1) la plupart de ces inoubliables, les pour michèle gazier 1       ruelle mieux valait découper ki mult est las, il se dort f le feu s’est "moi, esclave" a est-ce parce que, petit, on pour michèle aueret       &agrav lorsqu’on connaît une les installations souvent, un homme dans la rue se prend il y a dans ce pays des voies  dernières mises à bernadette dernier vers aoi les dernières il tente de déchiffrer,       "       ...mai je découvre avant toi lorsque martine orsoni       deux ne faut-il pas vivre comme troisième essai et toi, mésange à je suis celle qui trompe       alla     les fleurs du  “ne pas       reine la terre a souvent tremblé ce pays que je dis est       magnol vos estes proz e vostre accorde ton désir à ta       la je t’ai admiré, suite du blasphème de     surgi autre citation"voui       la références : xavier       l̵    il eurydice toujours nue à les grands la musique est le parfum de  pour le dernier jour in the country ce qui fait tableau : ce l’instant criblé       vaches À perte de vue, la houle des antoine simon 32 passet li jurz, si turnet a si j’étais un       une tout est possible pour qui si j’avais de son dessiner les choses banales       en un le grand combat : le plus insupportable chez et te voici humanité sors de mon territoire. fais       à pour gilbert et encore  dits       en deux nouveauté,       entre madame, c’est notre arbre épanoui au ciel pas de pluie pour venir avec marc, nous avons le temps passe dans la exode, 16, 1-5 toute       ton pour marcel un jour nous avons clere est la noit e la quand sur vos visages les jamais je n’aurais carcassonne, le 06 elle ose à peine je crie la rue mue douleur josué avait un rythme       aux       vu la bouche pleine de bulles autre citation deuxième     chambre trois (mon souffle au matin quand c’est le vent qui et…  dits de vous n’avez le passé n’est attendre. mot terrible. et si au premier jour il nous serons toujours ces six de l’espace urbain, chaque automne les   marcel   si vous souhaitez   que signifie on a cru à dans le pays dont je vous ils s’étaient       le patrick joquel vient de li quens oger cuardise le pendu (la numérotation des dans les rêves de la titrer "claude viallat, a propos d’une dans le patriote du 16 mars dans les carnets dernier vers aoi   est-ce que       avant huit c’est encore à se reprendre. creuser son (josué avait ses mains aussi étaient première dernier vers aoi mouans sartoux. traverse de je suis bien dans et combien nécrologie antoine simon 10       entre recleimet deu mult 7) porte-fenêtre  on peut passer une vie des quatre archanges que dans le monde de cette pour helmut à sylvie "si elle est l’art n’existe paroles de chamantu vous êtes comme un préliminaire la madame est une torche. elle   anatomie du m et station 7 : as-tu vu judas se pour pierre theunissen la dernier vers aoi tout mon petit univers en  la lancinante reprise du site avec la karles se dort cum hume       fourr& f les marques de la mort sur alocco en patchworck © carmelo arden quin est une    regardant i.- avaler l’art par       le sequence 6   le les parents, l’ultime histoire de signes .  il est des objets sur       &agrav etudiant à dieu faisait silence, mais pour yves et pierre poher et libre de lever la tête cet univers sans et il parlait ainsi dans la       le le coeur du       baie tendresses ô mes envols c’est ici, me pour jean-marie simon et sa (ô fleur de courge... un trait gris sur la aux barrières des octrois difficile alliage de immense est le théâtre et des voiles de longs cheveux ce texte m’a été       su un tunnel sans fin et, à       sabots antoine simon 24 l’homme est       parfoi langues de plomba la cher bernard rm : d’accord sur samuelchapitre 16, versets 1 le texte qui suit est, bien dont les secrets… à quoi c’est la peur qui fait  il y a le quatrième essai de ...et poème pour au seuil de l’atelier le lourd travail des meules dans les écroulements sur la toile de renoir, les les doigts d’ombre de neige cette machine entre mes madame est toute vedo la luna vedo le       dans abu zayd me déplait. pas antoine simon 5 dernier vers aoi c’est une sorte de c’est le grand       voyage       soleil mise en ligne d’un "tu sais ce que c’est carissimo ulisse,torna a a supposer quece monde tienne la vie est dans la vie. se lentement, josué       fourr& d’ eurydice ou bien de ouverture de l’espace à propos des grands ma chair n’est     un mois sans pour raphaël ne pas négocier ne je reviens sur des si, il y a longtemps, les il y a tant de saints sur avant dernier vers aoi nos voix pour philippe printemps breton, printemps le 26 août 1887, depuis       le       dans deuxième apparition de     rien on trouvera la video que d’heures à bruno mendonça janvier 2002 .traverse       qui temps où les coeurs       mouett mon cher pétrarque,     [1]  pour le prochain basilic, (la ouverture d’une ma voix n’est plus que allons fouiller ce triangle onze sous les cercles pour quand nous rejoignons, en la deuxième édition du À max charvolen et  epître aux vous avez couleur qui ne masque pas       au f qu’il vienne, le feu       sur     m2 &nbs       la chairs à vif paumes quelque temps plus tard, de       voyage     le rare moment de bonheur, (dans mon ventre pousse une       juin les plus vieilles antoine simon 17       " régine robin, dernier vers doel i avrat,   nous sommes       descen pour jacky coville guetteurs dans ce périlleux l’ami michel ….omme virginia par la     dans la ruela deuxième essai le entr’els nen at ne pui       dans       le       chaque les lettres ou les chiffres       et tu     oued coulant       jonath deuxième suite me   dits de       fleure a dix sept ans, je ne savais   se  hors du corps pas dans l’effilé de       gentil il ne sait rien qui ne va il pleut. j’ai vu la       sur vertige. une distance de tantes herbes el pre madame des forêts de station 4 : judas  0 false 21 18 pour andré       " fontelucco, 6 juillet 2000 la fraîcheur et la autre essai d’un       st madame aux rumeurs gardien de phare à vie, au f tous les feux se sont j’ai donné, au mois de profondes glaouis la chaude caresse de       la       le pur ceste espee ai dulor e “dans le dessin l’heure de la du fond des cours et des pour egidio fiorin des mots l’illusion d’une 1.- les rêves de douce est la terre aux yeux le 2 juillet bien sûr, il y eut « pouvez-vous f le feu m’a j’ai donc faisant dialoguer dans l’innocence des les enseignants : la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Boulanger, Pascal > Un ciel ouvert en toute saison

PASCAL BOULANGER

<- À dix sept ans je ne savais rien | Rien n’est vain ->
Le coquillage contre l’oreille
© Pascal Boulanger

Une écharde dans la voix

Ecrivain(s) : Boulanger
Clefs : poésie

Le coquillage contre l’oreille pour rejoindre la mer, les initiales creusées sur l’arbre et ces mots quand vous redoutiez qu’un loup ne traverse le jardin : De quoi as-tu peur ? Je suis là. Dors.

Les entendez-vous encore quand l’automne gagne les fougères ?

 

 

 

 

 

Publication en ligne : 20 octobre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette