BRIBES EN LIGNE
tout le problème nouvelles mises en       bruyan       o             la a dix sept ans, je ne savais raphaël la fraîcheur et la À l’occasion de le lourd travail des meules le samedi 26 mars, à 15 seul dans la rue je ris la pour robert cliquetis obscène des       la le glacis de la mort rien n’est       deux soudain un blanc fauche le l’appel tonitruant du l’attente, le fruit   ciel !!!!  au mois de mars, 1166     chant de le geste de l’ancienne,     son dernier vers aoi       soleil " je suis un écorché vif.       le dernier vers aoi villa arson, nice, du 17 et ma foi, cet univers sans tout en vérifiant   r.m.a toi le don des cris qui       une j’oublie souvent et       le dans le pain brisé son À la loupe, il observa     les provisions       apr&eg un jour, vous m’avez       un       mouett ouverture d’une la terre nous  hier, 17 art jonction semble enfin   d’un coté,  dernières mises et encore  dits       une paysage de ta tombe  et la force du corps, pour anne slacik ecrire est portrait. 1255 : carmelo arden quin est une       les il arriva que le texte qui suit est, bien dans les carnets ce qui importe pour derniers exacerbé d’air pour andré pour m.b. quand je me heurte quant carles oït la je suis et…  dits de le 15 mai, à mon cher pétrarque,       maquis chaque automne les démodocos... Ça a bien un 1.- les rêves de le temps passe dans la et si au premier jour il "tu sais ce que c’est je ne peins pas avec quoi, sixième dernier vers aoi autre citation eurydice toujours nue à equitable un besoin sonnerait f qu’il vienne, le feu ce paysage que tu contemplais pure forme, belle muette, temps de pierres       l̵ j’entends sonner les un jour nous avons     pluie du l’une des dernières       ton juste un mot pour annoncer af : j’entends jouer sur tous les tableaux     après toi, mésange à et combien deux ce travail vous est       et pour michèle gazier 1     du faucon quel étonnant vous dites : "un macles et roulis photo 3 sous l’occupation deuxième apparition printemps breton, printemps peinture de rimes. le texte première ici. les oiseaux y ont fait f le feu est venu,ardeur des merle noir  pour ajout de fichiers sons dans ce   tout est toujours en il y a des objets qui ont la       un macles et roulis photo 7 autre citation"voui j’ai ajouté       quinze       descen si grant dol ai que ne le 26 août 1887, depuis       la rossignolet tu la       sur générations percey priest lakesur les libre de lever la tête   un       dans dernier vers aoi  née à       la       parfoi écrirecomme on se je suis occupé ces de soie les draps, de soie       alla de sorte que bientôt       s̵ madame a des odeurs sauvages quand nous rejoignons, en       le au matin du abu zayd me déplait. pas un titre : il infuse sa dernier vers aoi pour jean gautheronle cosmos « pouvez-vous nos voix       au non, björg, c’est une sorte de       fleur   iv    vers (josué avait lentement il pleut. j’ai vu la maintenant il connaît le 1- c’est dans       la ici, les choses les plus le pendu       ce ouverture de l’espace la littérature de diaphane est le mot (ou il ne reste plus que le approche d’une dans ce pays ma mère chaises, tables, verres, si tu es étudiant en       aux et il parlait ainsi dans la pour andré villers 1) j’ai longtemps carissimo ulisse,torna a ce jour-là il lui     sur la pente antoine simon 33       banlie       journ& on cheval passet li jurz, la noit est 1) notre-dame au mur violet antoine simon 25 charogne sur le seuilce qui antoine simon 5 a la fin il ne resta que       nuage les premières pour jean marie vertige. une distance    regardant nous serons toujours ces la bouche pure souffrance       dans au labyrinthe des pleursils pas facile d’ajuster le f tous les feux se sont       &n antoine simon 24 pour egidio fiorin des mots   ces sec erv vre ile       bonheu les durand : une   le 10 décembre f le feu s’est toutefois je m’estimais c’est parfois un pays "moi, esclave" a dans les hautes herbes la réserve des bribes on a cru à quatrième essai de   pour adèle et ainsi va le travail de qui (ô fleur de courge... dernier vers aoi       ( antoine simon 11       dans le lent tricotage du paysage       é paien sunt morz, alquant chercher une sorte de "ces deux là se et  riche de mes     extraire samuelchapitre 16, versets 1     " napolì napolì l’art n’existe franchement, pensait le chef, lorsqu’on connaît une la route de la soie, à pied, coupé le sonà faisant dialoguer « voici     tout autour antoine simon 2 là, c’est le sable et marché ou souk ou c’est ici, me tu le saiset je le vois       pav&ea   adagio   je  il y a le ma chair n’est "et bien, voilà..." dit     pourquoi guetter cette chose       entre  le grand brassage des j’ai perdu mon   je ne comprends plus c’est pour moi le premier la bouche pleine de bulles envoi du bulletin de bribes je ne saurais dire avec assez un besoin de couper comme de       les il en est des noms comme du le recueil de textes la communication est et ces ma mémoire ne peut me imagine que, dans la tes chaussures au bas de sainte marie,     quand rita est trois fois humble. leonardo rosa       &ccedi toute trace fait sens. que a la libération, les     de rigoles en quel ennui, mortel pour pluies et bruines, pour pierre theunissen la traquer       " station 5 : comment    7 artistes et 1     rien tandis que dans la grande j’ai parlé assise par accroc au bord de       reine mise en ligne d’un dernier vers que mort le "patriote", nice, le 30 juin 2000 dans l’effilé de pour maxime godard 1 haute       &agrav dernier vers s’il ils s’étaient     l’é     longtemps sur mougins. décembre bernadette griot vient de  le "musée prenez vos casseroles et violette cachéeton ce va et vient entre mais non, mais non, tu       sur neuf j’implore en vain la mort, l’ultime port, accorde ton désir à ta a propos de quatre oeuvres de antoine simon 10 un trait gris sur la       cerisi "nice, nouvel éloge de la       soleil marie-hélène arbre épanoui au ciel       &agrav pour martin nous lirons deux extraits de du fond des cours et des il ne sait rien qui ne va le soleil n’est pas       midi À max charvolen et martin antoine simon 15       dans depuis ce jour, le site qu’est-ce qui est en à la mémoire de les avenues de ce pays il existe au moins deux spectacle de josué dit sculpter l’air :       la karles se dort cum hume   un vendredi c’est la peur qui fait moisissures mousses lichens dernier vers aoi antoine simon 19 tout est possible pour qui de prime abord, il reprise du site avec la j’ai en réserve 10 vers la laisse ccxxxii sauvage et fuyant comme que d’heures       en ne pas négocier ne quatre si la mer s’est antoine simon 13 clers est li jurz et li       jardin   ces notes       ...mai jamais je n’aurais cher bernard dieu faisait silence, mais le vieux qui archipel shopping, la avant dernier vers aoi je ne sais pas si sequence 6   le la chaude caresse de quelque chose la cité de la musique  pour le dernier jour toulon, samedi 9 dernier vers aoi dans le train premier vedo la luna vedo le de la voudrais je vous la deuxième édition du une il faut dire les a supposer quece monde tienne torna a sorrento ulisse torna j’ai donné, au mois station 3 encore il parle la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Alocco, Marcel > Des écritures en Patchwork, tome 2

Max Charvolen, Martin Miguel et Serge Maccaferri travaillaient en relation depuis au moins deux ans quand la collaboration amorcée s’est élargie à Louis Chacallis, puis à Vivien Isnard. Quelques mois après, en mars 1970, à Nice, les cinq estimaient leurs convergences d’options plus fortes que certaines divergences apparentes ou réelles de leurs travaux, et ils formalisaient leurs échanges en créant le « Groupe 70 ». Pendant trois ans, ils confronteront leurs pratiques, participant ensemble, comme Groupe, à de nombreuses expositions : à Nice mais aussi au Musée de Céret, à Vence, Galerie A. de La Salle, à Grenoble, à Toulouse, à Limoges… et enfin dans le cadre de la Huitième Biennale de Paris (1973), manifestation après laquelle Chacallis et Isnard se séparant de leurs compagnons, le Groupe allait persister à trois, mais avec la collaboration critique régulière de Raphaël Monticelli.
 Quelques mois après le « Groupe 70 », en septembre, apparaissait à Paris un autre regroupement sur des positions voisines, tandis qu’un certain nombre de créateurs préféraient continuer une aventure solitaire. Tous avaient médité les positions de « B.M.P.T. » exprimées principalement par Michel Claura, Michel Parmentier et Daniel Buren – en octobre 1970 paraît « Limites Critiques » de Buren, (Ed Lambert, Paris). Ainsi le « Groupe 70 » partageait avec un certain nombre d’artistes, regroupés ou non, des préoccupations mettant en jeu la situation de l’œuvre (son « ex-poser ») et, dans leurs pratiques, le rapport matériel du pigment au subjectile en ses divers constituants. Mais eux prennent en compte plus particulièrement les effets de tensions, d’épaisseurs, de renversements ; ce qui allait les conduire rapidement à s’intéresser de façon concertée à la plasticité dans son implication à « l’ex-poser », donc à l’espace réel dans lequel se déploie la couleur et ses supports, dans le même temps où la pratique picturale prenait le pas sur le modèle pré-texte pour devenir le modèle de la peinture.
 Si cette propension à occuper l’espace, à développer la couleur en trois dimensions, a été évacuée ou atténuée chez les démissionnaires, le « Groupe 70 » actuel (Charvolen, Maccaferri, Miguel) persiste dans cette exploration, tandis que Chacallis a développé une gestualité appliquée à des modèles mythiques (Indiens, Derviches…) et Isnard une peinture simulant la figuration…
 L’exposition présentée cet automne 1986 par la Galerie Archétypes permettra, avec un aperçu des travaux récents de Chacallis, Charvolen, Isnard, Maccaferri et Miguel, de raviver dans nos mémoires leurs itinéraires et d’apprécier les écarts personnels survenus durant cette longue période, pour repenser peut-être plus précisément la place de chacun d’eux dans les arts plastiques depuis une quinzaine d’années.

 

Kanal n°25 octobre 1986
Publication en ligne : 7 octobre 2009
Première publication : octobre 1986 / article dans revue d’art

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette