BRIBES EN LIGNE
percey priest lakesur les       allong paroles de chamantu (À l’église 1) notre-dame au mur violet la vie est ce bruissement       entre       en les plus terribles ecrire sur 1257 cleimet sa culpe, si écrirecomme on se  référencem mouans sartoux. traverse de       embarq "pour tes martin miguel art et tout en vérifiant aux barrières des octrois me Être tout entier la flamme       l̵ dernier vers doel i avrat, toutes ces pages de nos tendresse du mondesi peu de       "   que signifie il existe au moins deux à bernadette       &n       object ma voix n’est plus que heureuse ruine, pensait montagnesde vertige. une distance derniers vers sun destre pour michèle gazier 1)    au balcon je suis celle qui trompe cliquetis obscène des       la je t’enfourche ma  ce mois ci : sub antoine simon 18 la bouche pure souffrance       l̵ ce et voici maintenant quelques       o mise en ligne d’un dernier vers aoi carissimo ulisse,torna a les petites fleurs des des voix percent, racontent sixième les étourneaux ! le galop du poème me       le       la       " et il fallait aller debout si tu es étudiant en normalement, la rubrique se placer sous le signe de 1) la plupart de ces petites proses sur terre au matin du « voici  née à chercher une sorte de ce jour là, je pouvais       descen   j’ai souvent dernier vers aoi     &nbs nécrologie f le feu est venu,ardeur des etudiant à     hélas, errer est notre lot, madame,       l̵ madame déchirée       longte       dans le texte qui suit est, bien il aurait voulu être       fleur f toutes mes  le "musée i mes doigts se sont ouverts carissimo ulisse,torna a     les fleurs du tes chaussures au bas de il ne reste plus que le   je n’ai jamais il faut aller voir les plus vieilles       dans       devant bel équilibre et sa tromper le néant       ( temps de cendre de deuil de en introduction à       baie en 1958 ben ouvre à       un la poésie, à la madame a des odeurs sauvages       fourr& j’ai relu daniel biga, antoine simon 2 il y a des objets qui ont la très malheureux... madame porte à       " comme une suite de 1254 : naissance de       et que dire de la grâce  pour jean le       le pour maguy giraud et       ruelle   est-ce que une il faut dire les à la mémoire de cinquième citationne in the country  pour le dernier jour le travail de bernard le corps encaisse comme il mais jamais on ne quel ennui, mortel pour       bien une autre approche de en cet anniversaire, ce qui antoine simon 27     longtemps sur je rêve aux gorges       la huit c’est encore à       je carles respunt :   ces sec erv vre ile pour michèle il faut laisser venir madame       au    regardant dernier vers aoi dans le pays dont je vous la route de la soie, à pied, dernier vers aoi       tourne ce jour-là il lui le 26 août 1887, depuis diaphane est le       pour       &eacut et encore  dits       entre le lent déferlement temps de pierres présentation du af : j’entends       p&eacu       je chaque jour est un appel, une polenta marché ou souk ou une fois entré dans la non... non... je vous assure,  la toile couvre les les enseignants : le 19 novembre 2013, à la deux mille ans nous un temps hors du les doigts d’ombre de neige ….omme virginia par la je suis occupé ces quatrième essai de  dans le livre, le       les À peine jetés dans le macles et roulis photo 3       voyage mieux valait découper macles et roulis photo 6 7) porte-fenêtre karles se dort cum hume nous serons toujours ces dans les carnets dernier vers aoi de la glaciation entre epuisement de la salle, le grand combat : 1. il se trouve que je suis les cuivres de la symphonie un soir à paris au a la fin il ne resta que carles li reis en ad prise sa le coeur du descendre à pigalle, se  “ne pas toujours les lettres : viallat © le château de       b&acir avez-vous vu     sur la pente       sous 1.- les rêves de la chaude caresse de merci au printemps des     ton       grappe douze (se fait terre se ki mult est las, il se dort pour m.b. quand je me heurte temps de pierres dans la       un folie de josuétout est quand nous rejoignons, en   la production j’ai changé le normal 0 21 false fal     depuis       la le 2 juillet       et       assis pour daniel farioli poussant que d’heures la deuxième édition du 13) polynésie      & macles et roulis photo 7 un homme dans la rue se prend pour jean-marie simon et sa sous la pression des al matin, quant primes pert le plus insupportable chez langues de plomba la les lettres ou les chiffres travail de tissage, dans (dans mon ventre pousse une faisant dialoguer que reste-t-il de la à cri et à jouer sur tous les tableaux onze sous les cercles pour jean marie       &agrav mesdames, messieurs, veuillez ecrire les couleurs du monde       gentil branches lianes ronces la force du corps, moi cocon moi momie fuseau l’heure de la la terre a souvent tremblé       " ici. les oiseaux y ont fait et  riche de mes pour    tu sais   un à propos des grands pour jacky coville guetteurs comme ce mur blanc antoine simon 30 la rencontre d’une antoine simon 17 pour raphaël j’aime chez pierre saluer d’abord les plus   le texte suivant a pour mireille et philippe de prime abord, il pour martine la vie est dans la vie. se quatrième essai de ne faut-il pas vivre comme madame est la reine des depuis ce jour, le site tout en travaillant sur les à propos “la et si au premier jour il     oued coulant rêve, cauchemar, monde imaginal, pour robert  un livre écrit le samedi 26 mars, à 15 j’entends sonner les pour andré       magnol preambule – ut pictura dans le respect du cahier des antoine simon 20 au labyrinthe des pleursils quelque temps plus tard, de mes pensées restent abstraction voir figuration la communication est inoubliables, les depuis le 20 juillet, bribes vos estes proz e vostre   3   

les carmelo arden quin est une "mais qui lit encore le j’ai donné, au mois   je ne comprends plus pour andrée lancinant ô lancinant des voiles de longs cheveux pour helmut j’ai longtemps r.m.a toi le don des cris qui       deux tous feux éteints. des je dors d’un sommeil de et si tu dois apprendre à clere est la noit e la sors de mon territoire. fais pour marcel villa arson, nice, du 17 clquez sur       dans du bibelot au babilencore une ils sortent  pour de de profondes glaouis ce monde est semé       reine 0 false 21 18 torna a sorrento ulisse torna pour pierre theunissen la       dans certains prétendent du fond des cours et des f les rêves de couleur qui ne masque pas cet article est paru lorsque martine orsoni troisième essai macles et roulis photo 4  dans toutes les rues antoine simon 12 pour andré cinquième essai tout a dix sept ans, je ne savais « h&eacu rita est trois fois humble. le scribe ne retient ço dist li reis :       les     sur la quelques autres petit matin frais. je te eurydice toujours nue à tous ces charlatans qui       quinze l’art n’existe douce est la terre aux yeux raphaël est-ce parce que, petit, on dire que le livre est une passet li jurz, si turnet a se reprendre. creuser son je suis quai des chargeurs de ma chair n’est essai de nécrologie, la liberté s’imprime à chaque automne les       le accorde ton désir à ta       midi  hors du corps pas accoucher baragouiner       pass&e madame dans l’ombre des le ciel de ce pays est tout “le pinceau glisse sur   iv    vers "moi, esclave" a pour michèle aueret dans l’effilé de grande lune pourpre dont les il n’y a pas de plus       nuage madame, vous débusquez toute une faune timide veille la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Chant de l’eau | Pluie de premier septembre ->
Vers le soir seulement
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

vers le soir seulement

revient le filet de voix

de la petite eau
 
Publication en ligne : 30 octobre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette