BRIBES EN LIGNE
 ce qui importe pour       dans tout en vérifiant je suis celle qui trompe       une dans les horizons de boue, de très malheureux...  il est des objets sur pour mes enfants laure et a propos de quatre oeuvres de  un livre écrit "si elle est un titre : il infuse sa mi viene in mentemi       " le lent déferlement Être tout entier la flamme les plus terribles les parents, l’ultime  née à   j’ai souvent dieu faisait silence, mais       glouss   nous sommes       madame, vous débusquez tendresse du mondesi peu de al matin, quant primes pert de sorte que bientôt me j’ai ajouté d’un bout à       nuage chaque jour est un appel, une elle disposait d’une Ç’avait été la intendo... intendo !     longtemps sur rimbaud a donc le 28 novembre, mise en ligne rien n’est il ne s’agit pas de mes pensées restent   en grec, morías quand les eaux et les terres  le grand brassage des       la pie  de la trajectoire de ce "je me tais. pour taire.    si tout au long À la loupe, il observa antoine simon 31 je m’étonne toujours de la dernier vers aoi pour andré j’ai longtemps       le accoucher baragouiner       sur assise par accroc au bord de     cet arbre que gardien de phare à vie, au reprise du site avec la       au       mouett deux mille ans nous       sur cette machine entre mes dernier vers s’il mouans sartoux. traverse de que d’heures       il       à les plus vieilles écrirecomme on se 1254 : naissance de pour andrée l’illusion d’une cyclades, iii° dans le pain brisé son  pour de       dans pour jean marie a ma mère, femme parmi de l’autre f j’ai voulu me pencher en 1958 ben ouvre à nous viendrons nous masser madame a des odeurs sauvages dernier vers aoi À max charvolen et toute trace fait sens. que titrer "claude viallat, vous deux, c’est joie et ne faut-il pas vivre comme de toutes les clere est la noit e la dernier vers aoi chaises, tables, verres, granz fut li colps, li dux en les grands       le quant carles oït la antoine simon 19       dans pour jean-marie simon et sa le proche et le lointain normalement, la rubrique 0 false 21 18     sur la le glacis de la mort non... non... je vous assure, se reprendre. creuser son dernier vers aoi  si, du nouveau j’aime chez pierre un jour nous avons cet univers sans       p&eacu       l̵ macles et roulis photo       sabots hans freibach :       apr&eg j’ai changé le o tendresses ô mes dans ce pays ma mère madame est toute lorsque martine orsoni       la       sur madame des forêts de pour pierre theunissen la démodocos... Ça a bien un glaciation entre quelque chose peinture de rimes. le texte printemps breton, printemps       retour effleurer le ciel du bout des  monde rassemblé langues de plomba la   ces notes sous la pression des       neige bal kanique c’est de proche en proche tous       un mois sans       " mais jamais on ne deuxième apparition       marche madame est une       droite un homme dans la rue se prend       pav&ea temps où les coeurs des quatre archanges que encore une citation“tu       le torna a sorrento ulisse torna j’entends sonner les à cri et à sables mes parolesvous suite de il y a tant de saints sur ce 28 février 2002. pour philippe immense est le théâtre et       s̵ si elle est belle ? je     pluie du comme ce mur blanc       &agrav f toutes mes pour maxime godard 1 haute soudain un blanc fauche le       dans première       fourr& antoine simon 10 n’ayant pas       cette toulon, samedi 9 vous dites : "un       la       baie       les   si vous souhaitez   pour le prochain il faut aller voir d’ eurydice ou bien de quand les mots bernadette griot vient de       pass&e vous êtes il ne reste plus que le après la lecture de c’est la distance entre       sur       pav&ea     m2 &nbs       fourmi et ces    courant et ma foi, et te voici humanité nos voix la bouche pleine de bulles un soir à paris au religion de josué il   ces sec erv vre ile  on peut passer une vie     son       apparu (dans mon ventre pousse une premier vers aoi dernier         &n       sous je n’hésiterai zacinto dove giacque il mio jouer sur tous les tableaux   au milieu de ouverture d’une dix l’espace ouvert au marcel alocco a certains soirs, quand je madame déchirée il ne sait rien qui ne va le pendu       soleil deuxième pour qui veut se faire une tout en travaillant sur les       que vous avez station 7 : as-tu vu judas se des voix percent, racontent spectacle de josué dit       nuage       assis dans les carnets quatrième essai de ki mult est las, il se dort le passé n’est quand sur vos visages les ainsi fut pétrarque dans la cité de la musique   la production       un la liberté de l’être depuis ce jour, le site il pleut. j’ai vu la tu le saiset je le vois   adagio   je l’instant criblé la vie est dans la vie. se pour martine, coline et laure je serai toujours attentif à bribes en ligne a je t’enfourche ma   entrons dernier vers aoi  jésus  le "musée       m̵       fleure la deuxième édition du rossignolet tu la       dans a la femme au  zones gardées de les textes mis en ligne sculpter l’air : folie de josuétout est pour helmut rm : d’accord sur je ne sais pas si que reste-t-il de la et que vous dire des qu’est-ce qui est en   maille 1 :que       les où l’on revient ce qui aide à pénétrer le a dix sept ans, je ne savais max charvolen, martin miguel quel étonnant je découvre avant toi ouverture de l’espace antoine simon 23     nous l’éclair me dure, « amis rollant, de quand c’est le vent qui       crabe- dans l’innocence des toutes sortes de papiers, sur tandis que dans la grande pour martin la fraîcheur et la       magnol carmelo arden quin est une  de même que les le 23 février 1988, il livre grand format en trois       sur autres litanies du saint nom agnus dei qui tollis peccata "et bien, voilà..." dit et la peur, présente       dans ils avaient si longtemps, si le galop du poème me la bouche pure souffrance certains prétendent mougins. décembre références : xavier     pourquoi  pour le dernier jour mise en ligne d’un la mort d’un oiseau. dans le respect du cahier des i en voyant la masse aux       l̵       dans       &n je déambule et suis       &agrav travail de tissage, dans janvier 2002 .traverse dernier vers aoi       longte     du faucon g. duchêne, écriture le ils sortent 10 vers la laisse ccxxxii c’est ici, me le 26 août 1887, depuis à la mémoire de pour julius baltazar 1 le dans l’effilé de j’ai parlé antoine simon 27 iv.- du livre d’artiste “dans le dessin tu le sais bien. luc ne je crie la rue mue douleur au matin du j’ai en réserve deuxième apparition de il arriva que a propos d’une d’un côté j’ai donné, au mois       ( sur la toile de renoir, les et combien à bernadette       dans l’homme est  dernières mises       en merle noir  pour       coude fin première temps de pierres les avenues de ce pays temps de pierres dans la normal 0 21 false fal pas de pluie pour venir (ma gorge est une quando me ne so itu pe       &agrav autre citation   pour adèle et carcassonne, le 06  dernier salut au     une abeille de temps de cendre de deuil de       une       ce Éléments -       la voile de nuità la un trait gris sur la  hors du corps pas allons fouiller ce triangle l’heure de la dernier vers aoi bribes en ligne a sa langue se cabre devant le la parol

Accueil > Carnets intermittents

RAPHAEL MONTICELLI

<- Bernard Dejonghe, verrier et céramiste... | Jacques Clauzel ->
Intermittence, donc ?
Ecrivain(s) : Monticelli R.

Je suis bien dans l’intermittence... Question de tempérament, peut-être ? Ou d’incapacité... de trop grande propension au rêve... ou à la rêverie... ou à la flânerie... 
Quelques livres en cours de lecture (et quels !). C’est Le livre de l’intranquillité, de Pessoa, magnifiquement traduit. J’en lis une page, j’en rêve dix. Me dis qu’il faudrait écrire les pages rêvées... Et puis non...
C’est L’espace littéraire, repris pour la ennième fois... C’est Poe. C’est le Talmud... Je prends ici, je prends là... Intermittent... Inter-mité !
Coté musique, c’est la carte blanche donnée que le conservatoire de Nice a donnée à Fourchotte... Court moment pour le parcours d’une vie.
Du côté des peintres, la grande affaire des dernières semaines, c’est la vente École de Nice. Pas grand chose à dire sur la vente elle-même. Mais les textes ! Je me suis promis, une fois de plus, d’écrire enfin que c’est insupportable, ces approximations historiques, ces contre-vérités... Bon sang ! Il suffit de relever des noms, des événements et des dates, de mettre ça sur trois colonnes et de regarder ! Pas sorcier, ça. Mais apparemment très au-dessus des capacités moyennes.
Bon... disons, deux pistes pour les pages de ces carnets : Pessoa et l’École de Nice... Promis... intermittence ou pas.
 
 
 
 

 

Publication en ligne : 9 novembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette