BRIBES EN LIGNE
d’abord l’échange des passet li jurz, si turnet a ecrire les couleurs du monde il était question non et si tu dois apprendre à ils sortent dix l’espace ouvert au rare moment de bonheur, madame est la reine des     nous la galerie chave qui la force du corps,       su de l’autre soudain un blanc fauche le tout à fleur d’eaula danse même si religion de josué il pour ma       pav&ea normal 0 21 false fal  “ce travail qui       au       m&eacu pour helmut  dans toutes les rues douce est la terre aux yeux   entrons     surgi  référencem quatre si la mer s’est cher bernard pour jean gautheronle cosmos les parents, l’ultime prenez vos casseroles et légendes de michel je t’enfourche ma mise en ligne d’un dernier vers aoi macles et roulis photo 4 dans le train premier       &       je neuf j’implore en vain il n’était qu’un il en est des meurtrières. antoine simon 22 je suis celle qui trompe dans la caverne primordiale       le c’est un peu comme si, la terre nous       grappe outre la poursuite de la mise deux ajouts ces derniers       les nous viendrons nous masser antoine simon 2             coude bernadette griot vient de       ma reprise du site avec la huit c’est encore à       force     après a toi le don des cris qui diaphane est le quatrième essai rares       b&acir lu le choeur des femmes de la liberté de l’être ce qui importe pour l’impression la plus dernier vers aoi quand les mots  marcel migozzi vient de         &n la chaude caresse de non... non... je vous assure,       allong antoine simon 25 1. il se trouve que je suis       "       la mais non, mais non, tu à la mémoire de    seule au mon travail est une toujours les lettres : sixième       journ& jamais je n’aurais au rayon des surgelés       la un nouvel espace est ouvert  le livre, avec immense est le théâtre et cinq madame aux yeux dernier vers aoi 1 la confusion des c’est vrai ce qui fait tableau : ce a ma mère, femme parmi  les œuvres de 0 false 21 18 ce monde est semé ce qui aide à pénétrer le     " l’art n’existe ce jour-là il lui imagine que, dans la À l’occasion de introibo ad altare       sous la gaucherie à vivre, il ne reste plus que le et il fallait aller debout       apr&eg régine robin,       longte le lourd travail des meules d’un côté     les provisions o tendresses ô mes ma voix n’est plus que jouer sur tous les tableaux       le    si tout au long si tu es étudiant en marché ou souk ou giovanni rubino dit   nous sommes journée de 1 au retour au moment le "patriote", dernier vers aoi   au milieu de f les feux m’ont       un dernier vers aoi       vaches un homme dans la rue se prend j’ai ajouté li quens oger cuardise tandis que dans la grande là, c’est le sable et à bernadette moi cocon moi momie fuseau l’éclair me dure, vous avez poussées par les vagues  “... parler une ajout de fichiers sons dans depuis le 20 juillet, bribes la vie humble chez les je ne peins pas avec quoi, carles li reis en ad prise sa quand c’est le vent qui quel étonnant juste un mot pour annoncer deux ce travail vous est iloec endreit remeint li os pour angelo dernier vers aoi c’est la distance entre je dors d’un sommeil de       il in the country  il est des objets sur À perte de vue, la houle des “dans le dessin À la loupe, il observa       le a dix sept ans, je ne savais tromper le néant antoine simon 20 1- c’est dans       "     [1]  dernier vers que mort seins isabelle boizard 2005 l’erbe del camp, ki pour jean-marie simon et sa pour mireille et philippe le franchissement des avez-vous vu accorde ton désir à ta ki mult est las, il se dort ce texte se présente       la       la au programme des actions pour jacqueline moretti, fin première   encore une viallat © le château de passent .x. portes, carmelo arden quin est une depuis ce jour, le site     hélas, il y a dans ce pays des voies mes pensées restent temps de cendre de deuil de nice, le 30 juin 2000 le geste de l’ancienne, glaciation entre le 2 juillet on préparait       "     les fleurs du l’art c’est la cet article est paru buttati ! guarda&nbs "si elle est petit matin frais. je te       au       nuage pour jean-louis cantin 1.- un besoin de couper comme de sables mes parolesvous bientôt, aucune amarre ( ce texte a antoine simon 3 pour jacky coville guetteurs       juin quelques textes la langue est intarissable (ma gorge est une la fraîcheur et la ce n’est pas aux choses coupé le sonà nice, le 18 novembre 2004 dessiner les choses banales l’illusion d’une rimbaud a donc 1254 : naissance de la vie est ce bruissement       pass&e tous ces charlatans qui reflets et echosla salle ainsi fut pétrarque dans  pour le dernier jour genre des motsmauvais genre s’ouvre la je suis bien dans marcel alocco a dernier vers aoi jusqu’à il y a paroles de chamantu alocco en patchworck © le tissu d’acier     de rigoles en       au       " dans les carnets merle noir  pour s’égarer on petites proses sur terre un jour, vous m’avez     chant de martin miguel art et au commencement était il est le jongleur de lui       sur  hier, 17 vedo la luna vedo le rêve, cauchemar, quatrième essai de       droite antoine simon 9 nu(e), comme son nom       rampan béatrice machet vient de dernier vers aoi de pareïs li seit la  martin miguel vient "le renard connaît       sur     &nbs 1) la plupart de ces  née à je meurs de soif dans les hautes herbes       le un jour nous avons g. duchêne, écriture le la légende fleurie est générations il n’y a pas de plus à propos “la nos voix antoine simon 5       arauca       dans un titre : il infuse sa dernier vers aoi inoubliables, les quelques autres si grant dol ai que ne able comme capable de donner comme ce mur blanc fontelucco, 6 juillet 2000 je ne saurais dire avec assez je t’enlace gargouille Ç’avait été la le pendu station 5 : comment les cuivres de la symphonie     pourquoi  si, du nouveau des conserves ! i.- avaler l’art par       m̵ ses mains aussi étaient quatrième essai de dernier vers aoi exode, 16, 1-5 toute pour andré la mort, l’ultime port, quai des chargeurs de et nous n’avons rien sous l’occupation autre petite voix c’est le grand je désire un pour mon épouse nicole deuxième       enfant etait-ce le souvenir granz fut li colps, li dux en       assis       il a la libération, les antoine simon 17 pour martine, coline et laure li emperere s’est       la madame, c’est notre se reprendre. creuser son pour robert une autre approche de ce va et vient entre dernier vers aoi       à       fourmi madame aux rumeurs pour mes enfants laure et a propos d’une après la lecture de     une abeille de cliquetis obscène des mi viene in mentemi       le pour alain borer le 26 troisième essai et autre essai d’un derniers vers sun destre       magnol attendre. mot terrible.       bien les amants se premier essai c’est et encore  dits dernier vers aoi   temps de pierres dans la       reine de mes deux mains dans un coin de nice,  avec « a la       sur monde imaginal, la fonction, autre citation"voui le travail de bernard madame chrysalide fileuse il n’est pire enfer que pour martine       dans avant dernier vers aoi entr’els nen at ne pui       sur       l̵     faisant la si, il y a longtemps, les macles et roulis photo       sur       deux pas facile d’ajuster le       pourqu   (à envoi du bulletin de bribes noble folie de josué,       aujour et voici maintenant quelques la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Badin, Paul > Pas à Pas

PAUL BADIN

<- Pas à Pas 54 | Pas à Pas 56 ->
Pas à Pas 55
© Paul Badin
Ecrivain(s) : Badin P.

 La lancinante question : à leur place, qu’aurions-nous fait ? Nous, à qui il suffit de jouer au jeu de cette question, bien assis au chaud, en paix. C’est pire pour ceux qui se la posent au retour de l’enfer quand tout reste ténébreux autour d’eux, qu’ils ont la conviction de s’être trompés. Avoir été empêché de prendre la bonne décision, quelle que soit la raison, ne change pas fondamentalement l’horrible donne.

Publication en ligne : 14 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette