BRIBES EN LIGNE
    &nbs       les en cet anniversaire, ce qui de toutes les tout est prêt en moi pour pour frédéric d’ eurydice ou bien de       ( pour philippe       grappe c’était une       le halt sunt li pui e mult halt merci au printemps des  zones gardées de guetter cette chose je rêve aux gorges antoine simon 12 la communication est de mes deux mains       &n       ce madame porte à issent de mer, venent as       &n "pour tes grande lune pourpre dont les  au mois de mars, 1166 ouverture de l’espace viallat © le château de normalement, la rubrique       et tu dernier vers aoi le bulletin de "bribes attention beau ecrire les couleurs du monde la rencontre d’une les amants se la danse de dernier vers aoi   le texte suivant a sables mes parolesvous un tunnel sans fin et, à station 3 encore il parle       l̵       un pour michèle comme un préliminaire la antoine simon 14 encore une citation“tu dernier vers aoi soudain un blanc fauche le l’art c’est la deux mille ans nous       sous pure forme, belle muette, al matin, quant primes pert station 1 : judas mise en ligne d’un       la       dans dessiner les choses banales       au able comme capable de donner ce jour-là il lui de soie les draps, de soie       il violette cachéeton antoine simon 21 je sais, un monde se rêves de josué,  dernières mises     quand deuxième c’est vrai à cri et à ajout de fichiers sons dans pour maxime godard 1 haute dernier vers aoi cet univers sans avant propos la peinture est présentation du   un vendredi antoine simon 2   né le 7 dernier vers aoi ce qui fascine chez il pleut. j’ai vu la diaphane est le noble folie de josué, c’est la distance entre dernier vers aoi autres litanies du saint nom la vie est dans la vie. se       la dernier vers doel i avrat, non... non... je vous assure, franchement, pensait le chef, souvent je ne sais rien de la musique est le parfum de dix l’espace ouvert au les doigts d’ombre de neige antoine simon 9 les oiseaux s’ouvrent la cité de la musique antoine simon 23    seule au ….omme virginia par la   ces sec erv vre ile       la Être tout entier la flamme intendo... intendo ! la fraîcheur et la le passé n’est dans le train premier       dans gardien de phare à vie, au vous dites : "un c’est la peur qui fait ce qui fait tableau : ce le galop du poème me       quinze tes chaussures au bas de dernier vers aoi sur l’erbe verte si est le 2 juillet lorsque martine orsoni  pour de nous avancions en bas de dans le monde de cette moi cocon moi momie fuseau même si « voici       la 1- c’est dans       &agrav deuxième apparition reflets et echosla salle dernier vers aoi  “comment beaucoup de merveilles essai de nécrologie, à       je il existe au moins deux s’égarer on   nous sommes       pav&ea         &n pour mes enfants laure et de tantes herbes el pre j’arrivais dans les       m&eacu pierre ciel c’est ici, me ce texte se présente       une f le feu s’est a dix sept ans, je ne savais temps de pierres vous avez il n’est pire enfer que 0 false 21 18       deux trois (mon souffle au matin madame dans l’ombre des l’homme est madame aux rumeurs ici. les oiseaux y ont fait tu le saiset je le vois  tous ces chardonnerets raphaël     extraire jamais si entêtanteeurydice des conserves ! dans les hautes herbes écoute, josué, le grand combat :       aux       " assise par accroc au bord de pour       la  hors du corps pas       je me       et très malheureux... nice, le 18 novembre 2004     du faucon autre essai d’un     l’é   on n’est avec marc, nous avons inoubliables, les là, c’est le sable et       ce dernier vers aoi   le 10 décembre   ciel !!!! "l’art est-il et c’était dans moisissures mousses lichens au rayon des surgelés       nuage de pareïs li seit la quando me ne so itu pe vedo la luna vedo le apaches :       tourne (vois-tu, sancho, je suis « 8° de       descen       je  tu vois im font chier je ne saurais dire avec assez       &agrav en 1958 ben ouvre à la liberté de l’être dire que le livre est une     cet arbre que le lent tricotage du paysage ce va et vient entre “dans le dessin       dans fontelucco, 6 juillet 2000       avant       dans vertige. une distance carissimo ulisse,torna a     depuis la liberté s’imprime à le temps passe dans la (ô fleur de courge... macles et roulis photo envoi du bulletin de bribes descendre à pigalle, se       bonheu ma voix n’est plus que mouans sartoux. traverse de antoine simon 20 première    en cette machine entre mes a propos de quatre oeuvres de certains prétendent le géographe sait tout     tout autour toujours les lettres :       apparu comment entrer dans une c’est extrêmement  epître aux madame des forêts de pour martine pour pierre theunissen la antoine simon 3 il ne s’agit pas de au labyrinthe des pleursils edmond, sa grande tout est possible pour qui toutes ces pages de nos se reprendre. creuser son un jour, vous m’avez “le pinceau glisse sur une il faut dire les la tentation du survol, à dans les carnets fragilité humaine. mise en ligne le 15 mai, à ce n’est pas aux choses       parfoi   est-ce que rm : nous sommes en et tout avait dentelle : il avait       fleur       voyage       cerisi le corps encaisse comme il a l’aube des apaches, le 19 novembre 2013, à la       le madame est une torche. elle il y a dans ce pays des voies m1       j’aime chez pierre lu le choeur des femmes de       un     les fleurs du cinquième essai tout chaque jour est un appel, une       le à propos “la le lourd travail des meules       l̵  il est des objets sur rita est trois fois humble. dernier vers aoi spectacle de josué dit       fourr& immense est le théâtre et approche d’une pas sur coussin d’air mais   dits de la réserve des bribes       gentil       le 23 février 1988, il       le     hélas,       droite bruno mendonça me pour andré villers 1) dans un coin de nice, mais jamais on ne  le grand brassage des       neige       " constellations et     à quelques autres   3   

les journée de faisant dialoguer     un mois sans (josué avait lentement     son après la lecture de exacerbé d’air libre de lever la tête       la au commencement était ensevelie de silence, a christiane     nous quand sur vos visages les dernier vers aoi où l’on revient 1 au retour au moment la mort d’un oiseau. madame chrysalide fileuse rm : d’accord sur     pourquoi les premières les avenues de ce pays chercher une sorte de le nécessaire non nu(e), comme son nom folie de josuétout est dernier vers aoi travail de tissage, dans béatrice machet vient de autre citation"voui       au c’est un peu comme si,       l̵ démodocos... Ça a bien un       le       st marie-hélène c’est seulement au j’ai longtemps je ne peins pas avec quoi, pour jacqueline moretti, vous avez       l̵ aucun hasard si se       le  ce qui importe pour le 26 août 1887, depuis       sur le   j’ai souvent qu’est-ce qui est en nous lirons deux extraits de sur la toile de renoir, les     de rigoles en   jn 2,1-12 : quand les eaux et les terres ce 28 février 2002. vos estes proz e vostre et nous n’avons rien pour alain borer le 26 de sorte que bientôt la vie humble chez les ma chair n’est bientôt, aucune amarre       m̵       jardin       le la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Boulanger, Pascal > Un ciel ouvert en toute saison

PASCAL BOULANGER

<- Quand vous serez tout simplement là | C’est pour moi le premier jour de la création ->
J’entends sonner les secondes
© Pascal Boulanger
Ecrivain(s) : Boulanger
Clefs : poésie

J’entends sonner les secondes. Je ne respire plus… Vous voilà, toutes petites et toutes fragiles dans mes bras.

Depuis, j’ai beau faire, j’ai beau ne pas faire : toutes mes sensations dépendent des vôtres. Je suis comme cette branche que le vent courbe, que la lumière éclaire.

Bonheur de ne plus être seul depuis votre naissance.

Publication en ligne : 27 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette