BRIBES EN LIGNE
rêve, cauchemar, dentelle : il avait   un le franchissement des dernier vers aoi il aurait voulu être       aujour       m&eacu cher bernard antoine simon 10 antoine simon 29 ( ce texte a       mouett je t’enlace gargouille  dans toutes les rues       allong encore la couleur, mais cette macles et roulis photo 1 écoute, josué,       pass&e de la antoine simon 6 antoine simon 22       le le lourd travail des meules nécrologie je dors d’un sommeil de antoine simon 13 je ne sais pas si ici. les oiseaux y ont fait       l̵ "ah ! mon doux pays,   (à l’appel tonitruant du carmelo arden quin est une  la toile couvre les pas de pluie pour venir       dans f qu’il vienne, le feu pour mes enfants laure et les durand : une f le feu s’est toutes ces pages de nos si elle est belle ? je pour andré villers 1)   ces notes       la       le cinquième essai tout « e ! malvais       pass&e     du faucon       sur le la galerie chave qui ils avaient si longtemps, si le nécessaire non les dieux s’effacent pierre ciel titrer "claude viallat,       d&eacu on trouvera la video la mastication des       sur fontelucco, 6 juillet 2000 apaches : violette cachéeton ma chair n’est dans un coin de nice, nous dirons donc "pour tes       les       st       sur  les premières    7 artistes et 1       tourne       marche       gentil on croit souvent que le but  née à j’ai changé le pour martine pour maguy giraud et il était question non antoine simon 33 ils sortent au commencement était un titre : il infuse sa de profondes glaouis elle ose à peine     quand  “... parler une    nous voile de nuità la  un livre écrit       entre       la me j’ai ajouté   né le 7 difficile alliage de “dans le dessin       &agrav la vie humble chez les nous viendrons nous masser chaque jour est un appel, une   au milieu de clers fut li jurz e li la langue est intarissable macles et roulis photo 3 quand c’est le vent qui       la exode, 16, 1-5 toute religion de josué il af : j’entends je ne saurais dire avec assez dans les carnets une fois entré dans la pour yves et pierre poher et a propos de quatre oeuvres de dessiner les choses banales À la loupe, il observa       si grant dol ai que ne saluer d’abord les plus dieu faisait silence, mais pour le prochain basilic, (la À perte de vue, la houle des polenta ce qui fait tableau : ce     le cygne sur quelque chose légendes de michel f dans le sourd chatoiement le grand combat : ce qui aide à pénétrer le macles et roulis photo suite de       sur dernier vers aoi      courant pour m.b. quand je me heurte les dessins de martine orsoni       la les installations souvent,       la pie       le     rien max charvolen, martin miguel lu le choeur des femmes de       le r.m.a toi le don des cris qui pour anne slacik ecrire est un jour nous avons   1) cette de mes deux mains josué avait un rythme     chant de ki mult est las, il se dort vous dites : "un       la la musique est le parfum de ce pays que je dis est dernier vers aoi   entrons attendre. mot terrible.  “ne pas deux nouveauté, le samedi 26 mars, à 15 c’est la peur qui fait  les éditions de et que dire de la grâce le corps encaisse comme il toi, mésange à les avenues de ce pays       une i.- avaler l’art par       l̵ antoine simon 24 merle noir  pour       voyage         bien       aux il pleut. j’ai vu la l’évidence     sur la pente le bulletin de "bribes mi viene in mentemi  epître aux bribes en ligne a l’existence n’est j’ai en réserve     extraire "si elle est la question du récit paysage de ta tombe  et quel étonnant générations dernier vers aoi régine robin,     double le 15 mai, à     sur la  de même que les attelage ii est une œuvre souvent je ne sais rien de pour helmut non... non... je vous assure, et il parlait ainsi dans la heureuse ruine, pensait constellations et al matin, quant primes pert rossignolet tu la vous n’avez le temps passe si vite, percey priest lakesur les       je me avant propos la peinture est la bouche pleine de bulles et combien  il est des objets sur l’instant criblé villa arson, nice, du 17 dans ce périlleux       au 1.- les rêves de le coquillage contre madame, vous débusquez tout est prêt en moi pour il faut laisser venir madame un verre de vin pour tacher que reste-t-il de la ço dist li reis : références : xavier       &agrav les amants se toujours les lettres : en cet anniversaire, ce qui peinture de rimes. le texte hans freibach : deuxième on préparait « voici       cerisi (josué avait les plus vieilles et ma foi, preambule – ut pictura       vaches j’entends sonner les À peine jetés dans le un temps hors du m1       j’ai donc inoubliables, les dernier vers aoi bruno mendonça     faisant la 1257 cleimet sa culpe, si Éléments -       et antoine simon 7 ecrire les couleurs du monde madame est une torche. elle de pa(i)smeisuns en est venuz   d’un coté, il faut aller voir  ce qui importe pour       deux pour daniel farioli poussant il souffle sur les collines qu’est-ce qui est en     longtemps sur la danse de granz est li calz, si se troisième essai troisième essai et au lecteur voici le premier les textes mis en ligne  pour le dernier jour "mais qui lit encore le pour max charvolen 1) aux barrières des octrois       deux       dans etait-ce le souvenir trois (mon souffle au matin     l’é l’heure de la       rampan  tous ces chardonnerets       le  “comment   voici donc la au programme des actions li quens oger cuardise   est-ce que raphaël       juin station 4 : judas  dans le pain brisé son li emperere s’est (josué avait lentement tout en travaillant sur les torna a sorrento ulisse torna le 23 février 1988, il       le   pour théa et ses halt sunt li pui e mult halt soudain un blanc fauche le dix l’espace ouvert au le proche et le lointain "moi, esclave" a  tu vois im font chier la fraîcheur et la (ô fleur de courge... macao grise traquer tout le problème l’une des dernières aux george(s) (s est la cinq madame aux yeux quand sur vos visages les antoine simon 16  avec « a la temps de pierres ce genre des motsmauvais genre deux mille ans nous   la baie des anges grande lune pourpre dont les la vie est dans la vie. se autre petite voix les dernières       allong quand il voit s’ouvrir, à propos des grands       les       la antoine simon 12 bal kanique c’est À max charvolen et   saint paul trois essai de nécrologie, les cuivres de la symphonie sixième g. duchêne, écriture le onze sous les cercles pour lee tes chaussures au bas de quelque temps plus tard, de la terre a souvent tremblé dans les horizons de boue, de histoire de signes . antoine simon 20     de rigoles en charogne sur le seuilce qui       dans à dernier vers aoi cet article est paru dans le aucun hasard si se f le feu est venu,ardeur des bernadette griot vient de  dernier salut au mouans sartoux. traverse de d’abord l’échange des  marcel migozzi vient de       object a la fin il ne resta que langues de plomba la on dit qu’agathe  le grand brassage des l’ami michel le pendu       neige       journ& sur l’erbe verte si est lentement, josué c’est le grand 13) polynésie  les œuvres de il existe au moins deux  si, du nouveau pour angelo la fonction, dernier vers doel i avrat, rita est trois fois humble. mise en ligne dernier vers aoi     hélas,  on peut passer une vie     [1]  la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Boulanger, Pascal > Un ciel ouvert en toute saison

PASCAL BOULANGER

<- Tout est prêt en moi pour vous accueillir | ... Presque vingt ans plus tard... ->
Vous deux, c’est joie et inquiétude...
© Pascal Boulanger
Ecrivain(s) : Boulanger
Clefs : poésie

Vous deux, c’est joie et inquiétude, légèreté et déchirement.

L’amour que j’ai pour vous, je voudrais qu’il ne soit pas simplement un sentiment, mais aussi une puissance capable de triompher de la peur.

Une fois né, on n’a jamais tort de vivre.

Publication en ligne : 30 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette