BRIBES EN LIGNE
si tu es étudiant en granz est li calz, si se j’ai donné, au mois       allong&e constellations et dans la caverne primordiale   d’un coté, 7) porte-fenêtre pour accéder au pdf,       force voici des œuvres qui, le carcassonne, le 06 dernier vers aoi pour robert livre grand format en trois onzième  improbable visage pendu       reine vous deux, c’est joie et thème principal : tous ces charlatans qui très malheureux... tu le sais bien. luc ne       alla carissimo ulisse, torna a sous la pression des ce pays que je dis est le texte qui suit est, bien madame, vous débusquez       dans le     rien       pav&eacu le 23 février 1988, il       et tu       journ&ea       mé le vieux qui bal kanique c’est le lent déferlement    regardant faisant dialoguer pour mireille et philippe deuxième apparition 1 2  mais jamais on ne quel ennui, mortel pour légendes de michel   pour le prochain le géographe sait tout       voyage       à n’ayant pas   on n’est  tu ne renonceras pas. dans les hautes herbes l’attente, le fruit dernier vers aoi la mastication des f j’ai voulu me pencher ouverture d’une agnus dei qui tollis peccata à la bonne rimbaud a donc dans l’innocence des il y a longtemps, passet li jurz, si turnet a seul dans la rue je ris la       au    nous titrer "claude viallat, siglent a fort e nagent e antoine simon 2  ce qui importe pour rare moment de bonheur, l’illusion d’une     le cygne sur c’est parfois un pays pour andré je m’étonne toujours de la  martin miguel vient le passé n’est s’égarer on ce qui aide à pénétrer le temps où le sang se       longtemp le lent tricotage du paysage dernier vers aoi un trait gris sur la sites de mes   que signifie       dans le       objectif   pour adèle et       enfant tout en travaillant sur les mise en ligne d’un 1 2  lentement, josué ce jour là, je pouvais il ne s’agit pas de f le feu s’est     surgi il est le jongleur de lui zacinto dove giacque il mio temps de pierres dans la ecrire les couleurs du monde du fond des cours et des allons fouiller ce triangle       sur le pour écouter la lecture, de la    courant pas facile d’ajuster le la fonction, rafale n° 4 on le 1 au retour au moment         &n des conserves ! les petites fleurs des comment entrer dans une antoine simon 18 nice, le 18 novembre 2004 vos estes proz e vostre issent de mer, venent as       sur   un vendredi « tu sais ce que antoine simon 19    si tout au long rafale le nécessaire non début de la mise en ligne de le soleil n’est pas et te voici humanité avec marc, nous avons si vous entendez le lac dernier vers aoi       cerisier mouans sartoux. traverse de il n’était qu’un et que vous dire des (josué avait lentement je suis bien dans dans le patriote du 16 mars il était question non  un livre écrit 1 2  la deuxième édition du       marche au seuil de l’atelier elle disposait d’une       avant baous et rious je suis sequence janvier 2002 .traverse       les   un merci à marc alpozzo ne faut-il pas vivre comme     faisant la       je suis démodocos... Ça a bien un reprise du site avec la la question du récit vue à la villa tamaris un besoin de couper comme de antoine simon 17 toute une faune timide veille seins isabelle boizard 2005  l’écriture de profondes glaouis que reste-t-il de la nous serons toujours ces cette machine entre mes cet article est paru       à ne pas négocier ne approche d’une on croit souvent que le but josué avait un rythme langues de plomb a la bribes en ligne a station 3 encore il parle quand c’est le vent qui  marcel migozzi vient de ils avaient si longtemps, si bernard dejonghe... depuis       va ton de proche en proche tous nous viendrons nous masser peinture de rimes. le texte a claude b.   comme une le "patriote", un titre : il infuse sa       les   saint paul trois mult est vassal carles de dorothée vint au monde les parents, l’ultime d’abord l’échange des il n’y a pas de plus nécrologie se placer sous le signe de pour accéder au pdf,       ( madame, on ne la voit jamais       gentil       ton les textes mis en ligne il y a dans ce pays des voies non, björg, s’il il tente de déchiffrer, textes mis en ligne en soudain un blanc fauche le « ces deux là franchement, pensait le chef, iloec endreit remeint li os l’erbe del camp, ki la lecture de sainte derniers les installations souvent, dans le monde de cette       au les étourneaux ! f les rêves de antoine simon 16   si vous souhaitez art jonction semble enfin les dessins de martine orsoni       la madame porte à  référencem la route de la soie, à pied, dernier vers aoi   dans ce périlleux chercher une sorte de  les éditions de « amis rollant, de un jour nous avons       fourmi&n pour martin   né le 7 voici quelques années,       que de on a cru à ki mult est las, il se dort pure forme, belle muette,       les il aurait voulu être ajout de fichiers sons dans il faut laisser venir madame "nice, nouvel éloge de la pour marcel       gloussem f toutes mes préparation des corps       l’       dans le comme une suite de       descenda       retourn& 1.- les rêves de pour voir le cahier 18, je rêve aux gorges monde imaginal, outre la poursuite de la mise branches lianes ronces carissimo ulisse, torna a et que dire de la grâce       bâ (de)lecta lucta   fin première madame dans l’ombre des les plus terribles  mise en ligne du texte encore une citation “tu histoire de signes . quand sur vos visages les les routes de ce pays sont  les premières imagine que, dans la j’arrivais dans les       nuage et si au premier jour il quant carles oït la de prime abord, il une il faut dire les   au milieu de       je fais sainte marie,       l’ c’est la peur qui fait 1 2 en j’ai ajouté je suis sa langue se cabre devant le dernier vers aoi rafale et nous n’avons rien       dans le vedo la luna vedo le vous êtes ensevelie de silence,       ...mais de tantes herbes el pre  hors du corps pas coupé le son à c’est un peu comme si, 1 2  a grant dulur tendrai puis dernier vers aoi       le      &       dé grande lune pourpre dont les commençons donc par le       un 1 2  suite du blasphème de rafale que nos princes et empereurs l’instant criblé je crie la rue mue douleur tout mon petit univers en antoine simon 22 ce qui fait tableau : ce tromper le néant sables mes paroles vous il existe au moins deux o tendresses ô mes       au pas « e ! malvais il arriva que le bulletin de antoine simon 23       rampant       apr&egra le pendu nous lirons deux extraits de       à violette cachée ton la bouche pleine de bulles  ce mois ci : sub la rencontre d’une 199* passé galerie               pass&eac    il toi, mésange à       &nbs chaque jour est un appel, une générations antoine simon 9     à torna a sorrento ulisse torna certains prétendent dernier vers aoi antoine simon 11 tendresses ô mes envols bribes dans le nid de la fraîcheur et la jamais si entêtanteeurydice       la un tunnel sans fin et, à les dernières ajouts à la attendre. mot terrible.       une et voici maintenant quelques   entrons maintenant     au couchant dernier vers aoi de mes deux mains halt sunt li pui e mult halt madame chrysalide fileuse bien sûr, il y eut   la production des voix percent, racontent le poiseau de parisi mon       bien « 8° de       il merle noir  pour six de l’espace urbain, macles et roulis photo 7  les trois ensembles références : xavier sauvage et fuyant comme « je me tais.  tous ces chardonnerets on préparait j’ai longtemps 1 2  la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Riera, Nathalie

NATHALIE RIERA

<- Sur le jersey de laine | JE N’AI TOUJOURS RIEN DIT AU JARDIN ->
PAYSAGES D’ETE (extraits de séquences)
© Nathalie Riera
Ecrivain(s) : Riera
Clefs : poésie

SEQUENCE 6

 

le souvenir c’est comme cette photographie sous mes yeux je ne m’en souviens plus comme tous ces textes que j’ai écris je me souviens de ce que je n’ai pas vu me souviens seulement de ce que j’entends

 

toi que j’entends qui me demande de t’entendre que j’aime entendre je me souviens

 

je me montre à toi tu me touches des yeux plein de silence un écoulement ténu et continu puis la brûlure de la lampe où tu me regardes la brûlure sans aigreur

 

juste un terrible rayonnement

 

une exaspération la faim de son corps le manque

 

les mains sur la page blanche sous la jupe sans mots la peau et la langue

 

 

 

SEQUENCE 12

 

Adagio for strings j’entends comme tu es là me taire de joie m’enduire de joie

 

ça ne ressemble pas aux montagnes qui sont froides ni à ce qui saigne à aucun crépuscule aucun dédale aucune tourmente au cœur au corps tes doigts qui me parcourent me manquent ta bouche pleine de moi de mes seins à mes chevilles écoute encore ma voix mange les fruits sauvages des sentiers

 

la chute et la cadence des reins c’est un hymne monter toujours plus haut quitter les sentes les plus sombres c’est un hymne tous ces mots pour toi un cantique

 

 parle-moi encore

 

à chaque fois qu’elle l’entend à chaque fois que ça déborde en elle à chaque fois de la flamme qui réchauffe son visage et ses mains à chaque fois que le silence est prière agrippe-toi à ma chaleur me calmer de toi m’égayer de toi me soulager de toi… excite-moi… déchaîne-moi

 

la source, c’est-à-dire l’embrasure

embrasse-moi passage percée brèche

 

viens à ma rencontre bouche jour prélude fais glisser la jupe départ essor la traversée en bouillonnement sueur nue sous la cotonnade de minuit enlace-moi

 

 

Nathalie Riera, Paysages d’été, Ed. Lanskine (à paraître vers 2012/2013) Première Partie - L’embrasure, c’est-à-dire la source

 
 
Publication en ligne : 28 novembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP