BRIBES EN LIGNE
le lent déferlement       la pie trois tentatives desesperees     pluie du le "patriote", « pouvez-vous dernier vers aoi  le grand brassage des carles respunt : page suivante ►   les en une, une œuvre de page précédente page       o page suivante ► page "école de dans l’innocence des   (dans le     nous avions station 4 : judas      de rigoles en paru en ce mois de juin 2021, tes chaussures au bas de la chaude caresse de rafale eurydice toujours nue à j’ai relu daniel biga, bien sûr la recleimet deu mult les installations souvent, et c’était dans très saintes litanies À peine jetés dans le sommaire ► page suivante napolì napolì page suivante page générations   maille 1 : que les cuivres de la symphonie pour philippe     le attelage ii est une œuvre       reine       assis       fourr&ea immense est le théâtre et     une abeille de       parfois la poésie, à la   sommaire ► page suivante       crabe-ta sommaire ► page glaciation entre aller à la bribe suivante antoine simon 24 « je suis un 1 2  page suivante ► page dans un clignement de deux mille ans nous rafale       alla       le       la je n’ai pas dit que le préparer le ciel i       jonathan       bâ est-ce parce que, petit, on et nous n’avons rien dernier vers aoi il en est des meurtrières.   encore une       je suis samuel chapitre 16, versets 1 bribes en ligne a antoine simon 22       dans le printemps breton, printemps   que signifie rien n’est plus ardu       vu les pour julius baltazar 1 le chaises, tables, verres, a propos de quatre oeuvres de je meurs de soif page suivante ► page rimbaud a donc dernier vers aoi préparer le ciel i dire que le livre est une dernier vers aoi un besoin de couper comme de vous êtes à la bonne je serai toujours attentif à la mastication des       le     ton plaisir le geste de l’ancienne,    au balcon sa langue se cabre devant le arbre épanoui au ciel pour gilbert 1 2 3 page suivante ► page dernier vers aoi   pour le prochain basilic, (la       sur les       ce qui       au page suivante ► page pour accéder au texte, quand les mots page suivante ► page outre la poursuite de la mise page suivante ► page   la production paysage de ta pour andré a ma mère, femme parmi dans le patriote du 16 mars une fois entré dans la on cheval marché ou souk ou       longtemp antoine simon 12       quinze un homme dans la rue se prend       ce voici quelques années, Être tout entier la flamme je voudrais voir les arbres       bonheu pas une année sans évoquer la chaise, le châssis, le les photos et archives la prédication faite dans les carnets 1 2  rafale n° 6 just do cela fait 53 ans que je pour egidio fiorin des mots raphaël monticelli 30 juin  hors du corps pas toutefois je m’estimais       aujourd       dans la on trouvera la video constellations et petites proses sur terre la fonction,       devant 1 2 3 grande lune pourpre dont les présentation du projet boomerang b ► livre grand       s’ rêve, cauchemar, preambule – ut pictura       banlieue apaches : textes mis en ligne en juin a l’aube des apaches, bribes en ligne a soudain un blanc fauche le       sur le du bibelot au babil encore sommaire ► page suivante quand il voit s’ouvrir, josué ne rossignolet tu la début de la mise en ligne de  il y a le châssis, pourquoi yves klein a-t-il lire chronogaphie (bribe 133       journ&ea         « la musique, paroles de chaman tu frères et travail de tissage, dans la brume. nuages textes mis en ligne en  hier, 17       le carissimo ulisse, torna a alocco en patchworck © pour frédéric page suivante ► page       le ciel de sorte que bientôt me page suivante ► page      & la légende fleurie est juste un       deux passet li jurz, si turnet a mise en ligne et il fallait aller debout le samedi 26 mars, à 15 (ô fleur de courge... que nos princes et empereurs pour maxime godard 1 haute page suivante ► page il y a longtemps, tout le temps est là sièges clquez sur dans ce périlleux voici des œuvres qui, le pour lee le flot gris roule contre le 26 août 1887, depuis textes mis en ligne en 1 2 3 1 2  madame a des odeurs sauvages aller à la bribe suivante la cité de la musique Ç’avait été la les textes mis en ligne       la       au fond présentation du projet c’était une able comme capable de donner 1 2  essai de nécrologie,       au  les trois ensembles écoute, josué, envoi du bulletin de bribes se reprendre. creuser son       à il y a des mots, mais comme  il est des objets sur attendre. mot terrible. il y a tant de saints sur petit matin frais. je te torna a sorrento ulisse torna  pour de a propos d’une madame porte à dimanche 18 avril 2010 nous je me souviens de nice, le 18 novembre 2004 page suivante ► page page suivante ► page je reviens sur des année 2018 ► année 2020 pour pierre theunissen la equitable un besoin sonnerait 1254 : naissance de dernier vers aoi 10 vers la laisse ccxxxii je n’aime pas ce monde. j’ai parlé journée de  epître aux bal kanique c’est dans le vacarme des couleurs, il était question non page suivante ► page dernier vers aoi       grappes  l’exposition    six formes de la       l’     après même si antoine simon 15  les premières allons fouiller ce triangle toulon, samedi 9 la terre a souvent tremblé page suivante ► page huit c’est encore à       pourquoi l’impossible     rien   je ne comprends plus aller à la bribe suivante page suivante ► voici donc retour à la recherche  martin miguel vient       sur le       pé a l’extrémité du si j’étais un passet li jurz, la noit est il n’est pire enfer que madame 1 madame est la de toutes les i en voyant la masse aux préparer le ciel i       st       l’ elle réalise des 1 2        midi dessiner les choses banales       bonheur autre essai d’un de profondes glaouis mais jamais on ne dernier vers aoi d’abord trouver un titre. les dessins de martine orsoni a grant dulur tendrai puis   voici donc la villa arson, nice, du 17 max charvolen, martin miguel       " 1 2  reflets et echos la salle  dernières mises pour accéder au pdf, voir document expo boltanski pure forme, belle muette, du même auteur : les pour alain borer le 26 avec marc, nous avons nu(e), comme son nom la vie est ce bruissement    en   marcel au rayon des surgelés sommaire ► page suivante démodocos... Ça a bien un page suivante page antoine simon 26       fourmi&n deux ajouts ces derniers 1 2  rare moment de bonheur,     quand basile pas de pluie pour venir béatrice machet vient de       vaches c’est extrêmement aller à la bribe suivante "nice, nouvel éloge de la page précédente ► page régine robin, madame est toute pour écouter la lecture, sous l’occupation       dans la l’impression la plus raphaËl violette cachée ton       deux       le nécrologie le slam ? une ruse de au matin du page suivante ► page antoine simon 16 et…   dits 1 2 en page suivante ► page textes mis en ligne en village de poussière et de cliquer sur l’icône ainsi alfred… le galop du poème me 1- c’est dans page suivante ► page c’est vrai  ce mois ci : sub madame est une le 28 novembre, mise en ligne mise en ligne d’un « et bien,       m’ aller vers bribes, livres 1 dernier vers aoi aller à       nuage ce qui aide à pénétrer le pour visionner la       la page précédente retour page suivante ► page sans être grand c’est un peu comme si, page suivante page dernier vers aoi l’entreprise dont je me dans le monde de cette je découvre avant toi ce n’est pas aux choses aller à l’échange sur la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : LIVRE 2 : RÉVERSIONS /

A l’aube des Apaches, suite
Tambours battus jusqu’à l’aube entendus rythmés au fond des gorges séculaires rythmant nos nuits dosant nos pas jetant nos ombres doubles sous nos pieds tambours d’oubli au creux des nuits
La première colonne avançait, rutilante, ses formes unies d’un même ensemble, certitude parée des attraits de la mort réglementée, sûre.
Appel éloigné de la lune
Inou•
Appareil fini dans le moindre détail. Colonne renversée, colonne inusitée, bélier des nuits.
Les Apaches, habitants déshabitués des hauteurs, avaient, par courtes étapes, occupé les points stratégiques de la vallée. Installés le long des routes obligées, aussi proches de la terre que les rocs qui les protégeaient des regards, vivant d’elle comme les arbres qui les chérissaient, ils savaient pouvoir en attendre une aide bénéfique. Terre auxiliaire de ce peuple d’Antées. Ils

Apaches, enfouis là-haut, rigoureusement barbares, préparant leur défense comme on s’apprête au rite funéraire, chargés de toutes les foudres, de toutes les joies, vibrant de l’amour de leur terre, contre les loups de l’au-delà des mers, exemplaire vigueur, Apaches...
Et il disait ainsi dans la grande salle
(Quelque chose là-bas mûrissait, se creusait, puissant, douloureux, se travaillait entre les mots.)
Comme une note
Entre les mots. Ou, si c’est à l’intérieur des mots, dans cette lourde histoire que chacun d’eux porte avec lui… Ce sera alors entre lui-même et tout ce qu’il a été. On sait bien que la clef des temples n’est pas dans les temples eux-mêmes, mais ailleurs, derrière ou tout autour, que le temple ne se comprend que dans la ville qui le pousse et à laquelle il donne coeur ou centre ; qu’il est là par une grâce acceptée du paysage, par une qualité inattendue du soleil, une vision particulière de l’eau, mer ou source, que la ville et le temple nous donnent, de surcroît, les peuples qui, à travers le temps, les font être. Ainsi les mots. Il faut les laisser peser, se ruminer d’eux mêmes, laisser suinter, au-delà même des relations qu’ils ont les uns avec les autres, la charge de sang et de chair dont ils sont pleins et qu’ils vous donnent de surcroit et qu’il vous mettent dans la tête et le corps, dans la bouche et le souffle. Voilà une autre forme de la douleur : cette pénétration de mille vies en vous par l’insémination radicale des mots. Et cet autre miracle banal : presque tout ce que les mots, lentement, nous donnent devrait appartenir définitivement à la mort. A l’image de ces villes englouties et un jour resurgies. On vous montre ainsi parfois des plantes issues de graines endormies pendant des siècles voire des millénaires... dérisoire… mais fascinant Herculanum zombi au laurier refleuri)

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP