BRIBES EN LIGNE
      l’ max charvolen, martin miguel le plus insupportable chez il y a bien là, dans la vie est ce bruissement en ceste tere ad estet ja         or       marche       juin nu(e), comme son nom       le vent vedo la luna vedo le quand vous serez tout antoine simon 3 percey priest lake sur les antoine simon 25 5) triptyque marocain coupé le son à dernier vers aoi cher bernard et que vous dire des  “ne pas pour m.b. quand je me heurte       je suis   maille 1 : que       ce pour martin vos estes proz e vostre  la toile couvre les mm si c’est ça creuser, pour jean marie ouverture de l’espace f toutes mes ecrire sur très saintes litanies     vers le soir  de même que les pour maxime godard 1 haute effleurer le ciel du bout des josué avait un rythme la fraîcheur et la       ton ce pays que je dis est       à a propos de quatre oeuvres de 1257 cleimet sa culpe, si   pour adèle et vi.- les amicales aventures …presque vingt ans plus le grand combat : j’ai parlé et si au premier jour il     extraire « pouvez-vous     les fleurs du je m’étonne toujours de la elle réalise des jamais je n’aurais     cet arbre que   si vous souhaitez   ciel !!!! au commencement était dans le pain brisé son non... non... je vous et nous n’avons rien       au       sur le dans un coin de nice,       le ciel d’un côté     depuis  pour de sauvage et fuyant comme       pav&eacu macles et roulis photo 7 dernier vers aoi les textes mis en ligne       " encore une citation “tu comme une suite de deuxième apparition dernier vers aoi ce qui aide à pénétrer le   je n’ai jamais abu zayd me déplait. pas genre des mots mauvais genre et…   dits       vu les un tunnel sans fin et, à       neige antoine simon 9 « amis rollant, de       allong&e antoine simon 32 vous n’avez je meurs de soif guetter cette chose dernier vers aoi pour premier vers aoi dernier antoine simon 30 a propos d’une il ne reste plus que le       bien a claude b.   comme une titrer "claude viallat, la fraîcheur et la f qu’il vienne, le feu au rayon des surgelés       et deuxième essai  hier, 17       la antoine simon 27       les 1- ai-je reçu une antoine simon 14       devant       dans la comment entrer dans une seul dans la rue je ris la       bâ nous avancions en bas de quelque chose très malheureux...     le cygne sur d’ eurydice ou bien de la mastication des commençons donc par le de l’autre         &n       le le lent déferlement depuis le 20 juillet, bribes today i eat my  ce qui importe pour sainte marie, la musique est le parfum de ce qui importe pour outre la poursuite de la mise     son macles et roulis photo 4 seins isabelle boizard 2005 able comme capable de donner le pendu mieux valait découper ce va et vient entre       les      & je découvre avant toi un homme dans la rue se prend       pass&eac       que de mult ben i fierent franceis e rafale n° 3 des je ne sais pas si le 23 février 1988, il comme c’est derniers vers sun destre ses mains aussi étaient je rêve aux gorges début de la mise en ligne de dans l’innocence des c’était une eurydice toujours nue à Éléments - madame aux rumeurs décembre 2001.       la il en est des noms comme du tromper le néant       droite quand les eaux et les terres j’ai perdu mon dernier vers aoi il ne sait rien qui ne va edmond, sa grande de la f les feux m’ont il ne s’agit pas de     longtemps sur la bouche pure souffrance le travail de bernard du bibelot au babil encore sur l’erbe verte si est       la       le       ruelle nice, le 18 novembre 2004 derniers       dans le       bonheu       au madame a des odeurs sauvages dernier vers aoi la deuxième édition du   la production il faut aller voir on trouvera la video cyclades, iii°       au soir thème principal : f le feu est venu, ardeur des reflets et echos la salle un jour, vous m’avez       l’ (ô fleur de courge... au labyrinthe des pleursils langues de plomb a la chercher une sorte de     pluie du j’oublie souvent et   iv    vers       nuage 1254 : naissance de <img852|left> forest   (dans le noble folie de josué, pour raphaël avec marc, nous avons       six autre petite voix un verre de vin pour tacher allons fouiller ce triangle le texte qui suit est, bien <script     quelques textes    de femme liseuse madame est une       enfant la poésie, à la commençons donc par nouvelles mises en nous savons tous, ici, que     les provisions dieu faisait silence, mais ce texte m’a été clquez sur       ma         tout en travaillant sur les un nouvel espace est ouvert la gaucherie à vivre,       en deux mougins. décembre c’est vrai attention beau s’égarer on envoi du bulletin de bribes ils avaient si longtemps, si       gentil le vieux qui       coude six de l’espace urbain,  au travers de toi je   l’oeuvre vit son troisième essai sept (forces cachées qui madame, vous débusquez     au couchant       apr&egra       l’ violette cachée ton rm, le 2/02/2018 j’ai fait et il fallait aller debout f le feu s’est le franchissement des       sabots depuis ce jour, le site je t’enlace gargouille je sais, un monde se       un dernier vers aoi reprise du site avec la   saint paul trois l’existence n’est les plus terribles lancinant ô lancinant il existe deux saints portant et ces essai de nécrologie, "école de errer est notre lot, madame, dernier vers aoi art jonction semble enfin       su lou antoine simon 2 (de)lecta lucta   religion de josué il dernier vers aoi   ces notes       allong&e quando me ne so itu pe deux mille ans nous pour julius baltazar 1 le paysage de ta saluer d’abord les plus pas même le galop du poème me rossignolet tu la bal kanique c’est et c’était dans dix l’espace ouvert au d’un bout à quand nous rejoignons, en la lecture de sainte chaises, tables, verres, je suis celle qui trompe de proche en proche tous       & viallat © le château de intendo... intendo ! le ciel de ce pays est tout il semble possible ajout de fichiers sons dans en cet anniversaire, ce qui       ce qui il faut laisser venir madame pour michèle auer et temps de pierres dans la au matin du dernier vers aoi un jour nous avons vous avez une errance de nous dirons donc antoine simon 26  au mois de mars, 1166 cinq madame aux yeux       est-ce ma chair n’est       la sous la pression des ma mémoire ne peut me il n’était qu’un le geste de l’ancienne,         rêves de josué, li emperere s’est             voyage  marcel migozzi vient de carles li reis en ad prise sa dernier vers aoi il s’appelait    il antoine simon 23 de toutes les  martin miguel vient les lettres ou les chiffres       reine avant même de commencer, lu le choeur des femmes de voici quelques années, je n’aime pas les gens       sur les       la neuf j’implore en vain temps de bitume en fusion sur       cette les photos et archives il était question non et ma foi, Ç’avait été la pour egidio fiorin des mots       le (elle entretenait onze sous les cercles     hélas, une fois entré dans la c’est la peur qui fait tant pis pour eux. le coeur du « ah ! mon face aux bronzes de miodrag       dans le station 5 : comment et encore   dits       l’ mesdames, messieurs, veuillez et si tu dois apprendre à « 8° de madame, on ne la voit jamais       m’ ] heureux l’homme je n’aime pas ce monde.       le poussées par les vagues       araucari beaucoup de merveilles normalement, la rubrique la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > A - C
<- Une oeuvre est née | Eloge du repentir ->
Les dessins de Georges Bauquier
Artiste(s) : Bauquier

“Dans le dessin d’après un objet -écrit Paul Valéry dans Degas, Danse, Dessin- il faut vouloir pour voir et cette vue voulue a le dessin pour fin et moyen à a fois.” C’est cette vue voulue que je retrouve dans toutes les réalisations de Georges Bauquier, c’est cette volonté du regard, cette méthode du voir, cette recherche active du monde qui produit l’œuvre comme un objet de la recherche… L’œuvre de Georges Bauquier, c’est l’œil qui fouille ce que la main pourrait toucher, ce qu’elle voudrait caresser et qu’elle caresse en effet, touchant et fouillant le papier de cette caresse déroutée, qui ne fait trace que de sa déroute, dont la trace appelle ou rappelle l’objet, l’œil, la main, la caresse et cet appel même dit qu’ils sont absents dans cette caresse à jamais suspendue, le dessin... C’est le temps passé à scruter les choses tandis que l’épaule, le bras, la main, les doigts, le corps, se font sismographe des infimes variations du réel, rendant, pendant ce temps, trait pour trait, ombre pour ombre, dans l’humilité passionnée à l’égard des choses du monde… L’œuvre de Georges Bauquier, c’est le lieu de cet étonnant renversement dans lequel le dessin ne se présente pratiquement jamais comme le lieu de l’incertitude, du balbutiement, du préalable ou du repentir ; il est d’emblée celui du fait, de l’œuvre, ce que confirme la vertigineuse maîtrise de l’encre, au point que, loin de faire figure d’étude ou synopie de l’œuvre peinte qui lui fait suite, le dessin s’affirme comme un véritable modèle, le réel concret de référence que la peinture va représenter. L’œuvre de Georges Bauquier est ainsi ce lieu où, humblement, l’artiste dépose les traces, les monuments, des humbles choses du monde : scènes des rues, fruits et objets divers (ces natures que nous appelons mortes et que l’anglais, moins paradoxal qu’il y paraît, nomme “still life”, encore en vie), vues, paysages, figures ; dans le dessin s’inscrit le monde et l’artiste et son corps qui en a permis l’inscription… En même temps qu’ils ancrent le monde dans l’œuvre, les objets que scrute et caresse le regard de l’artiste sont ce par quoi il s’ancre dans le monde ; rien sans doute ne le dit davantage que les dessins de souches et racines ; la série est datée des années 70-80 ; on en trouve toutefois les prémisses dès le début des années 30. Ce n’est pas le thème seul qui dit l’ancrage de l’artiste dans le monde et la terre, c’est le choix des pièces, la soumission libératoire à des formes on ne peut plus réalistes mais dont on imagine combien il serait vain de chercher à mesurer la ressemblance, l’infinie patience avec laquelle la main s’installe sur le papier, l’attention méticuleuse aux variations du bois, à ses accidents, à ses jeux avec la lumière, l’eau, la terre, c’est encore leur foncière ambigüité, double déracinement de ces racines, hors de terre et hors de leur concret, leur double enracinement, dans l’œil et le dessin, leur appel à toutes les absences : leur terre, leur tronc, leurs feuilles, leur floraison, leur air ; Michel Gaudet, dans sa préface à cette série dans le recueil “De l’Arbre” écrit : “Cette étude plénière (..) est une somme. Elle répond à l’éthique de Georges Bauquier…”. Les projets de Georges Bauquier deviennent immédiatement objets : ce qui chez d’autres est, et parfois reste, prévision ou préfiguration, est chez lui réalisation ; dans l’étude qu’il lui consacre, Jean Lescure dit qu’il est “cet ouvrier de la peinture et de la vie”... Double bâtisseur en effet pour qui le monde est là où il le convoque, là d’où il fait surgir le dessin.

Publication en ligne : 15 mars 2008
/ Catalogue musée

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP