BRIBES EN LIGNE
difficile alliage de       longte     sur la pour nicolas lavarenne ma la liberté de l’être normal 0 21 false fal   je ne comprends plus préparation des       l̵ madame a des odeurs sauvages       juin alocco en patchworck ©     un mois sans antoine simon 2  tu vois im font chier       &n a la fin il ne resta que       apparu    si tout au long nous dirons donc j’arrivais dans les   maille 1 :que bruno mendonça en introduction à suite de       que tout mon petit univers en il aurait voulu être cet univers sans chaque jour est un appel, une vous n’avez    il       la       dans antoine simon 31 ma mémoire ne peut me cinquième citationne     longtemps sur quand les mots À l’occasion de       parfoi       en se placer sous le signe de   (dans le la musique est le parfum de vi.- les amicales aventures       é "nice, nouvel éloge de la sur la toile de renoir, les madame des forêts de depuis ce jour, le site quai des chargeurs de temps de pierres dans la si grant dol ai que ne guetter cette chose très malheureux... bien sûr, il y eut derniers il faut laisser venir madame c’est une sorte de la vie est dans la vie. se       le antoine simon 17 pour andré antoine simon 33 sous l’occupation sept (forces cachées qui     au couchant je désire un un nouvel espace est ouvert     oued coulant   six formes de la si j’avais de son temps de bitume en fusion sur tes chaussures au bas de halt sunt li pui e mult halt dans l’innocence des josué avait un rythme     une abeille de       object dernier vers aoi la bouche pure souffrance il semble possible       au l’impression la plus 1 la confusion des  le "musée la légende fleurie est 1) la plupart de ces mult ben i fierent franceis e     chant de et nous n’avons rien les routes de ce pays sont vue à la villa tamaris je ne sais pas si ainsi va le travail de qui a dix sept ans, je ne savais pour andrée « voici   on n’est station 4 : judas        le tant pis pour eux. pour maguy giraud et       pourqu       pass&e       six mais jamais on ne ainsi fut pétrarque dans  dernières mises     hélas, tromper le néant         &n       assis le tissu d’acier le galop du poème me       l̵ a christiane             le       sur errer est notre lot, madame, printemps breton, printemps pas facile d’ajuster le j’ai relu daniel biga, et il parlait ainsi dans la dernier vers aoi la deuxième édition du cette machine entre mes dernier vers aoi leonardo rosa la poésie, à la pour martine la réserve des bribes je m’étonne toujours de la       entre une fois entré dans la 1- c’est dans au matin du       gentil       dans régine robin, temps où les coeurs       dans dans un coin de nice, abu zayd me déplait. pas    regardant (josué avait je ne saurais dire avec assez       pav&ea on dit qu’agathe a la libération, les       voyage       le       la j’ai donc accorde ton désir à ta les premières     &nbs la force du corps,       baie zacinto dove giacque il mio voudrais je vous je suis celle qui trompe       embarq f les marques de la mort sur sur l’erbe verte si est les cuivres de la symphonie juste un voile de nuità la la bouche pleine de bulles       sur     &nbs       fourr& quand les eaux et les terres “le pinceau glisse sur dans les horizons de boue, de samuelchapitre 16, versets 1 clers fut li jurz e li ne pas négocier ne torna a sorrento ulisse torna     chambre immense est le théâtre et  pour de pour ma       banlie je suis bien dans sainte marie,     le cygne sur clere est la noit e la madame dans l’ombre des quelque temps plus tard, de       st où l’on revient  “s’ouvre il en est des noms comme du réponse de michel spectacle de josué dit il existe deux saints portant       sur tout en travaillant sur les pur ceste espee ai dulor e   saint paul trois troisième essai et et ces       jonath deuxième antoine simon 28 avant dernier vers aoi  hors du corps pas li emperere s’est      & mise en ligne       fleur       ma douce est la terre aux yeux 1. il se trouve que je suis à propos “la deuxième approche de preambule – ut pictura poème pour tu le saiset je le vois       sur       bien soudain un blanc fauche le       retour pour raphaël j’écoute vos l’une des dernières du bibelot au babilencore une a la femme au le lourd travail des meules dernier vers aoi pour lee si j’étais un  au travers de toi je pour anne slacik ecrire est edmond, sa grande je serai toujours attentif à f le feu s’est       d&eacu de pa(i)smeisuns en est venuz de pareïs li seit la ce lu le choeur des femmes de       la       rampan (en regardant un dessin de    7 artistes et 1 il en est des meurtrières. toujours les lettres : g. duchêne, écriture le références : xavier dernier vers aoi ce qu’un paysage peut on préparait jamais je n’aurais     pluie du sauvage et fuyant comme À perte de vue, la houle des "ces deux là se je déambule et suis dimanche 18 avril 2010 nous antoine simon 9 deuxième apparition de dernier vers aoi mieux valait découper macles et roulis photo 1  “ne pas pour jean-louis cantin 1.-       arauca "ah ! mon doux pays, la pureté de la survie. nul   si vous souhaitez ajout de fichiers sons dans  les premières ki mult est las, il se dort elle disposait d’une même si l’instant criblé dernier vers aoi pour jean-marie simon et sa et si au premier jour il  dans le livre, le l’évidence ne faut-il pas vivre comme de la       les       ruelle       un "le renard connaît À la loupe, il observa titrer "claude viallat, la gaucherie à vivre, ço dist li reis : antoine simon 29       je quand il voit s’ouvrir, pas de pluie pour venir l’éclair me dure,     " f le feu s’est carles li reis en ad prise sa       ce       et   anatomie du m et toute une faune timide veille la mort, l’ultime port, marché ou souk ou il souffle sur les collines       soleil (dans mon ventre pousse une allons fouiller ce triangle c’est un peu comme si, montagnesde j’ai ajouté cliquetis obscène des madame déchirée sous la pression des f les feux m’ont f dans le sourd chatoiement le lent tricotage du paysage       sur et ma foi, karles se dort cum hume     extraire dernier vers aoi       p&eacu madame est une torche. elle pour max charvolen 1) vous avez sixième pluies et bruines, voici des œuvres qui, le  avec « a la tous feux éteints. des siglent a fort e nagent e paysage de ta tombe  et les plus terribles onze sous les cercles ici, les choses les plus il ne reste plus que le il n’était qu’un deuxième essai une autre approche de pour pierre theunissen la exacerbé d’air       l̵ frères et clers est li jurz et li c’est vrai la littérature de   se       la antoine simon 16 approche d’une       m̵ un soir à paris au tout est prêt en moi pour rien n’est plus ardu le "patriote", j’ai changé le       qui au rayon des surgelés et te voici humanité nous avons affaire à de  pour le dernier jour dans le pain brisé son comment entrer dans une comme c’est m1       dans le train premier       crabe- cher bernard antoine simon 5  c’était  dernier salut au c’est ici, me       neige normalement, la rubrique le temps passe si vite,  epître aux un jour nous avons le travail de bernard coupé en deux quand mougins. décembre       chaque il arriva que les grands folie de josuétout est rien n’est des conserves ! ils avaient si longtemps, si pour michèle gazier 1 si, il y a longtemps, les la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Badin, Paul > Pas à Pas

PAUL BADIN

<- Pas à Pas 72 | Pas à Pas 74 ->
Pas à Pas 73
© Paul Badin
Ecrivain(s) : Badin P.

Gardien de phare à vie, au large d’Ouessant. Une santé de fer, une curiosité insatiable et jamais une plainte. Un coeur de chêne et tout l’océan dans ses yeux mouillés d’embruns.

Publication en ligne : 2 octobre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette