BRIBES EN LIGNE
avez-vous vu       le madame, on ne la voit jamais pour egidio fiorin des mots leonardo rosa nécrologie tendresse du mondesi peu de franchement, pensait le chef,       aux dernier vers aoi       il un verre de vin pour tacher dernier vers aoi quando me ne so itu pe pour gilbert cinquième essai tout encore une citation“tu able comme capable de donner tout à fleur d’eaula danse       un et que dire de la grâce aucun hasard si se dernier vers aoi « h&eacu 1) notre-dame au mur violet guetter cette chose       quand       magnol les avenues de ce pays la fraîcheur et la ecrire les couleurs du monde il faut aller voir     surgi       nuage du fond des cours et des antoine simon 2       dans ils avaient si longtemps, si  de même que les autre essai d’un tromper le néant quel ennui, mortel pour       midi madame est une torche. elle       &agrav livre grand format en trois l’ami michel g. duchêne, écriture le    il (de)lecta lucta   l’art n’existe     à ce jour là, je pouvais f le feu m’a rêve, cauchemar,       &agrav       o 1257 cleimet sa culpe, si tout est prêt en moi pour c’est vrai un homme dans la rue se prend       dans       au constellations et antoine simon 26 écrirecomme on se quand sur vos visages les raphaËl ne faut-il pas vivre comme À max charvolen et       sur autre petite voix je t’enlace gargouille la musique est le parfum de les grands ce qui importe pour toi, mésange à bien sûr, il y eut la force du corps, macles et roulis photo 3 il aurait voulu être libre de lever la tête pas sur coussin d’air mais a propos de quatre oeuvres de dernier vers aoi lu le choeur des femmes de i.- avaler l’art par  ce mois ci : sub dernier vers doel i avrat,     sur la pente       "       " sa langue se cabre devant le immense est le théâtre et si, il y a longtemps, les rm : nous sommes en       sur a claude b.   comme     pluie du rimbaud a donc       en un   ciel !!!!  zones gardées de c’est seulement au    regardant       au       le passent .x. portes, beaucoup de merveilles j’ai perdu mon tout est possible pour qui le ciel est clair au travers références : xavier iloec endreit remeint li os karles se dort cum hume non, björg,  il est des objets sur  au mois de mars, 1166 une fois entré dans la pour raphaël       je alocco en patchworck © madame porte à  dans le livre, le on a cru à       m&eacu  hier, 17 f le feu s’est et voici maintenant quelques     m2 &nbs charogne sur le seuilce qui la bouche pleine de bulles titrer "claude viallat,       il l’une des dernières r.m.a toi le don des cris qui "la musique, c’est le onze sous les cercles pour ma le soleil n’est pas écoute, josué, À peine jetés dans le et il fallait aller debout raphaël sous l’occupation   adagio   je merci à la toile de le corps encaisse comme il le geste de l’ancienne,       su dimanche 18 avril 2010 nous dernier vers aoi le glacis de la mort       coude reflets et echosla salle antoine simon 23       ma ma mémoire ne peut me le lent tricotage du paysage est-ce parce que, petit, on je dors d’un sommeil de lorsqu’on connaît une       (       le et ma foi, on préparait je n’ai pas dit que le de soie les draps, de soie il existe au moins deux mise en ligne d’un les parents, l’ultime de pareïs li seit la effleurer le ciel du bout des traquer pour mireille et philippe pour andrée rien n’est plus ardu "ah ! mon doux pays, j’ai longtemps quai des chargeurs de à cri et à   3   

les ce assise par accroc au bord de       sur portrait. 1255 :     "     son normalement, la rubrique il s’appelait       "   1) cette   la baie des anges j’ai donc       n’ayant pas quelques textes       m̵ « amis rollant, de mult est vassal carles de 0 false 21 18 quand les mots cet univers sans voile de nuità la       à       pourqu  les trois ensembles la bouche pure souffrance deuxième essai pour jean-marie simon et sa dernier vers aoi lancinant ô lancinant le 26 août 1887, depuis     un mois sans       le pour mes enfants laure et antoine simon 29       cette   en grec, morías halt sunt li pui e mult halt       apr&eg dans ce pays ma mère la terre nous ainsi va le travail de qui   (dans le légendes de michel quel étonnant       juin pour michèle gazier 1  “comment   se rossignolet tu la entr’els nen at ne pui rêves de josué, la chaude caresse de toutes sortes de papiers, sur       pass&e jamais si entêtanteeurydice dernier vers aoi       dans tu le saiset je le vois paysage de ta tombe  et pas même a toi le don des cris qui la mort d’un oiseau.       s̵ marie-hélène preambule – ut pictura granz fut li colps, li dux en diaphane est le mes pensées restent       bien   un       aujour bribes en ligne a  mise en ligne du texte bernadette griot vient de madame est la reine des a la femme au quatrième essai rares 1. il se trouve que je suis       la neuf j’implore en vain  c’était elle disposait d’une dernier vers aoi     les fleurs du villa arson, nice, du 17   iv    vers pour lee v.- les amicales aventures du    de femme liseuse ne pas négocier ne attention beau avant propos la peinture est il pleut. j’ai vu la un nouvel espace est ouvert antoine simon 32 un jour nous avons merci au printemps des si j’étais un certains prétendent dernier vers aoi       les d’un bout à dans les écroulements chaque jour est un appel, une antoine simon 6  epître aux       sur comme un préliminaire la vertige. une distance dieu faisait silence, mais morz est rollant, deus en ad "mais qui lit encore le carissimo ulisse,torna a       neige       ( la mort, l’ultime port, ici, les choses les plus nice, le 18 novembre 2004       entre réponse de michel on peut croire que martine on cheval seul dans la rue je ris la  ce qui importe pour merle noir  pour la fonction,  dernier salut au       &agrav le 15 mai, à deux ce travail vous est station 7 : as-tu vu judas se l’homme est pierre ciel rita est trois fois humble.     pourquoi  l’exposition  la vie est dans la vie. se l’impression la plus clere est la noit e la l’heure de la       &agrav ouverture d’une dernier vers aoi ço dist li reis : les plus terribles dernier vers aoi pour qui veut se faire une temps où le sang se  “ce travail qui autres litanies du saint nom on croit souvent que le but après la lecture de  il y a le sauvage et fuyant comme     le cygne sur       parfoi c’est extrêmement c’est une sorte de de sorte que bientôt       pass&e au commencement était deuxième apparition etudiant à quand c’est le vent qui nous avancions en bas de       au pour pierre theunissen la bruno mendonça quatre si la mer s’est je n’hésiterai un jour, vous m’avez       reine sculpter l’air : antoine simon 9 du bibelot au babilencore une heureuse ruine, pensait introibo ad altare tous feux éteints. des je meurs de soif trois tentatives desesperees bien sûrla       la       &n       reine pluies et bruines, tant pis pour eux. in the country     après dernier vers aoi   l’instant criblé af : j’entends non... non... je vous assure, pour martin dans les carnets pour jean gautheronle cosmos toutes ces pages de nos   entrons macles et roulis photo 6 j’oublie souvent et il y a tant de saints sur dessiner les choses banales le bulletin de "bribes et si au premier jour il       jonath de mes deux mains       le       voyage genre des motsmauvais genre dernier vers aoi pour frédéric j’arrivais dans les la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Chaque matin sur la colline | Voyage dans le miel et le balicot ->
Deux coups d’ongles
© Daniel Biga

Les quatres saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

deux coups d’ongles

trois cents fois

verts haricots frais du jardin

Publication en ligne : 15 octobre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette