BRIBES EN LIGNE
station 5 : comment   anatomie du m et station 3 encore il parle j’ai donc  les éditions de rm : nous sommes en deux ajouts ces derniers dans le train premier j’ai travaillé quand les eaux et les terres nous dirons donc   saint paul trois   jn 2,1-12 : ki mult est las, il se dort les amants se je déambule et suis antoine simon 7 le texte qui suit est, bien dorothée vint au monde les avenues de ce pays rossignolet tu la pour robert mon travail est une quatre si la mer s’est générations sous l’occupation       la nice, le 8 octobre     pourquoi comme ce mur blanc essai de nécrologie, dans les carnets je serai toujours attentif à antoine simon 19       ruelle bientôt, aucune amarre       " la liberté de l’être trois tentatives desesperees       sur "mais qui lit encore le       deux il souffle sur les collines     à al matin, quant primes pert mieux valait découper sixième il arriva que un tunnel sans fin et, à on préparait macles et roulis photo 6  tu ne renonceras pas.       ( au labyrinthe des pleursils     oued coulant       cet arbre que       la errer est notre lot, madame, réponse de michel       bruyan suite du blasphème de       " autre citation"voui immense est le théâtre et antoine simon 33 au commencement était le "patriote", troisième essai et       une les oiseaux s’ouvrent     l’é maintenant il connaît le sept (forces cachées qui le bulletin de "bribes dessiner les choses banales lu le choeur des femmes de cliquetis obscène des tu le sais bien. luc ne       fleure le passé n’est       l̵ des conserves ! ici. les oiseaux y ont fait  ce mois ci : sub lentement, josué bribes en ligne a petit matin frais. je te est-ce parce que, petit, on (en regardant un dessin de giovanni rubino dit et il parlait ainsi dans la macao grise bal kanique c’est villa arson, nice, du 17       l̵   d’un coté,       six       longte       l̵       je et il fallait aller debout tant pis pour eux. (josué avait ne faut-il pas vivre comme       &ccedi "la musique, c’est le       p&eacu       gentil       l̵ le galop du poème me temps de cendre de deuil de nice, le 18 novembre 2004 comment entrer dans une       un je t’ai admiré, poème pour dernier vers aoi f le feu m’a     depuis les dernières     surgi je me souviens de je reviens sur des       je 1) la plupart de ces       (       au antoine simon 3 lancinant ô lancinant ma voix n’est plus que (josué avait lentement       deux ils avaient si longtemps, si juste un     vers le soir a la fin il ne resta que d’abord l’échange des dans l’effilé de la prédication faite       banlie       soleil onze sous les cercles la pureté de la survie. nul       vu la fraîcheur et la antoine simon 11 histoire de signes . sixième le temps passe si vite, les dieux s’effacent      & approche d’une granz fut li colps, li dux en vi.- les amicales aventures la communication est quand vous serez tout   je ne comprends plus 1257 cleimet sa culpe, si a supposer quece monde tienne toutefois je m’estimais pour maxime godard 1 haute m1             allong je ne sais pas si voudrais je vous sables mes parolesvous c’était une carissimo ulisse,torna a le glacis de la mort travail de tissage, dans 0 false 21 18 le ciel est clair au travers   né le 7 au lecteur voici le premier le temps passe dans la langues de plomba la libre de lever la tête   iv    vers là, c’est le sable et il semble possible après la lecture de ainsi alfred… jouer sur tous les tableaux non... non... je vous assure, de pareïs li seit la       assis un titre : il infuse sa la mort, l’ultime port, 0 false 21 18 carissimo ulisse,torna a on peut croire que martine     son s’ouvre la       à ce merci à la toile de       la tout est prêt en moi pour       tourne     nous l’appel tonitruant du la rencontre d’une douze (se fait terre se les textes mis en ligne deux ce travail vous est antoine simon 12 jusqu’à il y a    seule au Éléments -       pass&e  de la trajectoire de ce “dans le dessin vous avez     ton ce jour-là il lui que d’heures violette cachéeton deuxième apparition seins isabelle boizard 2005       sur saluer d’abord les plus f dans le sourd chatoiement       é antoine simon 25 il avait accepté outre la poursuite de la mise À la loupe, il observa quelques textes dernier vers aoi sous la pression des à sylvie   encore une "tu sais ce que c’est nos voix       grappe etait-ce le souvenir et…  dits de charogne sur le seuilce qui ajout de fichiers sons dans fragilité humaine.   j’ai souvent  il est des objets sur f tous les feux se sont pas facile d’ajuster le bien sûrla quatrième essai de j’aime chez pierre très malheureux... 1- c’est dans le corps encaisse comme il       longte antoine simon 27 paysage de ta tombe  et  “... parler une pour jean marie a l’aube des apaches,   marcel       &agrav pour egidio fiorin des mots    tu sais "je me tais. pour taire. f les feux m’ont f j’ai voulu me pencher    de femme liseuse   (dans le derniers les enseignants : v.- les amicales aventures du pour michèle f le feu s’est "et bien, voilà..." dit cinq madame aux yeux       dans pour michèle aueret     une abeille de   est-ce que j’ai parlé dans les horizons de boue, de viallat © le château de       la aux barrières des octrois antoine simon 32 la littérature de souvent je ne sais rien de « voici       sur       pass&e       maquis temps de pierres       &agrav coupé en deux quand       cerisi vous deux, c’est joie et       apr&eg       "       & fin première halt sunt li pui e mult halt "nice, nouvel éloge de la antoine simon 29 qu’est-ce qui est en pour andrée portrait. 1255 : pour philippe le coeur du   je n’ai jamais ce qui aide à pénétrer le intendo... intendo ! le 28 novembre, mise en ligne écrirecomme on se   ces notes encore la couleur, mais cette « amis rollant, de 1-nous sommes dehors.       baie c’est ici, me pas une année sans évoquer    au balcon très saintes litanies une fois entré dans la de la raphaël sors de mon territoire. fais granz est li calz, si se       il       aux antoine simon 14     double       une antoine simon 30 il aurait voulu être ce texte m’a été avant dernier vers aoi       au certains prétendent  il y a le frères et envoi du bulletin de bribes l’erbe del camp, ki la bouche pure souffrance j’ai donné, au mois       aujour tous ces charlatans qui les plus terribles deuxième suite pour mireille et philippe epuisement de la salle,  au mois de mars, 1166 le 26 août 1887, depuis je dors d’un sommeil de  tu vois im font chier       les tout mon petit univers en       sur dernier vers aoi À perte de vue, la houle des couleur qui ne masque pas f toutes mes À peine jetés dans le       fourmi   au milieu de napolì napolì       chaque       le       "     le li emperere s’est f le feu s’est morz est rollant, deus en ad le tissu d’acier "ah ! mon doux pays, je t’enlace gargouille 1 la confusion des       montag   nous sommes il n’est pire enfer que la terre a souvent tremblé et que vous dire des     sur la pente dernier vers aoi   de mes deux mains je découvre avant toi   dits de   ciel !!!!       m̵ sur la toile de renoir, les       en il s’appelait première ainsi fut pétrarque dans reflets et echosla salle temps de pierres dans la la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Cultes

YVES UGHES

<- Prédication du 4 novembre 2007 | Prédication du 27 février 2011 ->
Prédication du 21 juin 2009
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)

Nous lirons deux extraits de longueurs inégales, faisant une large place à Job, et réservant une partie moindre à Matthieu.


JOB, Chapitre 19, versets 7 à 27.
Voici, je crie à la violence et nul ne me répond ; J’implore justice et point de justice !
Il m’a fermé toute issue, et je ne puis passer ; Il a répandu des ténèbres sur mes sentiers.
Il m’a dépouillé de ma gloire ; Il a enlevé la couronne de ma tête.
Il m’a brisé de toutes parts, et je m’en vais ; Il a arraché mon espérance comme un arbre.
Il s’est enflammé de colère contre moi, Il m’a traité comme l’un de ses ennemis.
Ses troupes se sont de concert frayé un chemin jusqu’à moi, Elles ont campé autour de ma tente.
Il a éloigné de moi mes frères, Et mes amis se sont détournés de moi ;
Je suis abandonné de mes proches, je suis oublié de mes intimes.
Je suis un étranger pour mes serviteurs et mes servantes, Je ne suis plus à leurs yeux qu’un inconnu.
J’appelle mon serviteur, et il ne répond pas ; Je le supplie de ma bouche, et c’est en vain.
Mon humeur est à charge à ma femme, Et ma plainte aux fils de mes entrailles, Si je me lève, je reçois leurs insultes.
Ceux que j’avais pour confidents m’ont en horreur, Ceux que j’aimais se sont retournés contre moi.
Mes os sont attachés à ma peau et à ma chair ; Il ne me reste que la peau des dents.
Ayez pitié, ayez pitié de moi, vous mes amis ! Car la main de Dieu m’a frappé.
Pourquoi me poursuivre comme Dieu me poursuit ? Pourquoi vous montrer insatiables de ma chair.
Oh, je voudrais que mes paroles soient écrites, qu’elles soient écrites dans un livre ;
Je voudrais qu’avec un burin de fer et du plomb Elle soient pour toujours gravées dans le roc…
Mais je sais que mon rédempteur est vivant, Et qu’il se lèvera le dernier sur la terre.
Quand ma peau sera détruite, il se lèvera ; Après que ma peau aura été détruite, moi même je contemplerai Dieu.
Je le verrai, et il me sera favorable ; Mes yeux le verront, et non ceux d’un autre
Mon âme languit d’attente au-dedans de moi.

Matthieu
C’est pourquoi, vous aussi, tenez-vous prêts, car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y pensez pas. (24, v44)
Mais si c’est un méchant serviteur, qui dise en lui-même : Mon maître tarde à venir, s’il se met à battre ses compagnons, s’il mange et boit avec les ivrognes, le maître de ce serviteur viendra le jour où il ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il le mettra en pièces, et lui donnera sa part avec les hypocrites : c’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents. (24, V48-51)




Le livre de Job et sa drôle de forme.
Ce livre se présente sous une forme qui a tout pour dérouter un lecteur inattendu de la Bible. Un étrange dialogue entre Dieu et Satan, qui vient de se promener sur la terre. Un sorte de pari sur un homme modèle d’intégrité et de foi, qui sera laissé à Satan. Et le test pourrait sembler cruel.
Et s’il s’agissait d’une œuvre s’approchant d’une représentation théâtrale ? une sorte de mise en scène, qui confronterait plusieurs forces, Dieu et Satan, et surtout la force de Job contre la parole de ses amis, contre le déferlement de paroles que lui assène ses amis.
On le sait une pièce de théâtre est souvent la représentation symbolique d’un texte qui appréhende, ou tente de le faire, un mystère qui nous échappe.
De fait, l’histoire de Job nous plonge au cœur du mystère qu’est la vie, au cœur d’une de ses composantes essentielles, le malheur qui prend pour forme la maladie, la mort.

Le malheur fond sur nous comme un aigle, il repart avec des béquilles. (Voltaire)
Point n’est question ici du malheur social, que nous ne connaissons que trop en ces temps réputés de crise. Les licenciements de ceux qui sont toujours appelés à payer les erreurs des autres, notamment des puissants demandent des ripostes sociales, des actions syndicales, et il ne saurait être question de s’appuyer sur un texte biblique pour justifier l’injustice et l’inscrire dans une fatalité sacrée.
Il me semble que Job évoque un malheur qui est intrinsèque à la vie de l’homme sur terre, celui qui se présente comme consubstantiel à sa présence. Etre. Etre présent sur terre. Porter cette présence en avant, tout ceci relève du plus grand mystère. La vie, comme la maladie, comme l’accablement s’inscrive dans l’ordre insolite de notre passage sur terre. Il nous faut bien admettre, malgré notre désir de vouloir tout comprendre, expliquer et mettre en ordre qu’il n’existe pas d’équation du malheur, ni de formule chimique pour dire la mort, sauf peut-être ces 39 grammes qui paraît-il sépare le corps vivant du corps inerte.
Inexplicable le souffle originel donné, ce fiat lux du début, inexplicable ce souffle retiré. Et la douleur, comme la mort font toujours office de scandale, car il nulle logique ne préside à leur distribution. Alors que des nouveaux-nés meurent, des centenaires grabataires attendent la mort et la souhaitent, où est la logique de tout ça ? Et Dieu, alors, que fait-il ? Voit-il pas tout ça ? pourrait pas mettre un peu d’ordre ? Et vous croyez, vous ?

Face au scandale de notre condition, la révolte ? la révolte permanente ?
Dans sa chanson « A mon dernier repas », J. Brel fait dire à son personnage « je veux encore lancer des pierres au ciel / en criant Dieu est mort, une dernière fois ».
De la rage traverse ces vers, du dépit également. Et disons-le fortement, la tentation est forte d’y céder parfois. Quand la mort frappe la splendeur d’une vie, quand l’enfant vient à disparaître, presque naturellement s’impose un « pourquoi » violent et insurrectionnel.
Et pourtant, si la révolte est ici à exclure cela tient à une seule raison : elle s’avère en fait totalement inopérante, inefficace. Face à la mort, au malheur qui tombe sur nous comme foudre se révolter revient à se convulsionner, à s’épuiser dans le vide, à se détruire finalement. Au bout de cette route, le nihilisme, la destruction contagieuse, la rage du désespoir, avec au bout du compte toutes les aventures personnelles et collectives qui conduisent à l’acharnement destructeur. On peut commencer par se plaindre de « l’inconvénient d’être né » et finir par hurler avec les loups « viva la muerte », la démarche est paradoxale, mais elle a fait, hélas, ses preuves.
Quand le personnage de Jacques Brel a lancé ses pierres, il veut qu’on le conduise au sommet de la colline, où « il aura peur une dernière fois ». Et la peur se présente comme le pire ferment des pires aventures. Si le chanteur s’en est bien sorti, et a su nous composer la chanson des vieux amants, on sait que la peur ouverte par la mort de Dieu a offert des troupes et des troupes à des Duce, Führer et Caudillo qui se chargeaient de les rassurer à leur façon.
La mort de Dieu a souvent pour corollaire l’adoration de demi-dieux totalement totalitaires.

Job est désemparé, mais possède un point d’ancrage, et cela paraît inadmissible.
Certes le texte se présente parfois comme compulsif et on ne voit pas comment il pourrait en être autrement. Job est humain, comme nous il est frappé de plein fouet en plein vol, en plein bonheur, il est dans l’ordre de nos fibres de douter, de s’interroger, et de hurler la douleur de ses tripes, jusqu’à en produire des versets totalement débridés.
Que l’on relise son texte et l’on y découvrira toutes les formes de la douleur, le malheur agit en chaîne, provoque l’exclusion. Ce qui me frappe le plus est le silence qu’il rencontre. Voilà, je crie à la violence et nul me répond. J’implore la justice et point de justice. Mes amis se sont détournés de moi.
Tout se déroule comme si Job avait pour un temps cédé à la révolte intempestive, il n’a reçu en retour que le silence, l’isolement, l’exil en son propre pays. Crier isole. Crier écarte les autres. Ce n’est pas la bonne voie.

Les amis qui demeurent autour de lui jouent un rôle important dans la dramaturgie : ils souhaitent trouver une logique à tout ça. A l’origine doit bien se trouver un péché. Tout s’expliquerait alors par la logique de la justice distributive. Dieu punit, Dieu fait le bien, selon les œuvres, les actions les péchés. Nous retrouvons bien en ce raisonnement la tentation de la mise en équation. Ah, si nous pouvions enfermer Dieu dans une logique qui nous ressemble, dans une image qui nous rassurerait parce que nous la maîtriserions enfin, à quel confort confessionnel pourrions-nous accéder !

Mais la foi est dérangeante, pour toute une vie. Et c’est dans ce dérangement perpétuel qu’elle est fertile. On n’entre pas au Temple avec des certitudes en forme de pantoufles ; ici, pas de charentaises testamentaires.

Et Job, contre toute attente, nous perturbe du fond de son malheur, son discours se brise et voici que cet homme à demi-enterré se met à user du futur, et ce futur de l’indicatif est particulièrement porteur « mais je sais que mon rédempteur est vivant, et qu’il se lèvera le dernier sur la terre »… « je le verrai, il me sera favorable ».
En ces paroles se trouve la merveille de notre foi, de cette confiance qui nous réunit. Face aux déferlements de malheurs, face à un monde épouvanté, nous avons en nous cette certitude qui nous somme d’aller de l’avant, de marcher, de rester avec les autres, et de bâtir avec eux des espaces de fraternité. Cela passe par les chrétiens, mais aussi par des athées, des syndicalistes, des militants…qu’importe, l’essentiel est que demeure cette volonté d’avenir, ce désir de futur qui construit, réunit, fait les hommes meilleurs dans l’espoir et dans l’action commune.
Pour nous ce point d’ancrage, ce rocher totalement inattendu qui surgit au cœur de la tempête que subit Job a pour nom Jésus-Christ.
« C’est pourquoi, vous aussi, tenez-vous prêts, car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y pensez ».
des esprits réducteurs ou malins pourrait voir en ces lignes une menace. Tout le contexte des Evangiles dit le contraire. Se tenir prêts, qu’est-ce à dire ? Non pas attendre dans la peur, trembler. Se tenir prêts revient à dire : une présence est là, d’ores et déjà, parmi nous, dans le chaos du monde. Elle nous structure dans l’espoir d’une venue annoncée, mais elle nous structure dès maintenant, dans nos malheurs. Afin que ces malheurs –inscrits dans le mystère même de la vie- ne nous détruisent pas. L’annonce qui nous est faite, souligne une présence qui nous empêche de tomber dans le pire, le désespoir et la destruction contagieuse. Nous avons un futur, nous y allons, à tâtons, en jouant à saute-moutons avec les obstacles, portés que nous sommes par le désir de résister.
Le monde dès lors s’ouvre et le malheur se dépasse. Contre les grincheux et les prophètes de malheur, je terminerai en vous invitant à méditer cette phrase de Simone Weil : tous les mouvements naturels de l’âme sont régis par des lois analogues à celles de la pesanteur matérielle. La grâce seule fait exception. Dans notre quotidien, acceptons-le, acceptons-là. Amen.


Publication en ligne : 19 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette