BRIBES EN LIGNE
f le feu est venu,ardeur des le pendu dimanche 18 avril 2010 nous dernier vers aoi dans les horizons de boue, de à la bonne tout est possible pour qui carmelo arden quin est une villa arson, nice, du 17       grimpa le nécessaire non       grappe       le pour angelo dernier vers aoi r.m.a toi le don des cris qui   1) cette un jour nous avons abu zayd me déplait. pas aux george(s) (s est la ce texte m’a été       &n où l’on revient dans ma gorge les dieux s’effacent guetter cette chose samuelchapitre 16, versets 1       le       pour dans le pays dont je vous mille fardeaux, mille (josué avait d’abord l’échange des la liberté s’imprime à       la le galop du poème me ma mémoire ne peut me       o       je       aux je suis bien dans       object il arriva que       le en cet anniversaire, ce qui 5) triptyque marocain       la on préparait toutes ces pages de nos nice, le 30 juin 2000       la dix l’espace ouvert au able comme capable de donner bribes en ligne a       sur    si tout au long certains soirs, quand je bruno mendonça       &n religion de josué il paien sunt morz, alquant bal kanique c’est i en voyant la masse aux un tunnel sans fin et, à       chaque faisant dialoguer lu le choeur des femmes de trois tentatives desesperees 1. il se trouve que je suis chaque jour est un appel, une poème pour j’ai donc troisième essai on a cru à       allong tout est prêt en moi pour   3   

les le lourd travail des meules la pureté de la survie. nul     extraire  je signerai mon temps où le sang se (dans mon ventre pousse une li emperere s’est       au passet li jurz, la noit est       la si tu es étudiant en 1- c’est dans       le les amants se la vie humble chez les       pass&e les avenues de ce pays tout le problème       &ccedi tendresses ô mes envols quel étonnant madame, vous débusquez ce paysage que tu contemplais deuxième approche de la danse de attelage ii est une œuvre deux ajouts ces derniers       b&acir ecrire les couleurs du monde fin première ma voix n’est plus que 0 false 21 18 la vie est ce bruissement autre petite voix à la mémoire de antoine simon 10      &         &n 1.- les rêves de d’ eurydice ou bien de mon travail est une toi, mésange à dernier vers aoi et ma foi,       la le 19 novembre 2013, à la j’oublie souvent et j’ai ajouté l’art n’existe a christiane  l’écriture   marcel bien sûr, il y eut abstraction voir figuration à quelques textes ouverture de l’espace de l’autre     sur la       arauca raphaËl       neige   nous sommes elle réalise des dernier vers aoi   je ne comprends plus vous deux, c’est joie et tu le sais bien. luc ne       gentil chaises, tables, verres, j’ai en réserve mais jamais on ne et il parlait ainsi dans la sur l’erbe verte si est non... non... je vous assure, que d’heures "la musique, c’est le "ces deux là se au rayon des surgelés dernier vers aoi et te voici humanité six de l’espace urbain, dernier vers aoi  de la trajectoire de ce antoine simon 25 qu’est-ce qui est en rêves de josué, comme ce mur blanc       jardin les dernières       s̵ pour martine o tendresses ô mes       voyage       entre       le     après ( ce texte a       voyage     chambre quand sur vos visages les j’ai changé le 1-nous sommes dehors.       dans il en est des meurtrières. vous avez       au la fraîcheur et la en 1958 ben ouvre à       reine       magnol pour frédéric   se dernier vers aoi « h&eacu pour gilbert pour maguy giraud et à propos des grands il s’appelait libre de lever la tête non, björg, et ces       longte onzième fragilité humaine. dernier vers aoi troisième essai et si j’étais un envoi du bulletin de bribes le scribe ne retient le 28 novembre, mise en ligne les dessins de martine orsoni jouer sur tous les tableaux dernier vers aoi dernier vers aoi mais non, mais non, tu il avait accepté       &agrav antoine simon 3 dernier vers aoi iloec endreit remeint li os avant propos la peinture est a la fin il ne resta que je rêve aux gorges       en un il souffle sur les collines madame est une torche. elle  avec « a la "je me tais. pour taire. voudrais je vous f toutes mes lentement, josué et  riche de mes sixième       deux       " inoubliables, les ço dist li reis :   anatomie du m et depuis le 20 juillet, bribes       allong     de rigoles en   saint paul trois art jonction semble enfin antoine simon 29 station 7 : as-tu vu judas se antoine simon 20 c’est vrai       dans arbre épanoui au ciel l’art c’est la rimbaud a donc macles et roulis photo 6 elle ose à peine viallat © le château de a ma mère, femme parmi       l̵ 13) polynésie le tissu d’acier la mort d’un oiseau. la poésie, à la la question du récit deuxième essai       jonath       coude lorsqu’on connaît une il y a dans ce pays des voies l’évidence  les premières toulon, samedi 9 la force du corps, un soir à paris au antoine simon 27 torna a sorrento ulisse torna les cuivres de la symphonie elle disposait d’une dans le train premier cette machine entre mes       l̵ deux nouveauté, temps de cendre de deuil de  dans le livre, le le passé n’est préparation des cher bernard  il y a le antoine simon 16 c’est parfois un pays le travail de bernard ce qui fascine chez normalement, la rubrique dans les carnets agnus dei qui tollis peccata       & sous la pression des ma voix n’est plus que l’illusion d’une glaciation entre merci à marc alpozzo antoine simon 7 de proche en proche tous ce n’est pas aux choses ecrire sur pour philippe macles et roulis photo 7       enfant       les       rampan ajout de fichiers sons dans dernier vers aoi je dors d’un sommeil de la musique est le parfum de madame, c’est notre halt sunt li pui e mult halt saluer d’abord les plus tout à fleur d’eaula danse       au quand il voit s’ouvrir, si elle est belle ? je c’était une     &nbs tendresse du mondesi peu de pour daniel farioli poussant (ô fleur de courge... 0 false 21 18  zones gardées de premier vers aoi dernier station 4 : judas  je meurs de soif en introduction à de la la bouche pleine de bulles l’appel tonitruant du       et tu titrer "claude viallat, deuxième apparition de antoine simon 31 dernier vers s’il la lecture de sainte pourquoi yves klein a-t-il   (dans le carcassonne, le 06 "pour tes       fourr& l’homme est rm : nous sommes en une errance de vertige. une distance je crie la rue mue douleur régine robin, le temps passe si vite, dernier vers aoi    mise en ligne du texte je ne saurais dire avec assez       l̵     [1]        banlie dentelle : il avait pour martine, coline et laure   le texte suivant a       descen nécrologie josué avait un rythme station 3 encore il parle       au attendre. mot terrible.       m̵ j’arrivais dans les et si au premier jour il toute trace fait sens. que pour jean-louis cantin 1.- il tente de déchiffrer, se reprendre. creuser son pour andré madame, on ne la voit jamais       retour       les       aujour comme une suite de nous avancions en bas de       vu max charvolen, martin miguel   un vendredi     sur la pente       un "si elle est si, il y a longtemps, les   la production 1257 cleimet sa culpe, si suite du blasphème de pas même un titre : il infuse sa la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- De rigoles en troncs creusés | Chaque matin sur la colline ->
Sur la pente de l’adrech
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

sur la pente de l’adrech

le pré fauché

embaume

Publication en ligne : 13 octobre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette