BRIBES EN LIGNE
  la production       arauca je suis celle qui trompe antoine simon 11  les premières antoine simon 3 me livre grand format en trois sept (forces cachées qui exacerbé d’air       dans je n’ai pas dit que le       jonath elle réalise des   l’oeuvre vit son les routes de ce pays sont on dit qu’agathe pour anne slacik ecrire est pourquoi yves klein a-t-il nous lirons deux extraits de intendo... intendo ! le travail de bernard c’est vrai troisième essai pour martin l’erbe del camp, ki   (dans le quatre si la mer s’est     sur la pente le franchissement des ( ce texte a monde imaginal, à propos des grands dans ce périlleux il s’appelait et si tu dois apprendre à journée de a dix sept ans, je ne savais       le       en j’ai donné, au mois dans le train premier et combien le lourd travail des meules je suis occupé ces de toutes les       un dernier vers aoi "mais qui lit encore le       l̵ j’ai parlé etait-ce le souvenir reflets et echosla salle       parfoi lorsqu’on connaît une (en regardant un dessin de même si toute trace fait sens. que sors de mon territoire. fais       sur et voici maintenant quelques branches lianes ronces  avec « a la et nous n’avons rien sculpter l’air : je suis les étourneaux !       p&eacu     oued coulant le grand combat : quand les eaux et les terres se placer sous le signe de c’est un peu comme si, est-ce parce que, petit, on "pour tes quelque temps plus tard, de     cet arbre que les parents, l’ultime a toi le don des cris qui six de l’espace urbain, tous ces charlatans qui très saintes litanies leonardo rosa spectacle de josué dit les grands ce qui importe pour quand nous rejoignons, en une il faut dire les la route de la soie, à pied, max charvolen, martin miguel j’ai changé le tout mon petit univers en     surgi ce qui aide à pénétrer le       au deuxième suite       deux au programme des actions li emperere s’est       m̵ la bouche pure souffrance 1-nous sommes dehors.       deux f tous les feux se sont arbre épanoui au ciel         &n de tantes herbes el pre  le livre, avec l’impression la plus « voici fin première   si vous souhaitez il pleut. j’ai vu la très malheureux...       "       reine il faut laisser venir madame en introduction à preambule – ut pictura traquer dernier vers aoi franchement, pensait le chef, bernadette griot vient de j’ai perdu mon le tissu d’acier le 28 novembre, mise en ligne bruno mendonça pour philippe jouer sur tous les tableaux jamais je n’aurais       quinze passet li jurz, la noit est pour robert   pour adèle et antoine simon 6 au seuil de l’atelier l’homme est pour helmut je meurs de soif       pav&ea il avait accepté 1- c’est dans dentelle : il avait j’aime chez pierre l’ami michel   adagio   je       les       sur       droite je n’hésiterai laure et pétrarque comme  “... parler une   pour olivier pour andré et je vois dans vos temps de cendre de deuil de epuisement de la salle, si j’étais un       " il aurait voulu être avant propos la peinture est    en moi cocon moi momie fuseau béatrice machet vient de pour gilbert       un    courant à propos “la   3   

les carles respunt : f le feu m’a de la madame, vous débusquez pour yves et pierre poher et comme un préliminaire la  martin miguel vient       tourne lorsque martine orsoni il existe deux saints portant pour andrée     une abeille de À la loupe, il observa antoine simon 16 la terre nous sur la toile de renoir, les       les       bruyan le temps passe dans la raphaël de profondes glaouis dans un coin de nice,       fourr&       force 7) porte-fenêtre       l̵ carcassonne, le 06 accoucher baragouiner mi viene in mentemi dernier vers aoi         voyage la musique est le parfum de le vieux qui pure forme, belle muette, pour       le     le cygne sur antoine simon 19 station 1 : judas dans la caverne primordiale       sur   le 10 décembre     hélas, d’un côté       assis     les provisions il en est des meurtrières. merci à la toile de   pour théa et ses ce qui fait tableau : ce cet univers sans       coude       le  pour jean le le passé n’est   dits de dernier vers aoi pour martine, coline et laure carissimo ulisse,torna a voici des œuvres qui, le elle ose à peine       les de l’autre       grappe et…  dits de f le feu s’est  “la signification bal kanique c’est l’existence n’est dernier vers aoi le 23 février 1988, il   on n’est   entrons c’est extrêmement les lettres ou les chiffres clers est li jurz et li (vois-tu, sancho, je suis le geste de l’ancienne, douce est la terre aux yeux prenez vos casseroles et       au pour michèle tout le problème  le grand brassage des le corps encaisse comme il       bonheu reprise du site avec la nous avancions en bas de giovanni rubino dit les cuivres de la symphonie   est-ce que et que dire de la grâce       fourr&       &agrav deuxième essai (dans mon ventre pousse une ce pays que je dis est merle noir  pour vous dites : "un quai des chargeurs de dix l’espace ouvert au       & si elle est belle ? je aucun hasard si se maintenant il connaît le le plus insupportable chez « pouvez-vous macles et roulis photo 6 n’ayant pas dernier vers aoi       cerisi martin miguel art et dernier vers aoi comme une suite de       avant passet li jurz, si turnet a  je signerai mon dernier vers aoi le temps passe si vite, chaque automne les pour maxime godard 1 haute     depuis au lecteur voici le premier       bonhe       je de pa(i)smeisuns en est venuz les enseignants : ecrire sur tes chaussures au bas de le pendu fontelucco, 6 juillet 2000 i.- avaler l’art par j’entends sonner les l’évidence à la bonne je suis bien dans  epître aux macles et roulis photo 7 je crie la rue mue douleur a claude b.   comme À perte de vue, la houle des alocco en patchworck © il n’est pire enfer que       au     double  monde rassemblé des voiles de longs cheveux il faut aller voir trois tentatives desesperees dans le respect du cahier des le lent tricotage du paysage la brume. nuages mon cher pétrarque,       le     rien       quand       sur le  les œuvres de       glouss à la mémoire de       allong pour michèle gazier 1) antoine simon 29  les trois ensembles chaises, tables, verres, les dessins de martine orsoni pour frédéric peinture de rimes. le texte       juin si j’avais de son       &eacut la vie est dans la vie. se il ne s’agit pas de sur l’erbe verte si est l’heure de la des conserves ! il arriva que   que signifie       " Éléments -       six toujours les lettres : ce qui fascine chez 5) triptyque marocain     nous  si, du nouveau a grant dulur tendrai puis rêves de josué,       une dans les carnets    regardant la vie est ce bruissement       &n ne faut-il pas vivre comme autre citation 0 false 21 18 ma mémoire ne peut me ...et poème pour af : j’entends rossignolet tu la "ces deux là se dans le monde de cette   en grec, morías ce va et vient entre     un mois sans       nuage pour angelo    tu sais des quatre archanges que ce paysage que tu contemplais       le pour alain borer le 26 le 19 novembre 2013, à la sous la pression des le recueil de textes station 5 : comment li emperere par sa grant ils s’étaient antoine simon 25 quand il voit s’ouvrir,  dernier salut au  il est des objets sur  la toile couvre les       journ& il n’était qu’un la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Boulanger, Pascal > Un ciel ouvert en toute saison

PASCAL BOULANGER

<- Quand vous serez tout simplement là | C’est pour moi le premier jour de la création ->
J’entends sonner les secondes
© Pascal Boulanger
Ecrivain(s) : Boulanger
Clefs : poésie

J’entends sonner les secondes. Je ne respire plus… Vous voilà, toutes petites et toutes fragiles dans mes bras.

Depuis, j’ai beau faire, j’ai beau ne pas faire : toutes mes sensations dépendent des vôtres. Je suis comme cette branche que le vent courbe, que la lumière éclaire.

Bonheur de ne plus être seul depuis votre naissance.

Publication en ligne : 27 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette