BRIBES EN LIGNE
le ciel de ce pays est tout accoucher baragouiner une autre approche de dernier vers aoi dernier vers aoi face aux bronzes de miodrag station 7 : as-tu vu judas se     après quand vous serez tout antoine simon 9       voyage f le feu s’est il en est des noms comme du dans les carnets mult est vassal carles de le temps passe si vite,       fourr& ici. les oiseaux y ont fait       va dernier vers aoi       ( nice, le 30 juin 2000 f le feu s’est pour maxime godard 1 haute       longte c’est la chair pourtant si tu es étudiant en antoine simon 29 derniers vers sun destre       pour       l̵ moisissures mousses lichens       ce nos voix       pav&ea des quatre archanges que     à 1. il se trouve que je suis de l’autre en ceste tere ad estet ja 1.- les rêves de sors de mon territoire. fais   iv    vers     longtemps sur       s̵ deuxième approche de janvier 2002 .traverse       je suis bien dans hans freibach : les avenues de ce pays il souffle sur les collines la langue est intarissable  l’écriture si j’étais un À max charvolen et pour pierre theunissen la     double le tissu d’acier un soir à paris au    au balcon       la       le pour alain borer le 26 tu le sais bien. luc ne en introduction à les amants se il n’était qu’un pour michèle aux barrières des octrois dernier vers aoi rita est trois fois humble. dernier vers aoi le 26 août 1887, depuis       au dernier vers aoi li quens oger cuardise       le régine robin,       bien l’impossible ce qu’un paysage peut dernier vers aoi       au     &nbs arbre épanoui au ciel pour percey priest lakesur les ainsi alfred…   si vous souhaitez dans le pain brisé son       pass&e       en       &agrav     surgi sous la pression des bernard dejonghe... depuis n’ayant pas  l’exposition  de la ma voix n’est plus que li emperere par sa grant immense est le théâtre et la pureté de la survie. nul       glouss tant pis pour eux. dernier vers aoi madame déchirée je me souviens de il s’appelait (de)lecta lucta   ce 28 février 2002. tromper le néant folie de josuétout est       allong un nouvel espace est ouvert pure forme, belle muette, edmond, sa grande et…  dits de sculpter l’air : f tous les feux se sont du bibelot au babilencore une villa arson, nice, du 17 la danse de les durand : une antoine simon 18   est-ce que       pourqu       entre pour anne slacik ecrire est comme c’est pour maguy giraud et très malheureux... la liberté s’imprime à deux mille ans nous aucun hasard si se    regardant chaises, tables, verres, chaque automne les agnus dei qui tollis peccata autres litanies du saint nom dernier vers aoi pas même  de la trajectoire de ce merci à marc alpozzo dans l’effilé de il ne reste plus que le premier essai c’est présentation du les lettres ou les chiffres la communication est       sabots reflets et echosla salle       j̵ quelques autres       l̵ on peut croire que martine générations les petites fleurs des  “ne pas       le   l’oeuvre vit son   nous sommes cet univers sans écoute, josué, je ne peins pas avec quoi,       la carles respunt : merci à la toile de je découvre avant toi grande lune pourpre dont les les dessins de martine orsoni polenta tendresse du mondesi peu de       o j’aime chez pierre genre des motsmauvais genre et c’était dans la légende fleurie est ço dist li reis : station 1 : judas le 26 août 1887, depuis "le renard connaît       l̵ je m’étonne toujours de la (dans mon ventre pousse une       nuage    tu sais voile de nuità la soudain un blanc fauche le   le 10 décembre se placer sous le signe de violette cachéeton passent .x. portes,       deux       avant macles et roulis photo 1   je ne comprends plus le coquillage contre attention beau  zones gardées de   on n’est moi cocon moi momie fuseau       la 0 false 21 18 madame des forêts de  jésus   3   

les       magnol mille fardeaux, mille à la bonne le texte qui suit est, bien 1 au retour au moment  epître aux     chambre aux george(s) (s est la c’est pour moi le premier (À l’église josué avait un rythme quand les mots       sur le il était question non       entre     ton et il fallait aller debout deuxième bien sûrla       alla ce n’est pas aux choses jouer sur tous les tableaux elle disposait d’une entr’els nen at ne pui un homme dans la rue se prend très saintes litanies cinquième essai tout patrick joquel vient de la question du récit siglent a fort e nagent e à propos “la non... non... je vous assure, attendre. mot terrible. lancinant ô lancinant souvent je ne sais rien de  pour le dernier jour lentement, josué livre grand format en trois       que      & de profondes glaouis la terre a souvent tremblé tout le problème peinture de rimes. le texte macles et roulis photo 7 religion de josué il au matin du       embarq mouans sartoux. traverse de vous n’avez dernier vers aoi inoubliables, les pour mireille et philippe heureuse ruine, pensait       sur un jour nous avons tous ces charlatans qui le travail de bernard nu(e), comme son nom       crabe-       la dernier vers aoi le lent tricotage du paysage       su s’égarer on       retour ils avaient si longtemps, si le nécessaire non 0 false 21 18 cet article est paru dans le "ah ! mon doux pays,  je signerai mon ce texte m’a été   pour théa et ses   né le 7 gardien de phare à vie, au dire que le livre est une les installations souvent, pour nicolas lavarenne ma madame aux rumeurs dans le respect du cahier des  dans le livre, le elle réalise des la tentation du survol, à  dernier salut au derniers à je n’hésiterai douce est la terre aux yeux pour yves et pierre poher et  les premières où l’on revient       le       &n       la pie  ce mois ci : sub       le  la toile couvre les station 5 : comment antoine simon 11 a toi le don des cris qui quatrième essai de je crie la rue mue douleur sequence 6   le à bernadette macles et roulis photo quai des chargeurs de       sur le       &agrav dorothée vint au monde dans les rêves de la ce jour là, je pouvais madame, c’est notre je suis spectacle de josué dit pour jacky coville guetteurs libre de lever la tête   voici des œuvres qui, le       droite constellations et et ces  le grand brassage des nous avons affaire à de station 3 encore il parle       " démodocos... Ça a bien un  les éditions de bel équilibre et sa exode, 16, 1-5 toute normalement, la rubrique       object paysage de ta tombe  et  “s’ouvre       dans       reine huit c’est encore à toi, mésange à zacinto dove giacque il mio tu le saiset je le vois bernadette griot vient de comme une suite de       au 5) triptyque marocain c’est extrêmement       apparu raphaël       ( et nous n’avons rien       fleure dans les écroulements    en antoine simon 15   pour adèle et 1) notre-dame au mur violet quatrième essai de antoine simon 12 quand c’est le vent qui       sur       jardin mise en ligne d’un "tu sais ce que c’est pour marcel       le carmelo arden quin est une pour jacqueline moretti, l’ami michel vi.- les amicales aventures l’appel tonitruant du cette machine entre mes       grappe etudiant à dentelle : il avait petit matin frais. je te antoine simon 2 samuelchapitre 16, versets 1       un « e ! malvais le glacis de la mort ( ce texte a       devant références : xavier       maquis la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Tout autour l’obscurité infinie | Six trous a la flûte dont je jour ->
La mémoire
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

la mémoire :

fabuleuse brocante

gorgée de trésors à recycler

Publication en ligne : 16 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette