BRIBES EN LIGNE
saluer d’abord les plus       neige traquer       et tu béatrice machet vient de on peut croire que martine   si vous souhaitez       alla f les rêves de j’ai changé le cher bernard       cerisi la terre nous   ciel !!!!       bonhe       quand clere est la noit e la (À l’église de la       d&eacu pour le prochain basilic, (la      &       ( genre des motsmauvais genre des quatre archanges que dans le monde de cette       dans       l̵ dire que le livre est une madame est toute la littérature de l’art c’est la c’est la peur qui fait autre citation cet article est paru vertige. une distance À max charvolen et martin le franchissement des dernier vers aoi       reine "ces deux là se 0 false 21 18   six formes de la madame a des odeurs sauvages dernier vers aoi       journ& la mort, l’ultime port, nous savons tous, ici, que le texte qui suit est, bien vedo la luna vedo le l’une des dernières attendre. mot terrible.       &agrav   jn 2,1-12 :  pour le dernier jour (ma gorge est une       longte antoine simon 9 f le feu s’est       b&acir 1.- les rêves de et te voici humanité       "       apr&eg dernier vers aoi     pluie du mon cher pétrarque, maintenant il connaît le   maille 1 :que  dans le livre, le le lourd travail des meules       bien       "   on n’est quel ennui, mortel pour       sur d’abord l’échange des quatrième essai de       le samedi 26 mars, à 15 g. duchêne, écriture le ….omme virginia par la       les     faisant la ses mains aussi étaient       assis le 2 juillet dernier vers aoi à     surgi “le pinceau glisse sur le vieux qui    tu sais n’ayant pas antoine simon 16       grappe religion de josué il     après de pa(i)smeisuns en est venuz       soleil ce texte se présente  pour de       juin f les marques de la mort sur       voyage lancinant ô lancinant li quens oger cuardise les doigts d’ombre de neige       pass&e la vie est ce bruissement la brume. nuages que reste-t-il de la le nécessaire non la liberté de l’être les routes de ce pays sont autre petite voix accoucher baragouiner et voici maintenant quelques 1254 : naissance de il existe au moins deux suite de l’impression la plus 1) la plupart de ces carles li reis en ad prise sa 0 false 21 18 pour yves et pierre poher et la bouche pleine de bulles attelage ii est une œuvre pour alain borer le 26 madame, c’est notre carissimo ulisse,torna a       p&eacu c’est la chair pourtant  hier, 17 vous avez bal kanique c’est dernier vers aoi quant carles oït la macles et roulis photo       sous la communication est   1) cette  ce qui importe pour "tu sais ce que c’est c’est le grand j’écoute vos madame est une printemps breton, printemps       je ouverture d’une Ç’avait été la       la chaque automne les 13) polynésie mieux valait découper ce va et vient entre il en est des noms comme du  zones gardées de a christiane     &nbs karles se dort cum hume le recueil de textes d’un côté le 19 novembre 2013, à la       un bruno mendonça dernier vers aoi le coeur du clquez sur ne pas négocier ne chercher une sorte de ce monde est semé folie de josuétout est accorde ton désir à ta mult ben i fierent franceis e et c’était dans       dans a la femme au       l̵   au milieu de etudiant à     un mois sans       le       nuage "mais qui lit encore le dernier vers aoi ce qui fascine chez de pareïs li seit la le 15 mai, à       un       au il s’appelait ne faut-il pas vivre comme fontelucco, 6 juillet 2000 quelque temps plus tard, de ce pays que je dis est un tunnel sans fin et, à ce 28 février 2002. neuf j’implore en vain À peine jetés dans le et que dire de la grâce pour mireille et philippe       "       le macao grise les oiseaux s’ouvrent monde imaginal,       sur immense est le théâtre et …presque vingt ans plus giovanni rubino dit noble folie de josué, passent .x. portes, l’évidence dans ce périlleux a toi le don des cris qui le coquillage contre   la baie des anges s’égarer on décembre 2001. cet article est paru dans le       dans vue à la villa tamaris  il y a le soudain un blanc fauche le pour raphaël voici des œuvres qui, le dernier vers aoi pour pierre theunissen la       ( je crie la rue mue douleur "et bien, voilà..." dit prenez vos casseroles et nice, le 18 novembre 2004 elle ose à peine j’arrivais dans les       fourr&     rien de proche en proche tous dentelle : il avait l’homme est troisième essai et morz est rollant, deus en ad   iv    vers à la mémoire de     son pure forme, belle muette, il semble possible       dans les carnets dans l’innocence des quatrième essai de j’ai ajouté pas même une il faut dire les il est le jongleur de lui       sabots       l̵ comme un préliminaire la       &agrav ma chair n’est a ma mère, femme parmi       les l’heure de la deuxième apparition madame, on ne la voit jamais des conserves ! f le feu s’est dernier vers aoi a propos de quatre oeuvres de  le "musée la musique est le parfum de effleurer le ciel du bout des       le attention beau antoine simon 20 le 23 février 1988, il       reine clers fut li jurz e li madame chrysalide fileuse dans les écroulements       " "ah ! mon doux pays, les premières il ne reste plus que le diaphane est le ils avaient si longtemps, si     depuis coupé en deux quand archipel shopping, la je n’ai pas dit que le vos estes proz e vostre elle réalise des le bulletin de "bribes tout mon petit univers en de soie les draps, de soie non, björg, nos voix rien n’est plus ardu  le grand brassage des       " à bernadette branches lianes ronces un titre : il infuse sa nous serons toujours ces dernier vers aoi       allong approche d’une     " pour jean marie       force il en est des meurtrières. la vie humble chez les s’ouvre la antoine simon 14 abu zayd me déplait. pas       avant     &nbs la terre a souvent tremblé rien n’est pour andré villers 1)  si, du nouveau       entre sculpter l’air : autre citation"voui  de la trajectoire de ce la route de la soie, à pied, j’ai en réserve huit c’est encore à "moi, esclave" a       il au commencement était légendes de michel       la al matin, quant primes pert sables mes parolesvous démodocos... Ça a bien un si tu es étudiant en       pass&e tout est prêt en moi pour mouans sartoux. traverse de le scribe ne retient temps de pierres granz fut li colps, li dux en dessiner les choses banales l’éclair me dure,       neige l’art n’existe (la numérotation des le lent déferlement       crabe- j’ai longtemps difficile alliage de       au       une 1257 cleimet sa culpe, si je sais, un monde se le 26 août 1887, depuis hans freibach :     au couchant       object       & bribes en ligne a générations l’illusion d’une exode, 16, 1-5 toute et ces il faut laisser venir madame carles respunt : et si tu dois apprendre à issent de mer, venent as mesdames, messieurs, veuillez   (à       object si elle est belle ? je   que signifie écrirecomme on se la deuxième édition du antoine simon 12 pour ma  “la signification     m2 &nbs madame des forêts de pour anne slacik ecrire est je suis celle qui trompe  il est des objets sur   tout est toujours en macles et roulis photo 3 jamais je n’aurais la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Voyage dans le miel et le balicot | Sur la terrasse après-midi ->
Dans le piège
© Daniel Biga

Les quatres saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

dans le piège

 à guêpes dix mouches

 ronflent

Publication en ligne : 17 octobre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette