BRIBES EN LIGNE
première grande lune pourpre dont les       voyage madame est toute  “la signification rêve, cauchemar,       jardin carissimo ulisse,torna a dernier vers aoi   (la numérotation des       nuage  le livre, avec se placer sous le signe de un tunnel sans fin et, à  de même que les béatrice machet vient de c’est seulement au maintenant il connaît le merci à la toile de f les feux m’ont  improbable visage pendu traquer station 3 encore il parle       la la fraîcheur et la o tendresses ô mes     m2 &nbs et que vous dire des       sur       dans a christiane et combien violette cachéeton       sur pour maguy giraud et     &nbs l’erbe del camp, ki "tu sais ce que c’est difficile alliage de dans l’effilé de en introduction à constellations et       ma autres litanies du saint nom il y a tant de saints sur je m’étonne toujours de la    si tout au long vertige. une distance       la au rayon des surgelés attendre. mot terrible. dans les carnets       l̵ quand sur vos visages les où l’on revient les routes de ce pays sont       jonath couleur qui ne masque pas   au milieu de 1- c’est dans madame, vous débusquez       la       parfoi je t’enlace gargouille       pav&ea   je n’ai jamais     une abeille de si tu es étudiant en       fourr&     rien ecrire les couleurs du monde mon cher pétrarque, dernier vers aoi vous êtes granz fut li colps, li dux en       reine "moi, esclave" a     sur la pente cet univers sans si grant dol ai que ne vous avez il ne s’agit pas de dernier vers aoi pour m.b. quand je me heurte "si elle est encore la couleur, mais cette       dans     vers le soir bribes en ligne a le coquillage contre j’ai changé le fragilité humaine.       le certains prétendent  référencem si, il y a longtemps, les À l’occasion de ce texte se présente   iv    vers frères et il est le jongleur de lui       "  je signerai mon       la pure forme, belle muette, pour pierre theunissen la       ...mai dans le respect du cahier des et ma foi, c’est un peu comme si, de soie les draps, de soie  avec « a la     " pour julius baltazar 1 le je suis occupé ces tout à fleur d’eaula danse f le feu s’est ils sortent pour jean gautheronle cosmos d’un côté la fraîcheur et la essai de nécrologie, sa langue se cabre devant le écrirecomme on se   on n’est abu zayd me déplait. pas "le renard connaît  dernier salut au    au balcon quand vous serez tout pas une année sans évoquer dernier vers aoi     l’oeuvre vit son se reprendre. creuser son des voix percent, racontent jouer sur tous les tableaux pour max charvolen 1) régine robin, normalement, la rubrique le glacis de la mort       mouett poussées par les vagues     l’é f tous les feux se sont ajout de fichiers sons dans je ne saurais dire avec assez quand nous rejoignons, en li emperere par sa grant moi cocon moi momie fuseau paien sunt morz, alquant     le cygne sur il souffle sur les collines “le pinceau glisse sur vos estes proz e vostre       é       je   six formes de la       retour la mort d’un oiseau. i mes doigts se sont ouverts i.- avaler l’art par       ce jour là, je pouvais clers est li jurz et li       pourqu carcassonne, le 06  tous ces chardonnerets "ah ! mon doux pays,     &nbs merci à marc alpozzo       cinquième essai tout  le grand brassage des dernier vers aoi dernier vers que mort l’éclair me dure, tout mon petit univers en   le 10 décembre   adagio   je       dans r.m.a toi le don des cris qui le 26 août 1887, depuis 7) porte-fenêtre noble folie de josué, je n’hésiterai "mais qui lit encore le le 15 mai, à       apr&eg un jour, vous m’avez       dans …presque vingt ans plus percey priest lakesur les ce texte m’a été mi viene in mentemi (josué avait lentement       allong       en       object       deux voudrais je vous « e ! malvais ils avaient si longtemps, si dans le pays dont je vous   j’ai souvent clers fut li jurz e li il y a dans ce pays des voies       la mouans sartoux. traverse de pour le prochain basilic, (la je t’ai admiré,       su raphaËl       la des voiles de longs cheveux temps de cendre de deuil de dans ce périlleux bribes en ligne a       fourr& la bouche pure souffrance descendre à pigalle, se au seuil de l’atelier il tente de déchiffrer, samuelchapitre 16, versets 1 si j’étais un toulon, samedi 9 1 la confusion des sous l’occupation       descen cet article est paru guetter cette chose       les f le feu est venu,ardeur des tu le sais bien. luc ne g. duchêne, écriture le pour jean-marie simon et sa   (à pour andrée     les fleurs du pour jacky coville guetteurs quelques textes et si au premier jour il dernier vers aoi "nice, nouvel éloge de la       voyage la brume. nuages toujours les lettres : pour michèle aueret ce qui fait tableau : ce j’ai donc       les archipel shopping, la de prime abord, il peinture de rimes. le texte l’art n’existe       " j’écoute vos un nouvel espace est ouvert iloec endreit remeint li os à propos des grands 1 au retour au moment pas de pluie pour venir pour qui veut se faire une pour alain borer le 26 marie-hélène écoute, josué, légendes de michel au labyrinthe des pleursils l’une des dernières   pour adèle et toi, mésange à et je vois dans vos       un       vaches       rampan     les provisions montagnesde         or   si vous souhaitez       grappe tendresses ô mes envols       p&eacu je désire un mais non, mais non, tu       soleil     du faucon       au « pouvez-vous       le       ce zacinto dove giacque il mio fontelucco, 6 juillet 2000 dans le pain brisé son       m&eacu       pav&ea l’heure de la macles et roulis photo 6 pourquoi yves klein a-t-il démodocos... Ça a bien un  née à du bibelot au babilencore une autre citation"voui ma mémoire ne peut me nous lirons deux extraits de bien sûrla pour martin       la  la lancinante       dans le corps encaisse comme il en 1958 ben ouvre à       &agrav       &agrav de proche en proche tous je suis bien dans       marche       une la terre a souvent tremblé antoine simon 18 la liberté s’imprime à j’ai parlé  ce qui importe pour       les face aux bronzes de miodrag   (dans le même si rien n’est plus ardu torna a sorrento ulisse torna       le       quand les doigts d’ombre de neige  pour jean le me       banlie avec marc, nous avons  au travers de toi je « h&eacu       crabe-       sur le géographe sait tout antoine simon 11 dont les secrets… à quoi       aujour   3   

les       le la réserve des bribes    7 artistes et 1 et la peur, présente dernier vers doel i avrat,       force       &agrav madame, c’est notre pour anne slacik ecrire est il n’était qu’un ainsi alfred…       bonhe station 7 : as-tu vu judas se     le       m̵ ce poème est tiré du l’attente, le fruit dans la caverne primordiale     faisant la alocco en patchworck © a supposer quece monde tienne  l’exposition  cinquième citationne voici des œuvres qui, le rêves de josué, j’ai donné, au mois libre de lever la tête dans un coin de nice, les petites fleurs des attention beau le texte qui suit est, bien madame aux rumeurs     hélas,  les œuvres de voile de nuità la 1257 cleimet sa culpe, si pour daniel farioli poussant   entrons       midi pour andré a la femme au le vieux qui  dernières mises accoucher baragouiner       ton janvier 2002 .traverse j’ai en réserve  la toile couvre les derniers     au couchant les étourneaux ! la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Parfois je me demande | Je me baigne dans l’Aveyron ->
Au soir le troisième orteil
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

au soir le troisième orteil

saigne blessé

par l’ongle du quatrième

Publication en ligne : 20 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette