BRIBES EN LIGNE
les dernières les plus vieilles     de rigoles en       la   que signifie deuxième suite après la lecture de dentelle : il avait station 5 : comment bruno mendonça les dessins de martine orsoni effleurer le ciel du bout des pour egidio fiorin des mots       la antoine simon 28 nice, le 30 juin 2000 « e ! malvais antoine simon 16       s̵       les Ç’avait été la   six formes de la on a cru à antoine simon 31 mon travail est une    courant       fleure le travail de bernard la fonction, antoine simon 10 deux nouveauté, il n’était qu’un  “ce travail qui   un carcassonne, le 06 trois tentatives desesperees les routes de ce pays sont le grand combat :       pass&e       force max charvolen, martin miguel il était question non       deux laure et pétrarque comme station 4 : judas  pour anne slacik ecrire est ] heureux l’homme pour marcel encore une citation“tu       nuage un titre : il infuse sa dernier vers aoi  pour de       crabe- poussées par les vagues au commencement était j’ai longtemps pas même avec marc, nous avons dimanche 18 avril 2010 nous madame est la reine des recleimet deu mult       entre le samedi 26 mars, à 15 pour mireille et philippe  l’exposition  li emperere par sa grant souvent je ne sais rien de       droite vertige. une distance il arriva que bribes en ligne a comme ce mur blanc o tendresses ô mes quand c’est le vent qui dernier vers aoi ce qui importe pour mieux valait découper autre essai d’un pour frédéric       &n pas de pluie pour venir le corps encaisse comme il       la que d’heures     chant de ...et poème pour (la numérotation des cet article est paru dans le en cet anniversaire, ce qui       et  le grand brassage des  tu vois im font chier antoine simon 2 iloec endreit remeint li os en ceste tere ad estet ja toutes ces pages de nos ….omme virginia par la de proche en proche tous la deuxième édition du le geste de l’ancienne, je rêve aux gorges avez-vous vu et nous n’avons rien bernadette griot vient de je t’enlace gargouille  mise en ligne du texte       entre f le feu s’est f les marques de la mort sur toutefois je m’estimais je dors d’un sommeil de dans l’innocence des le tissu d’acier pourquoi yves klein a-t-il tout à fleur d’eaula danse la réserve des bribes       fourr& je t’enfourche ma preambule – ut pictura sainte marie, ce qui fait tableau : ce un trait gris sur la quatrième essai de paroles de chamantu pour maguy giraud et et encore  dits pour andrée le plus insupportable chez       apparu dont les secrets… à quoi il ne s’agit pas de si, il y a longtemps, les       au “le pinceau glisse sur i.- avaler l’art par merci à marc alpozzo bien sûrla antoine simon 24 antoine simon 12 le 2 juillet il aurait voulu être granz fut li colps, li dux en mult est vassal carles de antoine simon 17 dernier vers aoi   anatomie du m et pour michèle aueret    regardant bernard dejonghe... depuis reprise du site avec la le recueil de textes c’est ici, me essai de nécrologie, pour nicolas lavarenne ma dans ma gorge se reprendre. creuser son il faut laisser venir madame       le lu le choeur des femmes de    7 artistes et 1 (de)lecta lucta   dernier vers aoi       à j’ai donc travail de tissage, dans 0 false 21 18       je assise par accroc au bord de       cette sixième moisissures mousses lichens chairs à vif paumes je suis celle qui trompe descendre à pigalle, se jamais si entêtanteeurydice grant est la plaigne e large       m̵ dernier vers aoi lancinant ô lancinant cet univers sans reflets et echosla salle autre citation"voui       &agrav   le 10 décembre nos voix (en regardant un dessin de la chaude caresse de d’un bout à raphaël       pour       retour de prime abord, il   pour adèle et mougins. décembre des conserves ! il ne reste plus que le  pour le dernier jour   saint paul trois 1254 : naissance de       &n merci au printemps des titrer "claude viallat, pour lee dernier vers aoi À peine jetés dans le elle disposait d’une folie de josuétout est s’ouvre la dernier vers aoi et…  dits de         or deuxième       & clers est li jurz et li d’ eurydice ou bien de langues de plomba la générations mise en ligne       vu mult ben i fierent franceis e equitable un besoin sonnerait douze (se fait terre se mais non, mais non, tu les premières religion de josué il       reine coupé le sonà si j’avais de son       fourmi       object la bouche pure souffrance pour pierre theunissen la  au travers de toi je       dans     les fleurs du martin miguel art et dernier vers aoi deuxième essai le le lent tricotage du paysage       la       ruelle pas une année sans évoquer de mes deux mains monde imaginal, madame est une dernier vers aoi dernier vers aoi il pleut. j’ai vu la 1.- les rêves de le 26 août 1887, depuis granz est li calz, si se station 3 encore il parle la fraîcheur et la       arauca     &nbs       " macles et roulis photo 4 tout en vérifiant       la ce monde est semé dernier vers aoi depuis ce jour, le site ce va et vient entre livre grand format en trois la route de la soie, à pied, il n’est pire enfer que marcel alocco a art jonction semble enfin       pourqu un besoin de couper comme de       sabots les installations souvent,       il et si tu dois apprendre à       st le 26 août 1887, depuis comme c’est dernier vers s’il       voyage morz est rollant, deus en ad et la peur, présente ce jour là, je pouvais bel équilibre et sa pour robert j’ai relu daniel biga, je ne peins pas avec quoi,       sur j’entends sonner les ce texte m’a été ses mains aussi étaient     &nbs  martin miguel vient       apr&eg       " a l’aube des apaches, elle ose à peine dessiner les choses banales  “... parler une       ...mai ce paysage que tu contemplais légendes de michel station 1 : judas       "   1) cette un nouvel espace est ouvert a la fin il ne resta que me       sur l’homme est vos estes proz e vostre li emperere s’est       apr&eg franchement, pensait le chef, glaciation entre l’évidence  si, du nouveau       juin branches lianes ronces troisième essai       sous le temps passe si vite,       dans       voyage je découvre avant toi       " dernier vers aoi je désire un pour yves et pierre poher et rien n’est plus ardu rm : nous sommes en merle noir  pour imagine que, dans la dire que le livre est une À max charvolen et et combien 13) polynésie "mais qui lit encore le « 8° de       m̵ ouverture de l’espace inoubliables, les je n’hésiterai tendresses ô mes envols noble folie de josué,  “ne pas       &agrav (dans mon ventre pousse une percey priest lakesur les abu zayd me déplait. pas antoine simon 7 a toi le don des cris qui     faisant la       longte un jour nous avons     [1]  une errance de madame dans l’ombre des madame porte à à sylvie       gentil quelques textes charogne sur le seuilce qui ecrire les couleurs du monde pour angelo       &agrav le bulletin de "bribes f le feu m’a     le raphaël       le à la bonne       mouett chaque jour est un appel, une 0 false 21 18 il tente de déchiffrer, viallat © le château de       " très saintes litanies si grant dol ai que ne antoine simon 11 arbre épanoui au ciel       m&eacu ma voix n’est plus que       qui la prédication faite toujours les lettres : il est le jongleur de lui petites proses sur terre avant propos la peinture est la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Freixe, Alain > Dialogues
<- Pour voir venir la nuit | Noir d’en bas ->
A cri et à feu, à feu et à cri
© Alain Freixe
Artiste(s) : Youl Ecrivain(s) : Freixe (site)

À cri et à feu


Sur la ligne de faîte, un cri. Un cri, à l’arrêt. Un cri à mettre le feu à cet amas de pierres qui roulent rauques dans la pente.Torche qui a la force du tourbillon. Et de l’orage, le tumulte. Flammes qui tournent sur une ligne qui danse dans le ciel juste au-dessus des chaleurs.
Lumières vouées à la chute . A la tombée au ravin noir où tout s’efface. Et qui disparaissant déjà raconte ce qui est entrain d’arriver.
Et de finir.

A feu et à cri

Après la pente, cri et pierres. C’est resté là, pierres et cri.
Un rocher, clair de toutes ses déchirures. Une meule, aux éclairs d’été sec. Une promesse, maillée de silence et de vent. Un chemin, pour un pays noir.
Et pour garder la rosée, ce fil du jour qui tremble sur les feuilles quand les ombres de la nuit se renversent. Cette ligne d’air qui saute dans l’œil, le nœud de son fil pour que funambule mon inconnu de demain sous une lumière de luciole perdue, dépecée par les vents tièdes et solitaires de la nuit.
 

P.-S.

Ces poèmes ont été manuscrits sur deux placards de Youl à 3 exemplaires chacun en 2008/2009

Publication en ligne : 9 novembre 2009
/ Bibliophilie

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette