BRIBES EN LIGNE
      en       apr&eg "pour tes la mastication des au seuil de l’atelier dernier vers aoi  jésus station 1 : judas antoine simon 26 ce va et vient entre encore une citation“tu un tunnel sans fin et, à antoine simon 5 deux ce travail vous est attention beau       longte "je me tais. pour taire. laure et pétrarque comme écrirecomme on se       l̵ envoi du bulletin de bribes reflets et echosla salle À max charvolen et martin macles et roulis photo 4    en sa langue se cabre devant le accorde ton désir à ta     au couchant l’existence n’est pour yves et pierre poher et chercher une sorte de "et bien, voilà..." dit       ( deux mille ans nous 1 au retour au moment pour mes enfants laure et mieux valait découper c’est la peur qui fait normal 0 21 false fal c’est le grand journée de iv.- du livre d’artiste       " sur la toile de renoir, les pas facile d’ajuster le je n’hésiterai au commencement était il tente de déchiffrer, et…  dits de ainsi alfred…       dans       sur     du faucon dernier vers aoi temps de pierres dans la madame, on ne la voit jamais     chambre aux george(s) (s est la       deux de pa(i)smeisuns en est venuz dernier vers aoi souvent je ne sais rien de g. duchêne, écriture le antoine simon 19 même si quelque temps plus tard, de le nécessaire non rm : nous sommes en bien sûr, il y eut ce texte se présente   la baie des anges introibo ad altare dans les écroulements   en grec, morías dernier vers aoi ainsi fut pétrarque dans un nouvel espace est ouvert avant dernier vers aoi    nous pour m.b. quand je me heurte preambule – ut pictura le ciel est clair au travers un temps hors du dans la caverne primordiale les parents, l’ultime   pour adèle et dans les horizons de boue, de    il le galop du poème me la poésie, à la je suis 5) triptyque marocain     pluie du la question du récit libre de lever la tête dans les hautes herbes la galerie chave qui antoine simon 28 vous avez  référencem   3   

les zacinto dove giacque il mio       &n     son       &agrav il faut laisser venir madame "si elle est descendre à pigalle, se dernier vers aoi       midi deux ajouts ces derniers li emperere par sa grant suite de       " je n’ai pas dit que le il en est des meurtrières. recleimet deu mult premier essai c’est ils s’étaient  au mois de mars, 1166 j’ai donc antoine simon 14 voile de nuità la si grant dol ai que ne du fond des cours et des il était question non f j’ai voulu me pencher la pureté de la survie. nul  “comment imagine que, dans la béatrice machet vient de c’est pour moi le premier antoine simon 32 pour martine, coline et laure dernier vers aoi         je antoine simon 31 autre citation"voui poussées par les vagues que d’heures la tentation du survol, à est-ce parce que, petit, on     le dernier vers aoi nous avancions en bas de       object ce texte m’a été toujours les lettres : dire que le livre est une quand c’est le vent qui travail de tissage, dans autre petite voix merci à la toile de 13) polynésie toute une faune timide veille autres litanies du saint nom deuxième apparition intendo... intendo ! le "patriote", pour egidio fiorin des mots allons fouiller ce triangle pour angelo au matin du clers fut li jurz e li sous la pression des       force       sur le avez-vous vu antoine simon 18 le temps passe dans la on croit souvent que le but quand vous serez tout       "       descen       ton voudrais je vous je rêve aux gorges     &nbs la brume. nuages     cet arbre que     le cygne sur ce pays que je dis est il en est des noms comme du pour maguy giraud et À l’occasion de décembre 2001.       mouett       le       coude quelque chose à bernadette titrer "claude viallat, grant est la plaigne e large le geste de l’ancienne, pour michèle gazier 1) "tu sais ce que c’est       journ&       à pour martine ainsi va le travail de qui       la     vers le soir là, c’est le sable et       quand la réserve des bribes madame des forêts de tout en vérifiant et te voici humanité et encore  dits       en du bibelot au babilencore une nice, le 18 novembre 2004 quand les eaux et les terres dernier vers aoi douze (se fait terre se constellations et f les feux m’ont on cheval onzième arbre épanoui au ciel attelage ii est une œuvre       le derniers vers sun destre présentation du  on peut passer une vie pour max charvolen 1) madame chrysalide fileuse       et un homme dans la rue se prend pour andré       reine madame porte à quatrième essai de r.m.a toi le don des cris qui les durand : une pur ceste espee ai dulor e       l̵    regardant pour ma       allong       dans       &ccedi inoubliables, les on dit qu’agathe       je il ne reste plus que le pure forme, belle muette,       le       m&eacu       quinze (vois-tu, sancho, je suis dernier vers aoi pas une année sans évoquer napolì napolì « pouvez-vous bel équilibre et sa       jonath       marche je suis bien dans me       voyage       le mon cher pétrarque, d’un bout à   je ne comprends plus       aux outre la poursuite de la mise  pour le dernier jour i mes doigts se sont ouverts   je n’ai jamais un titre : il infuse sa les doigts d’ombre de neige entr’els nen at ne pui       entre i.- avaler l’art par à propos des grands     "   maille 1 :que     longtemps sur trois (mon souffle au matin     surgi    courant je découvre avant toi la fraîcheur et la la liberté s’imprime à     hélas, nous avons affaire à de ( ce texte a le bulletin de "bribes   (dans le nécrologie quatrième essai de       enfant quel ennui, mortel pour jusqu’à il y a       gentil d’abord l’échange des 1. il se trouve que je suis autre essai d’un et si tu dois apprendre à immense est le théâtre et de sorte que bientôt la vie est ce bruissement paysage de ta tombe  et ce qui aide à pénétrer le portrait. 1255 : f toutes mes       devant     chant de     m2 &nbs       d&eacu   se macles et roulis photo 1 pour michèle  la toile couvre les antoine simon 3 martin miguel art et       au où l’on revient ] heureux l’homme le lent tricotage du paysage bribes en ligne a ma mémoire ne peut me il existe deux saints portant  les œuvres de       chaque  avec « a la je m’étonne toujours de la macles et roulis photo 6 madame est une antoine simon 24       dans edmond, sa grande faisant dialoguer monde imaginal, tous feux éteints. des nous viendrons nous masser abstraction voir figuration       &agrav siglent a fort e nagent e dorothée vint au monde la langue est intarissable   ces notes sauvage et fuyant comme cet article est paru dans le   est-ce que le 26 août 1887, depuis     de rigoles en       bonhe clere est la noit e la certains prétendent a ma mère, femme parmi « amis rollant, de         or les lettres ou les chiffres dernier vers aoi   voici donc la les avenues de ce pays       baie dans les carnets clers est li jurz et li dernier vers aoi sables mes parolesvous toutes sortes de papiers, sur tromper le néant     tout autour ecrire les couleurs du monde mise en ligne       le je ne saurais dire avec assez percey priest lakesur les dans le respect du cahier des       les « h&eacu 10 vers la laisse ccxxxii réponse de michel cinq madame aux yeux dernier vers aoi cinquième essai tout       un ce qui fait tableau : ce sculpter l’air : 0 false 21 18 pour andré  un livre écrit à sylvie a grant dulur tendrai puis face aux bronzes de miodrag le travail de bernard la route de la soie, à pied, la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Six trous a la flûte dont je jour | Parfois je me demande ->
Sur le chemin grive et corbeau
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

sur le chemin grive et corbeau

mésange hirondelle pie

nous nous saluons

Publication en ligne : 18 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette