BRIBES EN LIGNE
voici des œuvres qui, le       la chaque jour est un appel, une edmond, sa grande pour michèle aueret  au mois de mars, 1166 quel étonnant reflets et echosla salle       aujour de pareïs li seit la  tu ne renonceras pas. légendes de michel deux ajouts ces derniers « 8° de       sur j’ai en réserve  zones gardées de     double       &agrav bal kanique c’est     les fleurs du dans ce périlleux ensevelie de silence, pour jacqueline moretti,     du faucon       une la terre a souvent tremblé       &agrav dorothée vint au monde  référencem cher bernard exode, 16, 1-5 toute c’est le grand     rien une autre approche de       apr&eg mon travail est une pour m.b. quand je me heurte  de la trajectoire de ce coupé le sonà la brume. nuages   j’ai souvent quand vous serez tout carissimo ulisse,torna a aucun hasard si se il aurait voulu être       je dans le monde de cette f le feu s’est nous lirons deux extraits de pur ceste espee ai dulor e des quatre archanges que dans l’innocence des un besoin de couper comme de dernier vers aoi antoine simon 9     à bribes en ligne a bruno mendonça seul dans la rue je ris la vous êtes temps de pierres pour nicolas lavarenne ma merle noir  pour     faisant la au programme des actions ici, les choses les plus       voyage     depuis quai des chargeurs de       apparu le passé n’est ma voix n’est plus que quand nous rejoignons, en       la "ces deux là se tout à fleur d’eaula danse dernier vers aoi pas même       m̵   un printemps breton, printemps les plus vieilles dans un coin de nice, dont les secrets… à quoi sur l’erbe verte si est le bulletin de "bribes o tendresses ô mes dans les écroulements le ciel est clair au travers       la 1- c’est dans       &agrav   tout est toujours en bribes en ligne a bernard dejonghe... depuis       la  il y a le tu le sais bien. luc ne il n’était qu’un a l’aube des apaches, quand il voit s’ouvrir,       ( huit c’est encore à   (à au seuil de l’atelier quand les eaux et les terres paien sunt morz, alquant faisant dialoguer       les c’était une "nice, nouvel éloge de la elle disposait d’une et combien ce 28 février 2002.  tous ces chardonnerets       à       pav&ea dieu faisait silence, mais nice, le 30 juin 2000     le       la pie deux nouveauté, paysage de ta tombe  et pour marcel bel équilibre et sa       banlie carissimo ulisse,torna a archipel shopping, la     " il n’y a pas de plus 10 vers la laisse ccxxxii  la lancinante ouverture de l’espace une errance de       pass&e f les marques de la mort sur mise en ligne       devant     [1]        l̵ pour michèle       le les plus terribles qu’est-ce qui est en station 3 encore il parle    en j’ai travaillé passent .x. portes, essai de nécrologie,       dans couleur qui ne masque pas vous deux, c’est joie et       " carles respunt : station 5 : comment bernadette griot vient de l’erbe del camp, ki       un en cet anniversaire, ce qui pour helmut       le depuis ce jour, le site ma voix n’est plus que deuxième apparition macles et roulis photo 7 on trouvera la video il tente de déchiffrer, tout le problème bientôt, aucune amarre six de l’espace urbain, clers fut li jurz e li là, c’est le sable et ils sortent m1       rm : d’accord sur rien n’est plus ardu dernier vers aoi   dimanche 18 avril 2010 nous macles et roulis photo 4 monde imaginal, la légende fleurie est les textes mis en ligne pour ma il ne sait rien qui ne va comme ce mur blanc normal 0 21 false fal       dans       reine générations c’est extrêmement       st f le feu est venu,ardeur des il semble possible dernier vers aoi pour martine, coline et laure douce est la terre aux yeux af : j’entends       je   (dans le       journ& diaphane est le pour michèle gazier 1) avant dernier vers aoi "la musique, c’est le       o les dieux s’effacent toutefois je m’estimais ce monde est semé dans les hautes herbes jamais si entêtanteeurydice mes pensées restent le 2 juillet maintenant il connaît le madame chrysalide fileuse la tentation du survol, à la fonction,   pour le prochain       montag tous feux éteints. des       le       object ne faut-il pas vivre comme 1254 : naissance de la vie est ce bruissement tout en travaillant sur les si grant dol ai que ne en introduction à on cheval non, björg, macles et roulis photo ce paysage que tu contemplais l’appel tonitruant du autre petite voix (vois-tu, sancho, je suis "si elle est  la toile couvre les       fourr& introibo ad altare s’ouvre la j’écoute vos l’impression la plus les dessins de martine orsoni  mise en ligne du texte (ma gorge est une dernier vers aoi saluer d’abord les plus le lent tricotage du paysage ce texte m’a été deuxième essai le hans freibach :       coude le temps passe si vite,   pour olivier (josué avait lentement "ah ! mon doux pays, rita est trois fois humble. ainsi alfred…       bien et je vois dans vos abu zayd me déplait. pas       neige sors de mon territoire. fais       sur       ...mai       &       bonhe on préparait vous dites : "un attention beau antoine simon 18 l’illusion d’une       crabe- et il parlait ainsi dans la onze sous les cercles quelques autres merci à la toile de livre grand format en trois seins isabelle boizard 2005 recleimet deu mult samuelchapitre 16, versets 1 "moi, esclave" a iv.- du livre d’artiste tant pis pour eux. imagine que, dans la       "       l̵ je ne sais pas si le lourd travail des meules f le feu s’est       pav&ea si tu es étudiant en le corps encaisse comme il “dans le dessin nous savons tous, ici, que je me souviens de au rayon des surgelés       vu karles se dort cum hume  marcel migozzi vient de temps de bitume en fusion sur mouans sartoux. traverse de deux mille ans nous s’égarer on cette machine entre mes       m&eacu dernier vers aoi avant propos la peinture est clere est la noit e la     longtemps sur dernier vers aoi 1 la confusion des       rampan chercher une sorte de pour jean-louis cantin 1.- macles et roulis photo 1 un verre de vin pour tacher que reste-t-il de la pour jean gautheronle cosmos     l’é   ciel !!!! nécrologie il en est des noms comme du temps où les coeurs 1) la plupart de ces percey priest lakesur les une il faut dire les quando me ne so itu pe       &n     au couchant antoine simon 26 l’instant criblé pour alain borer le 26 mougins. décembre À perte de vue, la houle des dernier vers aoi références : xavier intendo... intendo !       pass&e cet article est paru a ma mère, femme parmi encore la couleur, mais cette la réserve des bribes aux george(s) (s est la       sur     son quelques textes deuxième suite pour martin     m2 &nbs r.m.a toi le don des cris qui station 1 : judas a christiane         or ils s’étaient on peut croire que martine ce n’est pas aux choses toute trace fait sens. que       la “le pinceau glisse sur 1.- les rêves de       deux       longte la question du récit au lecteur voici le premier    de femme liseuse tout mon petit univers en rêve, cauchemar,       au il ne reste plus que le très saintes litanies madame, on ne la voit jamais et ma foi,       soleil genre des motsmauvais genre  “ce travail qui tout en vérifiant       la       les deuxième apparition de       dans  dernier salut au béatrice machet vient de i en voyant la masse aux jouer sur tous les tableaux   iv    vers à propos des grands la musique est le parfum de   marcel dernier vers aoi reprise du site avec la       le se placer sous le signe de spectacle de josué dit ses mains aussi étaient (la numérotation des la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Su lou pass | Sur le pas de sa porte ->
Alla mountagna eron fresca
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

alla mountagna eron fresca

l’aria e l’aïga...

o reveïre aqueu camin !

(à la montagne l’air comme l’eau

étaient frais...

ô revoir ce chemin !)

Publication en ligne : 21 octobre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette