BRIBES EN LIGNE
autre citation"voui     l’é   marcel aucun hasard si se       bonhe préparation des viallat © le château de       la li emperere par sa grant je suis celle qui trompe morz est rollant, deus en ad une autre approche de samuelchapitre 16, versets 1 antoine simon 11 (josué avait lentement alocco en patchworck © reflets et echosla salle « 8° de ainsi fut pétrarque dans a christiane nous dirons donc vous n’avez le temps passe si vite, aux george(s) (s est la pour philippe (ô fleur de courge...       fourmi livre grand format en trois et encore  dits imagine que, dans la juste un pas même   six formes de la quando me ne so itu pe     du faucon journée de       la les plus terribles les parents, l’ultime "et bien, voilà..." dit avec marc, nous avons c’est une sorte de inoubliables, les monde imaginal,       "       assis     à tout à fleur d’eaula danse pour andré villers 1) suite du blasphème de 1 au retour au moment       &n maintenant il connaît le toute trace fait sens. que cet article est paru dans le il en est des noms comme du     m2 &nbs ce qui importe pour intendo... intendo ! dernier vers que mort tous ces charlatans qui pour julius baltazar 1 le       sur lancinant ô lancinant 1257 cleimet sa culpe, si dernier vers s’il le recueil de textes madame est toute    de femme liseuse vertige. une distance je déambule et suis allons fouiller ce triangle f toutes mes des quatre archanges que normal 0 21 false fal deuxième apparition  hors du corps pas   adagio   je pour max charvolen 1) bribes en ligne a quelque temps plus tard, de il ne sait rien qui ne va       sur une errance de       grappe ce jour là, je pouvais une fois entré dans la       " f les rêves de li emperere s’est       alla les plus vieilles le nécessaire non dernier vers aoi je désire un on a cru à le lent déferlement deux nouveauté, premier vers aoi dernier merle noir  pour pour jacqueline moretti, cher bernard       sur abstraction voir figuration "ah ! mon doux pays, je découvre avant toi       aux     quand pour jean-marie simon et sa   encore une j’aime chez pierre la mastication des il souffle sur les collines       la  mise en ligne du texte la galerie chave qui le lourd travail des meules torna a sorrento ulisse torna  tous ces chardonnerets a la libération, les quelques textes l’art c’est la     le cet univers sans   né le 7 r.m.a toi le don des cris qui station 5 : comment       au la mort d’un oiseau. sequence 6   le seins isabelle boizard 2005 rimbaud a donc depuis le 20 juillet, bribes six de l’espace urbain, josué avait un rythme dans ce périlleux ce n’est pas aux choses antoine simon 9  le livre, avec     pourquoi c’est le grand bien sûrla pour alain borer le 26 réponse de michel le ciel est clair au travers de proche en proche tous la chaude caresse de de mes deux mains  tu vois im font chier le bulletin de "bribes l’éclair me dure,    nous religion de josué il lorsque martine orsoni la bouche pleine de bulles essai de nécrologie,       grimpa l’une des dernières sous la pression des antoine simon 6 chaque jour est un appel, une dernier vers aoi madame, c’est notre  référencem 0 false 21 18 toutefois je m’estimais     une abeille de  “ce travail qui nice, le 30 juin 2000 vos estes proz e vostre s’égarer on deuxième apparition de sixième iloec endreit remeint li os tout est prêt en moi pour vous avez grant est la plaigne e large       m̵   saint paul trois   maille 1 :que       le madame est la reine des la réserve des bribes écrirecomme on se       &agrav       l̵ f tous les feux se sont       gentil dimanche 18 avril 2010 nous  si, du nouveau nécrologie vi.- les amicales aventures       dans       le troisième essai et bientôt, aucune amarre arbre épanoui au ciel       voyage       dans ce 28 février 2002. deuxième     pluie du de tantes herbes el pre       ...mai       apparu À max charvolen et martin    si tout au long nos voix mult est vassal carles de ce texte m’a été pour martine, coline et laure les grands les installations souvent, dernier vers aoi un jour, vous m’avez l’impression la plus       les carcassonne, le 06 quand les mots saluer d’abord les plus       embarq traquer et te voici humanité polenta          en dernier vers aoi "moi, esclave" a bernard dejonghe... depuis un trait gris sur la madame, vous débusquez les avenues de ce pays tout mon petit univers en  c’était démodocos... Ça a bien un f le feu s’est buttati ! guarda&nbs (dans mon ventre pousse une       vaches       m̵       deux    tu sais sur la toile de renoir, les diaphane est le   la baie des anges rare moment de bonheur,       l̵       une outre la poursuite de la mise ce texte se présente et…  dits de issent de mer, venent as langues de plomba la       le mes pensées restent à la mémoire de       je sous l’occupation       reine carissimo ulisse,torna a il ne s’agit pas de les dieux s’effacent Être tout entier la flamme   si vous souhaitez toute une faune timide veille i en voyant la masse aux       dans vous êtes les cuivres de la symphonie j’ai relu daniel biga, spectacle de josué dit cinquième citationne au lecteur voici le premier fin première station 4 : judas  les enseignants : l’appel tonitruant du pour andré vous avez la lecture de sainte chercher une sorte de etait-ce le souvenir       sur le ki mult est las, il se dort a propos de quatre oeuvres de en cet anniversaire, ce qui       sur  on peut passer une vie passet li jurz, la noit est À max charvolen et antoine simon 21 il existe au moins deux cinq madame aux yeux             il patrick joquel vient de  “ne pas je n’ai pas dit que le  marcel migozzi vient de dernier vers aoi  monde rassemblé les textes mis en ligne coupé le sonà l’illusion d’une « e ! malvais fontelucco, 6 juillet 2000 la route de la soie, à pied, ce monde est semé je sais, un monde se       un antoine simon 29 temps de cendre de deuil de des voiles de longs cheveux  dans toutes les rues       l̵ dans l’effilé de       é " je suis un écorché vif. je dors d’un sommeil de       crabe- le passé n’est     &nbs douce est la terre aux yeux reprise du site avec la frères et la deuxième édition du mon cher pétrarque,       je me nu(e), comme son nom pour daniel farioli poussant       dans       cette c’est parfois un pays       jonath dans les hautes herbes dans l’innocence des si j’étais un     un mois sans la fraîcheur et la       sur l’évidence   3   

les et il parlait ainsi dans la dans les écroulements a propos d’une a toi le don des cris qui le "patriote",   je ne comprends plus il aurait voulu être i mes doigts se sont ouverts il n’est pire enfer que       devant madame chrysalide fileuse aux barrières des octrois raphaËl madame dans l’ombre des macles et roulis photo 4 montagnesde       &ccedi voile de nuità la avant dernier vers aoi quai des chargeurs de     depuis rêves de josué, de profondes glaouis    seule au dernier vers aoi       &agrav immense est le théâtre et mais jamais on ne la question du récit       le     le cygne sur “le pinceau glisse sur ils sortent voici des œuvres qui, le     après nice, le 8 octobre un besoin de couper comme de       dans       soleil       " rm : nous sommes en nous lirons deux extraits de       la je rêve aux gorges a la fin il ne resta que Ç’avait été la 1) notre-dame au mur violet tandis que dans la grande le ciel de ce pays est tout       droite chaises, tables, verres, la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Journée de paix entre deux tourmentes | Sur la plage ->
Fleur bleue électrique la chicorée sauvage
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

fleur bleu électrique la chicorée sauvage

tout le jour reste ouverte

sous le ciel qui promet la pluie

Publication en ligne : 2 octobre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette