BRIBES EN LIGNE
approche d’une     de rigoles en en ceste tere ad estet ja   saint paul trois autre petite voix "ah ! mon doux pays,       " antoine simon 5     quand       j̵       le tandis que dans la grande granz est li calz, si se dans les écroulements l’appel tonitruant du dernier vers s’il paroles de chamantu  la toile couvre les et que vous dire des   je n’ai jamais il faut aller voir premier vers aoi dernier   pour théa et ses pour maxime godard 1 haute dans un coin de nice, pour michèle gazier 1       sur  je signerai mon arbre épanoui au ciel       la cet article est paru dans le me langues de plomba la heureuse ruine, pensait au lecteur voici le premier quand sur vos visages les   anatomie du m et o tendresses ô mes a propos d’une quant carles oït la avant propos la peinture est il tente de déchiffrer, " je suis un écorché vif. un nouvel espace est ouvert       il pour max charvolen 1)         or   j’ai souvent antoine simon 24 sixième je me souviens de dernier vers aoi m1             dans fontelucco, 6 juillet 2000 rien n’est    si tout au long nous dirons donc   la baie des anges       cette pas de pluie pour venir (josué avait journée de tous feux éteints. des mais jamais on ne antoine simon 11 ce va et vient entre j’ai travaillé       le soleil n’est pas jusqu’à il y a       l̵ tout en travaillant sur les dentelle : il avait bribes en ligne a l’heure de la     [1]  certains soirs, quand je spectacle de josué dit un soir à paris au si j’étais un grant est la plaigne e large zacinto dove giacque il mio 1254 : naissance de on préparait « voici un titre : il infuse sa antoine simon 15       midi les grands (vois-tu, sancho, je suis avant dernier vers aoi  un livre écrit c’est la chair pourtant les oiseaux s’ouvrent quelque temps plus tard, de       reine   un à sylvie a supposer quece monde tienne     dans la ruela on trouvera la video       la violette cachéeton     double (de)lecta lucta   la littérature de       aujour et combien macles et roulis photo 3 madame, on ne la voit jamais macles et roulis photo 1 ce ma mémoire ne peut me effleurer le ciel du bout des       m&eacu et te voici humanité références : xavier deux ce travail vous est      &       les l’impossible antoine simon 19 mult ben i fierent franceis e pour alain borer le 26  il est des objets sur cinquième essai tout il ne sait rien qui ne va tu le saiset je le vois et il fallait aller debout la deuxième édition du on peut croire que martine dans l’effilé de pour andrée       qui pour julius baltazar 1 le r.m.a toi le don des cris qui beaucoup de merveilles un jour, vous m’avez non, björg, f le feu s’est frères et  si, du nouveau rm : nous sommes en   3   

les dernier vers doel i avrat, moisissures mousses lichens     les fleurs du station 7 : as-tu vu judas se "et bien, voilà..." dit j’oublie souvent et       voyage de soie les draps, de soie dans le monde de cette   d’un coté,  tu vois im font chier j’arrivais dans les dernier vers aoi À peine jetés dans le   pour adèle et   si vous souhaitez dans les hautes herbes ce texte m’a été c’est extrêmement       sur et…  dits de tout le problème f le feu m’a     du faucon dix l’espace ouvert au il y a dans ce pays des voies       &agrav       soleil pour helmut cet univers sans  dernier salut au tout mon petit univers en lancinant ô lancinant jamais je n’aurais       fourr& allons fouiller ce triangle en 1958 ben ouvre à le texte qui suit est, bien       ma "nice, nouvel éloge de la béatrice machet vient de  “... parler une de toutes les je désire un pour le prochain basilic, (la poussées par les vagues station 1 : judas s’ouvre la       deux dernier vers aoi       vu       au il arriva que le numéro exceptionnel de vos estes proz e vostre pour raphaël monde imaginal, deux mille ans nous     le cygne sur       mouett       apparu       embarq  la lancinante dernier vers aoi  ce mois ci : sub  les éditions de c’est une sorte de       dans antoine simon 10   nous sommes dernier vers aoi bientôt, aucune amarre       apr&eg       les dernier vers aoi antoine simon 31       le     au couchant  au travers de toi je je ne sais pas si agnus dei qui tollis peccata le galop du poème me ajout de fichiers sons dans pour jacqueline moretti, Être tout entier la flamme la vie humble chez les travail de tissage, dans s’égarer on       sur le  les trois ensembles générations f dans le sourd chatoiement j’ai en réserve je serai toujours attentif à le 2 juillet à propos “la l’existence n’est       journ&       bonhe carcassonne, le 06 carissimo ulisse,torna a on dit qu’agathe "le renard connaît guetter cette chose pluies et bruines, le temps passe dans la je ne saurais dire avec assez la liberté de l’être       il si j’avais de son passent .x. portes, dans ce pays ma mère       la c’est un peu comme si, de tantes herbes el pre  on peut passer une vie genre des motsmauvais genre ouverture d’une 0 false 21 18 normalement, la rubrique antoine simon 18 vous avez       quand imagine que, dans la sainte marie,       deux il était question non encore une citation“tu essai de nécrologie, li emperere s’est   au milieu de 13) polynésie       je me    de femme liseuse douze (se fait terre se et si au premier jour il mult est vassal carles de madame porte à que reste-t-il de la a la libération, les il souffle sur les collines se reprendre. creuser son dernier vers aoi       la il ne s’agit pas de j’ai parlé les installations souvent,       pav&ea equitable un besoin sonnerait derniers vers sun destre temps de pierres dans la le temps passe si vite, pure forme, belle muette, a christiane …presque vingt ans plus lorsque martine orsoni j’écoute vos des quatre archanges que     l’é le glacis de la mort  au mois de mars, 1166 et la peur, présente     depuis       &eacut       chaque ma voix n’est plus que À max charvolen et martin 1-nous sommes dehors.  née à 1. il se trouve que je suis ma voix n’est plus que « pouvez-vous dernier vers aoi       sur clere est la noit e la epuisement de la salle, j’aime chez pierre 1 au retour au moment hans freibach : je sais, un monde se au labyrinthe des pleursils  pour jean le josué avait un rythme on croit souvent que le but       ruelle       longte 0 false 21 18 attention beau autre citation tout est prêt en moi pour à       nuage station 5 : comment       pass&e dans le respect du cahier des fin première pour jean marie       ...mai une il faut dire les sa langue se cabre devant le du bibelot au babilencore une introibo ad altare cinq madame aux yeux granz fut li colps, li dux en on cheval passet li jurz, si turnet a la vie est ce bruissement seul dans la rue je ris la ce paysage que tu contemplais       vu comme ce mur blanc antoine simon 20   je ne comprends plus       alla accorde ton désir à ta et nous n’avons rien la musique est le parfum de       en       en un       pourqu noble folie de josué, nous lirons deux extraits de accoucher baragouiner mesdames, messieurs, veuillez dernier vers aoi c’est ici, me j’ai ajouté antoine simon 3 pour qui veut se faire une nouvelles mises en il avait accepté   que signifie quatre si la mer s’est depuis le 20 juillet, bribes station 4 : judas  l’impression la plus temps de bitume en fusion sur antoine simon 7 macao grise antoine simon 17 carles respunt : rêves de josué, histoire de signes . jouer sur tous les tableaux je rêve aux gorges       b&acir rita est trois fois humble. la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Boulanger, Pascal > Un ciel ouvert en toute saison

PASCAL BOULANGER

<- À dix sept ans je ne savais rien | Rien n’est vain ->
Le coquillage contre l’oreille
© Pascal Boulanger

Une écharde dans la voix

Ecrivain(s) : Boulanger
Clefs : poésie

Le coquillage contre l’oreille pour rejoindre la mer, les initiales creusées sur l’arbre et ces mots quand vous redoutiez qu’un loup ne traverse le jardin : De quoi as-tu peur ? Je suis là. Dors.

Les entendez-vous encore quand l’automne gagne les fougères ?

 

 

 

 

 

Publication en ligne : 20 octobre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette