BRIBES EN LIGNE
a dix sept ans, je ne savais       la mise en ligne religion de josué il 1- nous sommes dehors. ce qui fascine chez  il est des objets sur    regardant samuel chapitre 16, versets 1       jardin pour jean marie exode, 16, 1-5 toute     m2         grimpant que nos princes et empereurs       fleurett vue à la villa tamaris et la peur, présente nous avancions en bas de issent de mer, venent as l’éclair me dure, qu’est-ce qui est en folie de josué tout autre citation rafale n° 3 des ki mult est las, il se dort où l’on revient les lettres ou les chiffres  au travers de toi je  hier, 17   j’ai souvent f qu’il vienne, le feu       cette antoine simon 26       l’ pour helmut dans ma gorge bel équilibre et sa les plus vieilles tendresses ô mes envols la danse de a propos d’une c’est le grand nous viendrons nous masser toute trace fait sens. que       longtem passet li jurz, si turnet a ce monde est semé  martin miguel vient bernadette griot vient de madame chrysalide fileuse la langue est intarissable il en est des noms comme du pour andré temps de pierres dans la un trait gris sur la un nouvel espace est ouvert {{}} on trouvera la  je signerai mon le travail de bernard   se l’appel tonitruant du la liberté de l’être la terre nous temps de pierres     longtemps sur   ces notes       dans la       sur le cet univers sans       le le numéro exceptionnel de beatrice machet le intendo carthage, fille de la communication est       ton       dé dimanche 18 avril 2010 nous il aura fallu longtemps -       apparu dernier vers aoi dans le patriote du 16 mars dernier vers aoi       l’ antoine simon 23       journ&ea fragilité humaine. tout en travaillant sur les l’une des dernières seul dans la rue je ris la siglent a fort e nagent e le pendu lorsque martine orsoni antoine simon 7 dernier vers aoi a la fin   il ne resta la tentation du survol, à       deux et combien il ne sait rien qui ne va l’homme est à cri et à on croit souvent que le but dans l’effilé de         &n   « moi, baous et rious je suis 1- c’est dans ecrire les couleurs du monde janvier 2002 .traverse r.m. a toi le don des cris et je vois dans vos un besoin de couper comme de   un vendredi       " pour martine dernier vers aoi les grands dernier vers aoi madame déchirée       les d’ eurydice ou bien de "nice, nouvel éloge de la       au fond c’est extrêmement 5) triptyque marocain deux ce travail vous est fontelucco, 6 juillet 2000 première rupture : le agnus dei qui tollis peccata a toi le don des cris qui       coude autres litanies du saint nom au labyrinthe des pleursils je meurs de soif li emperere par sa grant à propos des grands preambule – ut pictura       deux au matin du il faut aller voir     vers le soir autre petite voix ce qui aide à pénétrer le 1.- les rêves de je voudrais voir les arbres       objectif quelque temps plus tard, de  le "musée il existe deux saints portant       en morz est rollant, deus en ad un homme dans la rue se prend il avait accepté       retourn& montagnes de chaises, tables, verres, à la mémoire   voudrais je vous a la libération, les       bonheu du fond des cours et des jamais je n’aurais madame est toute les photos et archives les textes mis en ligne       embarq      & il n’y a pas de plus       la le temps passe dans la antoine simon 2 ouverture de l’espace pour mes enfants laure et la nuit       descenda préparation des corps l’erbe del camp, ki merci à la toile de quando me ne so itu pe errer est notre lot, madame, marcel alocco a le désir de faire avec sur la toile de renoir, les g. duchêne, écriture le toi, mésange à madame, c’est notre ils s’étaient paysage de ta  “... parler une  l’entretien       aux dernier vers aoi       assis moi cocon moi momie fuseau "l’art est-il une image surgit traverse le le galop du poème me antoine simon 24 dernier vers aoi epuisement de la salle,       magnolia madame 1 madame est la       nuage juste un mot pour annoncer giovanni rubino dit pour mon épouse nicole       é troisième essai  “comment le plus insupportable chez quand les eaux et les terres j’ai changé le de pa(i)smeisuns en est venuz       ce ma voix n’est plus que cher bernard ainsi va le travail de qui des quatre archanges que tout est prêt en moi pour traquer station 1 : judas de proche en proche tous dans l’innocence des       le       le vent la poésie, à la la terre a souvent tremblé       m’ antoine simon 11 rafale mon travail est une je sais, un monde se de pareïs li seit la (dans mon ventre pousse une les gravures qui illustrent     pourquoi tu cliquetis obscène des mon cher pétrarque, pour marcel il tente de déchiffrer,  la lancinante li quens oger cuardise   six formes de la       le dernier vers aoi       au l’illusion d’une deuxième approche de       la ce qui importe pour     nous avions deux ajouts ces derniers attelage ii est une œuvre       sur les       marche antoine simon 12 macles et roulis photo 7 vous deux, c’est joie et régine robin, jamais si entêtanteeurydice les doigts d’ombre de neige    seule au la lecture de sainte dernier vers aoi violette cachée ton vous avez nous savons tous, ici, que huit c’est encore à le corps encaisse comme il « ah ! mon   d’un coté, tu le sais et je le vois  tu ne renonceras pas. tendresse du monde si peu  référencem d’un bout à si j’étais un toute une faune timide veille la pureté de la survie. nul je ne sais pas si l’art n’existe pas une année sans évoquer de profondes glaouis       j’ a claude b.   comme une (en regardant un dessin de       enfant accoucher baragouiner       baie quand il voit s’ouvrir, antoine simon 16 À max charvolen et grande lune pourpre dont les       le       sur le rossignolet tu la       neige rm, le 2/02/2018 j’ai fait       l’ pour julius baltazar 1 le antoine simon 10 la question du récit il y a des objets qui ont la clere est la noit e la       qui je n’hésiterai allons fouiller ce triangle       dans la clquez sur dernier vers aoi les étourneaux !  le livre, avec rafale tous ces charlatans qui « e ! malvais tandis que dans la grande merci au printemps des equitable un besoin sonnerait pour gilbert 0- souviens-toi. sa à         antoine simon 3 elle réalise des non, björg, s’il merle noir  pour max charvolen, martin miguel temps où les coeurs  dans le livre, le avez-vous vu le 2 juillet 2000   cher jouer sur tous les tableaux « mais qui lit    il 10 vers la laisse ccxxxii vedo la luna vedo le       pav&eacu corps nomades bouches station 3 encore il parle il en est des meurtrières. f dans le sourd chatoiement carmelo arden quin est une « tu sais ce que station 7 : as-tu vu judas se       va ton reprise du site avec la     double cinquième essai tout franchement, pensait le chef, heureuse ruine, pensait dernier vers aoi       bonheur et ma foi,   pour adèle et f le feu s’est       devant   3   

les sa langue se cabre devant le le glacis de la mort       il un titre : il infuse sa       et tu     cet arbre que l’existence n’est derniers vers sun destre       fourmi&n  on peut passer une vie carissimo ulisse, torna a   au milieu de       & je déambule et suis       à pour lee la rencontre d’une carissimo ulisse, torna a À perte de vue, la houle des tout est possible pour qui suite du blasphème de     oued coulant dans ce périlleux    7 artistes et 1 dans le train premier le tissu d’acier antoine simon 32 la littérature de       je « la musique, en 1958 ben ouvre à la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Badin, Paul > Pas à Pas

PAUL BADIN

<- Pas à Pas 78 | Pas à Pas 80 ->
Pas à Pas 79
© Paul Badin
Ecrivain(s) : Badin P.

La liberté de l’être libre fuit le progrès technologique. Son credo, encore et toujours : vivre dans un tonneau. Et encore… Diogène, aujourd’hui, a perdu son abri, lui aussi soumis aux spéculations de la bourse et du profit.

Publication en ligne : 8 octobre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP