BRIBES EN LIGNE
les éditions de la passe du toi, mésange à au matin du (ma gorge est une À perte de vue, la houle des gardien de phare à vie, au antoine simon 19 page suivante page     le cygne sur       dans le de l’autre m1         pour le prochain 1 2  dernier vers aoi je n’hésiterai 1 au retour au moment l’instant criblé sous l’occupation   les pour egidio fiorin des mots       deux pour alain borer le 26 le glacis de la mort non, björg, s’il À l’occasion de       bonheur textes mis en ligne en  si, du nouveau la mort, l’ultime port, page précédente retour pour nicolas lavarenne ma       les rafale       dans autre citation       et tu le ciel est clair au travers   ces sec erv vre ile page suivante ► page la mastication des il faut aller voir       fourmi&n       entre rafale       sur le   saint paul trois madame est toute ce qui importe pour je dors d’un sommeil de diaphane est le jamais si entêtanteeurydice et que dire de la grâce tout le problème page suivante ► page station 5 : comment page suivante ► page et tout avait       sous allons fouiller ce triangle tous ces charlatans qui       le  jésus après la lecture de cliquetis obscène des comme ce mur blanc       sur le  monde rassemblé ce qui aide à pénétrer le la littérature de       dans le il y a bien là, dans pourquoi yves klein a-t-il   pour olivier on cheval sixième       deux page suivante ► page c’est ici, me la légende fleurie est       une rimbaud a donc       grappes faisant dialoguer       avant pas de pluie pour venir je voudrais voir les arbres madame, c’est notre       journ&ea       deux       dans le accorde ton désir à ta josué avait un rythme il y a des objets qui ont la en ceste tere ad estet ja page suivante ► page ce qui fascine chez À propos de fata en laure et pétrarque comme "l’art est-il    si tout au long antoine simon 9       apparu rafale n° 3 des 1- nous sommes dehors. paroles de chaman tu pour jean marie sors de mon territoire. fais difficile alliage de textes mis en ligne en août     &nbs au rayon des surgelés bal kanique c’est  dans le livre, le il semble possible et si tu dois apprendre à       dans passet li jurz, la noit est ouverture de l’espace 1 2  page suivante ► r.m. a toi sculpter l’air : 1 2  immense est le théâtre et       devant       au       ( aller à la bribe suivante dernier vers aoi le pendu on a cru à       ma je serai toujours attentif à j’ai donné, au mois la route de la soie, à pied, il aurait voulu être nous serons toujours ces   encore une       la les amants se il arriva que cher.e.s ami.e.s vous pouvez etudiant à       le       banlieue 1) la plupart de ces paien sunt morz, alquant la brume. nuages   iv    vers page suivante ► page chercher une sorte de vedo la luna vedo le 1 2  journée de  il y a le châssis, quant carles oït la     double sequence moi cocon moi momie fuseau page suivante ► ce pays que granz fut li colps, li dux en dans le monde de cette  les trois ensembles deux nouveauté, <img852|left> forest   ciel !!!! sous ces étagements liquides passet li jurz, si turnet a rafale n° 10 ici titrer "claude viallat, page suivante ► page encore une citation “tu préparation des corps       s’       qui    tu sais et encore   dits me rafale n° 6 just do antoine simon 29 carles li reis en ad prise sa dieu faisait silence, mais equitable un besoin sonnerait textes mis en ligne en juin 1 2  l’heure de la comme c’est 1 2        un page suivante ► page suite du blasphème de voile de nuit à la   je n’ai jamais       force il n’est pire enfer que pour jacqueline moretti,       magnolia clere est la noit e la aller vers bribes, livres 1 l’une des dernières dernier vers aoi antoine simon 25 c’est la chair pourtant dans le train premier certains prétendent station 4 : judas        rampant 1 2  1 2  tous feux éteints. des quel ennui, mortel pour année 2018 ► année 2020 page précédente le café j’ai parlé pour accéder au texte, troisième essai textes mis en ligne en mai il y a des mots, mais comme cinq madame aux yeux page précédente retour la vie humble chez les (elle entretenait macao grise ...et la mémoire rêve patrick joquel vient de       fourr&ea commençons donc par le  tu ne renonceras pas.     oued coulant       la aller à la bribe suivante   marcel       dans tout mon petit univers en deux ce travail vous est année 2019 ► albert n’ayant pas ainsi va le travail de qui en introduction à haut var ► trois petits apaches : mes pensées restent antoine simon 12 (en regardant un dessin de       à douce est la terre aux yeux  pour le dernier jour    il j’ai travaillé branches lianes ronces     un mois sans textes mis en ligne en même si janvier 2002 .traverse nous dirons donc la rencontre d’une aller à la bribe suivante aller à la bribe suivante page précédente retour à lire chronogaphie (bribe 133 peinture de rimes. le texte       chaque       va ton face aux bronzes de miodrag au labyrinthe des pleursils edmond, sa grande antoine simon 6 des quatre archanges que madame des forêts de page suivante ► page       le madame, on ne la voit jamais       ".. antoine simon 18 dernier vers aoi un texte que j’ai les premières dans les carnets voudrais je vous il a surgi sans crier dernier vers aoi l’attente, le fruit dernier vers aoi   jn 2,1-12 : mise en ligne d’un toujours les lettres : deuxième essai textes mis en ligne en mars du bibelot au babil encore dernier vers aoi lu le choeur des femmes de         &n     faisant la buttati ! guarda  page suivante ► page       au fond 1 2  pour daniel farioli poussant  ce qui importe pour paysage de ta et c’était dans       la       ç       coude tu le sais et je le vois         madame est une   six formes de la pour accéder au texte, entr’els nen at ne pui 1 2  page suivante ► page « h&eacut       l’       je dernier vers aoi le musée des errances un pour michèle gazier 1)   (à toute une faune timide veille mult ben i fierent franceis e antoine simon 26 je n’aime pas ce monde.       allong&e  les éditions de   adagio   je <script     textes mis en ligne en     dans la rue la   pour théa et ses    seule au page suivante page commençons donc par page suivante ► page les plus terribles pour jean gautheron le cosmos nous lirons deux extraits de carles respunt : voir l’essai sur attention beau  zones gardées de thème principal : dernier vers aoi quelques textes   *   libre 1 2  aller à la bribe suivante aller à la bribe suivante hans freibach : c’est le grand antoine simon 10 dernier vers aoi       embarq chaque automne les reprise du site avec la c’est la peur qui fait jamais je n’aurais mougins. décembre       bâ toulon, samedi 9 si tu es étudiant en d’abord l’échange des de soie les draps, de soie on croit souvent que le but avant dernier vers aoi carissimo ulisse, torna a rafale n° 4 on le dentelle : il avait il ne s’agit pas de si j’étais un aller à la bribe suivante approche d’une 1 2  nous avancions en bas de pour andré villers 1) j’ai relu daniel biga, aller à la bribe suivante page suivante ► macles et à la bonne le geste de l’ancienne, Éléments -  de la trajectoire de ce ce texte m’a été       la dernier vers aoi dernier vers aoi l’heure de la       "j& pour accéder au pdf du 0- souviens-toi. sa station 7 : as-tu vu judas se pur ceste espee ai dulor e la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : BAUQUIER Georges /
Les dessins de Georges Bauquier
Publication en ligne : 15 mars 2008
/ Catalogue musée
Artiste(s) : Bauquier

“Dans le dessin d’après un objet -écrit Paul Valéry dans Degas, Danse, Dessin- il faut vouloir pour voir et cette vue voulue a le dessin pour fin et moyen à a fois.” C’est cette vue voulue que je retrouve dans toutes les réalisations de Georges Bauquier, c’est cette volonté du regard, cette méthode du voir, cette recherche active du monde qui produit l’œuvre comme un objet de la recherche… L’œuvre de Georges Bauquier, c’est l’œil qui fouille ce que la main pourrait toucher, ce qu’elle voudrait caresser et qu’elle caresse en effet, touchant et fouillant le papier de cette caresse déroutée, qui ne fait trace que de sa déroute, dont la trace appelle ou rappelle l’objet, l’œil, la main, la caresse et cet appel même dit qu’ils sont absents dans cette caresse à jamais suspendue, le dessin... C’est le temps passé à scruter les choses tandis que l’épaule, le bras, la main, les doigts, le corps, se font sismographe des infimes variations du réel, rendant, pendant ce temps, trait pour trait, ombre pour ombre, dans l’humilité passionnée à l’égard des choses du monde… L’œuvre de Georges Bauquier, c’est le lieu de cet étonnant renversement dans lequel le dessin ne se présente pratiquement jamais comme le lieu de l’incertitude, du balbutiement, du préalable ou du repentir ; il est d’emblée celui du fait, de l’œuvre, ce que confirme la vertigineuse maîtrise de l’encre, au point que, loin de faire figure d’étude ou synopie de l’œuvre peinte qui lui fait suite, le dessin s’affirme comme un véritable modèle, le réel concret de référence que la peinture va représenter. L’œuvre de Georges Bauquier est ainsi ce lieu où, humblement, l’artiste dépose les traces, les monuments, des humbles choses du monde : scènes des rues, fruits et objets divers (ces natures que nous appelons mortes et que l’anglais, moins paradoxal qu’il y paraît, nomme “still life”, encore en vie), vues, paysages, figures ; dans le dessin s’inscrit le monde et l’artiste et son corps qui en a permis l’inscription… En même temps qu’ils ancrent le monde dans l’œuvre, les objets que scrute et caresse le regard de l’artiste sont ce par quoi il s’ancre dans le monde ; rien sans doute ne le dit davantage que les dessins de souches et racines ; la série est datée des années 70-80 ; on en trouve toutefois les prémisses dès le début des années 30. Ce n’est pas le thème seul qui dit l’ancrage de l’artiste dans le monde et la terre, c’est le choix des pièces, la soumission libératoire à des formes on ne peut plus réalistes mais dont on imagine combien il serait vain de chercher à mesurer la ressemblance, l’infinie patience avec laquelle la main s’installe sur le papier, l’attention méticuleuse aux variations du bois, à ses accidents, à ses jeux avec la lumière, l’eau, la terre, c’est encore leur foncière ambigüité, double déracinement de ces racines, hors de terre et hors de leur concret, leur double enracinement, dans l’œil et le dessin, leur appel à toutes les absences : leur terre, leur tronc, leurs feuilles, leur floraison, leur air ; Michel Gaudet, dans sa préface à cette série dans le recueil “De l’Arbre” écrit : “Cette étude plénière (..) est une somme. Elle répond à l’éthique de Georges Bauquier…”. Les projets de Georges Bauquier deviennent immédiatement objets : ce qui chez d’autres est, et parfois reste, prévision ou préfiguration, est chez lui réalisation ; dans l’étude qu’il lui consacre, Jean Lescure dit qu’il est “cet ouvrier de la peinture et de la vie”... Double bâtisseur en effet pour qui le monde est là où il le convoque, là d’où il fait surgir le dessin.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP