BRIBES EN LIGNE
      il 1) la plupart de ces heureuse ruine, pensait et si tu dois apprendre à alocco en patchworck © j’ai travaillé ici. les oiseaux y ont fait       juin dans l’innocence des au rayon des surgelés bel équilibre et sa pur ceste espee ai dulor e ce poème est tiré du tout à fleur d’eaula danse madame est une torche. elle attelage ii est une œuvre antoine simon 3     après peinture de rimes. le texte c’est ici, me dans ma gorge dans ce périlleux   tout est toujours en je rêve aux gorges ce paysage que tu contemplais f les marques de la mort sur commençons donc par       voyage dessiner les choses banales       dans       les monde imaginal, c’est la chair pourtant derniers vers sun destre   la production pas facile d’ajuster le       sur le printemps breton, printemps       soleil       st  le "musée  hier, 17 tromper le néant ses mains aussi étaient nice, le 30 juin 2000 je me souviens de       ton       ce jamais si entêtanteeurydice le vieux qui antoine simon 13 la mort, l’ultime port, un besoin de couper comme de approche d’une il faut laisser venir madame me       assis abu zayd me déplait. pas       voyage je déambule et suis comme c’est etudiant à     " lancinant ô lancinant entr’els nen at ne pui d’abord l’échange des il ne reste plus que le  référencem li emperere s’est il en est des noms comme du trois tentatives desesperees google15f25081e0346654.html le lent tricotage du paysage       sur le dont les secrets… à quoi voici le texte qui ouvre de soie les draps, de soie       montagne en 1958 ben ouvre à      & madame, vous débusquez macles et roulis photo 4       neige de profondes glaouis le poiseau de parisi mon de l’autre a propos d’une avez-vous vu un homme dans la rue se prend       crabe-ta Être tout entier la flamme de pareïs li seit la antoine simon 21  tous ces chardonnerets thème principal : le pendu   maille 1 : que   ciel !!!!       l’ laure et pétrarque comme le nécessaire non   se       aux madame porte à       le ce n’est pas aux choses et ces deuxième approche de des voiles de longs cheveux <script     vedo la luna vedo le dans l’innocence des marcel alocco a accoucher baragouiner bal kanique c’est livre grand format en trois quand c’est le vent qui eurydice toujours nue à dans le train premier il ne sait rien qui ne va  si, du nouveau       au     un mois sans quand les eaux et les terres ils s’étaient  monde rassemblé   un vendredi       à     chant de le géographe sait tout preambule – ut pictura 1 2 3 Éléments - une fois entré dans la       apparu torna a sorrento ulisse torna pas une année sans évoquer de la l’ami michel biboon. plus qu’une saison. c’est seulement au ensevelie de silence, les étourneaux !       " 1- nous sommes dehors. dernier vers aoi les plus terribles     au couchant       pass&eac       deux dans un coin de nice, encore une citation “tu le 2 juillet 2000   cher comme ce mur blanc nous lirons deux extraits de tes chaussures au bas de « ces deux là dernier vers aoi « la musique, voudrais je vous  marcel migozzi vient de       force       en deux petites proses sur terre f le feu s’est normalement, la rubrique  c’était a-t-il j’aime chez pierre janvier 2002 .traverse les dernières napolì napolì c’est vrai       dans maintenant il connaît le le 15 mai, à       en       apr&egra dans ce pays ma mère autre essai d’un       gloussem  dans toutes les rues Ç’avait été la f dans le sourd chatoiement envoi du bulletin de bribes       la dernier vers aoi 10 vers la laisse ccxxxii madame chrysalide fileuse    au balcon l’une des dernières quant carles oït la percey priest lake sur les branches lianes ronces dans le patriote du 16 mars journée de marie-hélène le 23 février 1988, il si j’étais un nos voix merci au printemps des mult ben i fierent franceis e       la l’attente, le fruit arbre épanoui au ciel l’impossible dernier vers aoi pour michèle auer et antoine simon 25 merle noir  pour que nos princes et empereurs 1 2 3         or  dans le livre, le nu(e), comme son nom régine robin, certains prétendent recleimet deu mult       chaque on dit qu’agathe a toi le don des cris qui très malheureux... diaphane est le dernier vers que mort iloec endreit remeint li os titrer "claude viallat, j’ai changé le ainsi va le travail de qui antoine simon 27 je n’hésiterai   pour olivier lorsqu’on connaît une il n’était qu’un j’ai en réserve mon cher pétrarque,  le livre, avec folie de josué tout       la dans l’effilé de autre citation antoine simon 14 j’ai donné, au mois deuxième apparition de  pour de dorothée vint au monde un texte que j’ai   saint paul trois pour robert la deuxième édition du     une abeille de antoine simon 7 dans les horizons de boue, de à 5) triptyque marocain       l’ dans les carnets cliquetis obscène des coupé le son à 1 2 3 à la bonne au programme des actions nous avons affaire à de ço dist li reis :       au       le vent langues de plomb a la  le grand brassage des josué avait un rythme sous la pression des il n’y a pas de plus madame, on ne la voit jamais si j’avais de son villa arson, nice, du 17 pour andré intendo carthage, fille de       cerisier a claude b.   comme une ajout de fichiers sons dans       ç noble folie de josué, macles et roulis photo 1 on a cru à quand vous serez tout si, il y a longtemps, les le 28 novembre, mise en ligne       bonheur troisième essai une errance de là, c’est le sable et       ( et combien 1 2 3       ruelle paysage de ta j’oublie souvent et ce jour là, je pouvais     nous avions douce est la terre aux yeux       s’    seule au  au mois de mars, 1166 onzième antoine simon 18 un nouvel espace est ouvert c’est la peur qui fait pour michèle gazier 1 poème pour       les je t’enlace gargouille nous savons tous, ici, que       & derniers textes mis en ce texte m’a été la gaucherie à vivre, marché ou souk ou       dé toutes ces pages de nos À perte de vue, la houle des pour julius baltazar 1 le mult est vassal carles de et te voici humanité giovanni rubino dit le désir de faire avec           anatomie du m et       fleurett       le ciel     cet arbre que   pour théa et ses       bonheu antoine simon 9 un soir à paris au temps où le sang se normal 0 21 false fal sainte marie, petit matin frais. je te pas même tromper le néant     sur la pente qu’est-ce qui est en intendo... intendo ! vertige. une distance travail de tissage, dans pour jacky coville guetteurs pour anne slacik ecrire est i en voyant la masse aux frères et « e ! malvais morz est rollant, deus en ad a la libération, les et la peur, présente « je me tais. si tu es étudiant en rimbaud a donc tandis que dans la grande dernier vers aoi       sur le     m2   écoute, josué,       objectif       quinze reprise du site avec la depuis le 20 juillet, bribes toulon, samedi 9       neige       pass&eac le bulletin de À la loupe, il observa il y a tant de saints sur le glacis de la mort « h&eacut pour pierre theunissen la la vie est ce bruissement a propos de quatre oeuvres de sauvage et fuyant comme       nuage       apr&egra que reste-t-il de la toutefois je m’estimais prenez vos casseroles et il semble possible j’ai perdu mon macles et roulis photo les routes de ce pays sont et c’était dans   marcel     longtemps sur carissimo ulisse, torna a le "patriote", la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Alocco, Marcel > Des écritures en Patchwork, tome 2

MARCEL ALOCCO

<- Point(s) d’interrogation ? | L’évidence Viallat ->
« La parole dite par un oeil », de Noël Dolla
© Marcel Alocco
Artiste(s) : Dolla (site) Ecrivain(s) : Alocco

Nice, novembre 1995, Al Dante, janvier 1996, (titré par la rédaction « d’un peintre l’autre… »)


 Un livre écrit par un peintre dans la collection "Esthétiques". Il y sera donc question de peinture et de la Peinture. On découvre un ensemble de textes courts en navigation entre fiction et théorie ou dans l’intervalle entre essai et roman... autobiographique. Il sera donc aussi, principalement, question du peintre. Pourquoi pas ? On pourra lire la pêche de nuit aux mulets, thème récurrent, comme une métaphore du peintre dans son atelier. Et puis on trouvera des pages étonnantes dans lesquelles se mélangent violences affichées et pudiques allusions à des sentiments plus intimes.
 
 Travailler dans "l’esprit de l’abstraction" répète à longueur d’ouvrage Noël Dolla. Mais chaque fois qu’il nous décrit une étape de ses travaux, c’est dans le rapport à un modèle et, même, au sujet qui se modélise, — tout en insistant ici et là sur les aspects culinaires des techniques conduisant les pratiques des matières et couleurs. Cet "esprit de l’abstraction" reste indéfini, mais peu importe : Il introduit une contradiction dans le discours, mais une contradiction qui paraît à l’usage productive, ce qui est l’essentiel.
 
 "C’était les années Support-Surface (...) Pas de grand savoir faire, juste une réflexion sur les structures, une volonté farouche de déconstruire la peinture afin de la maintenir en vie" écrit Noël Dolla. Etions-nous naïfs et romantiques ? Et passionnés au-delà du raisonnable ? Probablement.
 
 Allons, Noël, tu es bien placé pour savoir que nos jeunes collègues, pour être certainement davantage aidés que nous (matériellement) en sont probablement bien plus infantiles dans leurs propositions, leurs illusions... Nous avons fait. Cela est... et deviendra ce que pourra : comme ce livre, de doutes et de certitudes tressés.

P.-S.

Collection Esthétiques, L’Harmattan Ed., Paris 1995.

Publication en ligne : 9 novembre 2009
Première publication : novembre 1995 / article dans revue

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP