BRIBES EN LIGNE
bien sûr, il y eut       l̵       m̵ noble folie de josué, dernier vers aoi de toutes les les oiseaux s’ouvrent 0 false 21 18 mise en ligne  au mois de mars, 1166 ouverture de l’espace dix l’espace ouvert au   voici donc la temps de pierres cet article est paru       baie   ciel !!!! tout en travaillant sur les la liberté de l’être arbre épanoui au ciel        référencem       le pour qui veut se faire une li emperere s’est effleurer le ciel du bout des   pour le prochain   ces notes l’art n’existe marché ou souk ou dessiner les choses banales ce qui fascine chez lancinant ô lancinant dernier vers aoi  martin miguel vient la prédication faite     pourquoi la tentation du survol, à dans les horizons de boue, de       sur outre la poursuite de la mise macles et roulis photo 4 accoucher baragouiner l’impossible     extraire je ne saurais dire avec assez       le tendresse du mondesi peu de au rayon des surgelés branches lianes ronces antoine simon 13 f qu’il vienne, le feu       sur un nouvel espace est ouvert       les       journ&       au     à toute trace fait sens. que  “s’ouvre l’impression la plus je m’étonne toujours de la    regardant pour julius baltazar 1 le madame aux rumeurs j’ai parlé deux mille ans nous il semble possible       p&eacu cinquième citationne     rien références : xavier tout en vérifiant       le viallat © le château de je crie la rue mue douleur dernier vers aoi       deux le geste de l’ancienne,       dans  on peut passer une vie eurydice toujours nue à temps de pierres dans la       au       sur       sur des quatre archanges que quelques autres       pass&e clere est la noit e la nous serons toujours ces antoine simon 33 allons fouiller ce triangle dorothée vint au monde huit c’est encore à attention beau ils s’étaient j’ai en réserve art jonction semble enfin agnus dei qui tollis peccata on croit souvent que le but edmond, sa grande à sylvie troisième essai dernier vers aoi       voyage      & les durand : une glaciation entre le travail de bernard je suis occupé ces pour maxime godard 1 haute       je je désire un pour mes enfants laure et si tu es étudiant en       vu toutefois je m’estimais   un vendredi "le renard connaît deuxième apparition de dernier vers aoi       &agrav archipel shopping, la j’ai donné, au mois dernier vers aoi   libre de lever la tête dernier vers aoi pour gilbert le 26 août 1887, depuis le 2 juillet dernier vers doel i avrat,       force les amants se la fonction,  “ne pas passet li jurz, la noit est rien n’est plus ardu       juin si j’avais de son  zones gardées de les plus terribles un homme dans la rue se prend dans les carnets l’heure de la le lent déferlement le nécessaire non le 15 mai, à quatrième essai rares de tantes herbes el pre madame chrysalide fileuse 1257 cleimet sa culpe, si la gaucherie à vivre,  le "musée       le       sur dernier vers aoi cyclades, iii° josué avait un rythme de l’autre madame a des odeurs sauvages recleimet deu mult dernier vers aoi en cet anniversaire, ce qui il existe deux saints portant   le 10 décembre À peine jetés dans le dernier vers aoi clers fut li jurz e li n’ayant pas elle ose à peine   dits de cinq madame aux yeux   entrons vous dites : "un   (à dans le pays dont je vous dans un coin de nice,   anatomie du m et pas de pluie pour venir quand vous serez tout       grimpa la légende fleurie est et si tu dois apprendre à a supposer quece monde tienne mouans sartoux. traverse de j’arrivais dans les bribes en ligne a écrirecomme on se passent .x. portes, nécrologie sa langue se cabre devant le c’est extrêmement f le feu est venu,ardeur des journée de pour daniel farioli poussant laure et pétrarque comme       retour a toi le don des cris qui errer est notre lot, madame,   ces sec erv vre ile madame est toute antoine simon 15    7 artistes et 1 un soir à paris au antoine simon 3 un besoin de couper comme de sept (forces cachées qui       dans       pourqu    au balcon « h&eacu       la le lourd travail des meules dans les hautes herbes pour nicolas lavarenne ma af : j’entends tout est possible pour qui pour jean-louis cantin 1.- dernier vers aoi pour yves et pierre poher et approche d’une nice, le 30 juin 2000 béatrice machet vient de       vu pour m.b. quand je me heurte d’ eurydice ou bien de tandis que dans la grande siglent a fort e nagent e légendes de michel deux ce travail vous est ce jour-là il lui       dans  la toile couvre les de proche en proche tous       sabots peinture de rimes. le texte moi cocon moi momie fuseau       sur quelque chose   au milieu de des voix percent, racontent antoine simon 7 la réserve des bribes iloec endreit remeint li os       b&acir à propos “la (dans mon ventre pousse une dernier vers aoi ( ce texte a ce texte se présente violette cachéeton pour andré tromper le néant le grand combat : raphaël où l’on revient       pav&ea les dessins de martine orsoni able comme capable de donner il y a tant de saints sur rossignolet tu la       s̵ la pureté de la survie. nul  ce mois ci : sub et…  dits de       dans la terre a souvent tremblé À la loupe, il observa sur l’erbe verte si est ecrire sur vous n’avez dans les écroulements ce qui aide à pénétrer le nous savons tous, ici, que se placer sous le signe de les dieux s’effacent   pour adèle et non... non... je vous assure, encore la couleur, mais cette que d’heures       la pas une année sans évoquer réponse de michel       au tu le sais bien. luc ne 13) polynésie     vers le soir dans l’effilé de   nous sommes       vaches soudain un blanc fauche le folie de josuétout est normal 0 21 false fal il y a dans ce pays des voies quatrième essai de c’est pour moi le premier       fourmi  la lancinante un titre : il infuse sa 0 false 21 18 ço dist li reis :  il y a le guetter cette chose aucun hasard si se toutes ces pages de nos dernier vers aoi     au couchant  pour jean le bernadette griot vient de karles se dort cum hume       les les premières       &eacut pure forme, belle muette, tout à fleur d’eaula danse titrer "claude viallat,   se rêve, cauchemar, rm : d’accord sur et il fallait aller debout   la baie des anges       coude souvent je ne sais rien de la force du corps, bribes en ligne a la vie est dans la vie. se À max charvolen et martin on cheval       entre poussées par les vagues le "patriote", ma voix n’est plus que 1) la plupart de ces 0 false 21 18       &agrav dont les secrets… à quoi deuxième essai pour max charvolen 1) heureuse ruine, pensait       la reflets et echosla salle à la bonne pour marcel on a cru à macao grise depuis le 20 juillet, bribes       glouss mult est vassal carles de     chant de pour frédéric préparation des pour maguy giraud et voudrais je vous tes chaussures au bas de       reine autre citation max charvolen, martin miguel  dans le livre, le pour angelo antoine simon 24 un jour, vous m’avez comme c’est  si, du nouveau lentement, josué et la peur, présente etait-ce le souvenir pour jean marie si elle est belle ? je ajout de fichiers sons dans dernier vers aoi d’abord l’échange des    il aux barrières des octrois       soleil dans l’innocence des le ciel est clair au travers       " le scribe ne retient  tu vois im font chier sixième     du faucon r.m.a toi le don des cris qui je suis   je n’ai jamais     une abeille de lorsque martine orsoni sous la pression des l’illusion d’une pourquoi yves klein a-t-il  au travers de toi je la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Freixe, Alain > Dialogues
<- Pour voir venir la nuit | Noir d’en bas ->
A cri et à feu, à feu et à cri
© Alain Freixe
Artiste(s) : Youl Ecrivain(s) : Freixe (site)

À cri et à feu


Sur la ligne de faîte, un cri. Un cri, à l’arrêt. Un cri à mettre le feu à cet amas de pierres qui roulent rauques dans la pente.Torche qui a la force du tourbillon. Et de l’orage, le tumulte. Flammes qui tournent sur une ligne qui danse dans le ciel juste au-dessus des chaleurs.
Lumières vouées à la chute . A la tombée au ravin noir où tout s’efface. Et qui disparaissant déjà raconte ce qui est entrain d’arriver.
Et de finir.

A feu et à cri

Après la pente, cri et pierres. C’est resté là, pierres et cri.
Un rocher, clair de toutes ses déchirures. Une meule, aux éclairs d’été sec. Une promesse, maillée de silence et de vent. Un chemin, pour un pays noir.
Et pour garder la rosée, ce fil du jour qui tremble sur les feuilles quand les ombres de la nuit se renversent. Cette ligne d’air qui saute dans l’œil, le nœud de son fil pour que funambule mon inconnu de demain sous une lumière de luciole perdue, dépecée par les vents tièdes et solitaires de la nuit.
 

P.-S.

Ces poèmes ont été manuscrits sur deux placards de Youl à 3 exemplaires chacun en 2008/2009

Publication en ligne : 9 novembre 2009
/ Bibliophilie

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette