BRIBES EN LIGNE
 de même que les    tu sais clers fut li jurz e li     l’é mais non, mais non, tu merle noir  pour       une allons fouiller ce triangle six de l’espace urbain, station 7 : as-tu vu judas se       soleil tout est possible pour qui     &nbs dernier vers aoi l’heure de la le coeur du la terre a souvent tremblé nous dirons donc effleurer le ciel du bout des autre petite voix   (dans le bribes en ligne a hans freibach : jamais je n’aurais       "       à religion de josué il     [1]        pav&ea zacinto dove giacque il mio madame, on ne la voit jamais li emperere par sa grant       le quand les eaux et les terres       longte       et passet li jurz, si turnet a       "       bonhe premier essai c’est vedo la luna vedo le à bernadette que reste-t-il de la folie de josuétout est       enfant temps de pierres  si, du nouveau on trouvera la video à propos des grands antoine simon 5 la littérature de moisissures mousses lichens       dans la communication est de proche en proche tous f qu’il vienne, le feu frères et de pa(i)smeisuns en est venuz ne pas négocier ne ce 28 février 2002. traquer au commencement était un jour nous avons    courant f le feu est venu,ardeur des quand nous rejoignons, en j’ai en réserve vous dites : "un   on n’est face aux bronzes de miodrag là, c’est le sable et descendre à pigalle, se il était question non     du faucon cinq madame aux yeux   pour théa et ses d’abord l’échange des il arriva que toute une faune timide veille dans ce périlleux toutes ces pages de nos accorde ton désir à ta       "       les les amants se d’ eurydice ou bien de des conserves ! un besoin de couper comme de       sabots pour frédéric ils s’étaient g. duchêne, écriture le       m&eacu       le en 1958 ben ouvre à libre de lever la tête       voyage pour martin       l̵ a supposer quece monde tienne ce n’est pas aux choses   nous sommes deuxième apparition       &ccedi pierre ciel pourquoi yves klein a-t-il   1) cette se reprendre. creuser son temps de bitume en fusion sur écoute, josué, je reviens sur des madame déchirée ce texte m’a été nice, le 30 juin 2000 giovanni rubino dit polenta sixième "tu sais ce que c’est 0 false 21 18 lancinant ô lancinant " je suis un écorché vif. c’est la distance entre ouverture de l’espace  jésus et combien les installations souvent, j’ai longtemps equitable un besoin sonnerait       grappe a grant dulur tendrai puis légendes de michel dernier vers que mort de tantes herbes el pre attendre. mot terrible. ne faut-il pas vivre comme       quand chairs à vif paumes et nous n’avons rien au lecteur voici le premier antoine simon 13 c’est un peu comme si, et ces a ma mère, femme parmi “le pinceau glisse sur dernier vers aoi à la mémoire de     pluie du pur ceste espee ai dulor e madame porte à vous n’avez  il est des objets sur Ç’avait été la le lent tricotage du paysage ici, les choses les plus       comment entrer dans une  les premières villa arson, nice, du 17 du fond des cours et des accoucher baragouiner il existe deux saints portant deux ajouts ces derniers   voici donc la constellations et c’est la chair pourtant À max charvolen et des voiles de longs cheveux tes chaussures au bas de       ce napolì napolì il y a dans ce pays des voies j’entends sonner les pour m.b. quand je me heurte je t’enfourche ma (la numérotation des       au 1257 cleimet sa culpe, si tendresses ô mes envols dernier vers aoi dernier vers aoi en introduction à des quatre archanges que samuelchapitre 16, versets 1 les plus vieilles     pourquoi antoine simon 19  pour jean le       m̵ abstraction voir figuration un soir à paris au granz est li calz, si se je n’hésiterai       reine     hélas, dans le train premier et tout avait après la lecture de et ma foi, antoine simon 9 il y a des objets qui ont la janvier 2002 .traverse quando me ne so itu pe  ce qui importe pour       juin pas même toutefois je m’estimais     tout autour c’est pour moi le premier petit matin frais. je te elle réalise des       maquis de pareïs li seit la    nous la chaude caresse de pour mireille et philippe je ne saurais dire avec assez mougins. décembre voici des œuvres qui, le assise par accroc au bord de dix l’espace ouvert au les dessins de martine orsoni dernier vers doel i avrat, ce jour là, je pouvais À max charvolen et martin et voici maintenant quelques leonardo rosa dans ma gorge coupé le sonà j’ai travaillé       l̵       va quatrième essai de       la pie laure et pétrarque comme       " ( ce texte a normal 0 21 false fal Éléments -       sur avec marc, nous avons l’illusion d’une       que   né le 7 pour max charvolen 1)       ( pour andrée       &agrav si grant dol ai que ne       ton       &agrav quel étonnant       les et…  dits de tu le sais bien. luc ne       vu tout en travaillant sur les    au balcon       ce c’est ici, me ] heureux l’homme autres litanies du saint nom rien n’est le samedi 26 mars, à 15 raphaël le 15 mai, à quatrième essai de bernard dejonghe... depuis   tout est toujours en   le 10 décembre d’un côté bribes en ligne a       la       coude je rêve aux gorges station 3 encore il parle pour michèle gazier 1 très malheureux... la légende fleurie est pour jacky coville guetteurs aux barrières des octrois dernier vers aoi deuxième apparition de quelques textes cinquième essai tout le passé n’est   si vous souhaitez       b&acir mieux valait découper petites proses sur terre morz est rollant, deus en ad antoine simon 21       au avez-vous vu juste un mot pour annoncer il ne reste plus que le "si elle est   saint paul trois nice, le 8 octobre  la toile couvre les mes pensées restent martin miguel art et l’impression la plus marie-hélène à la bonne pure forme, belle muette, des voix percent, racontent paien sunt morz, alquant la liberté s’imprime à pour jean-louis cantin 1.- depuis le 20 juillet, bribes le recueil de textes       une l’art n’existe merci au printemps des f les feux m’ont       au de la clere est la noit e la       les sur la toile de renoir, les ki mult est las, il se dort       la mult ben i fierent franceis e "moi, esclave" a mise en ligne introibo ad altare il faut laisser venir madame       alla abu zayd me déplait. pas dernier vers aoi toi, mésange à douce est la terre aux yeux certains prétendent       apr&eg dernier vers aoi pour andré       su       le j’écoute vos a propos d’une  epître aux nous serons toujours ces mesdames, messieurs, veuillez       ( portrait. 1255 : "l’art est-il les petites fleurs des       sur     nous    en c’est le grand       sur je me souviens de sixième vous avez arbre épanoui au ciel dernier vers aoi encore une citation“tu   pour adèle et dimanche 18 avril 2010 nous on préparait       crabe-       " paysage de ta tombe  et macles et roulis photo 6 chaque automne les       le       jonath quatrième essai rares       cerisi       la dentelle : il avait madame chrysalide fileuse la force du corps, huit c’est encore à suite du blasphème de       pav&ea les plus terribles etudiant à station 1 : judas rm : nous sommes en   six formes de la il est le jongleur de lui ainsi fut pétrarque dans li quens oger cuardise antoine simon 31 j’ai relu daniel biga, troisième essai pour jacqueline moretti,  le livre, avec       le les lettres ou les chiffres       dans  improbable visage pendu       gentil     sur la       la normalement, la rubrique la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Vers le soir seulement | Après la pluie ->
Pluie de premier septembre
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

pluie du premier septembre

tout le jour

refait les sources
 
Publication en ligne : 31 octobre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette